Trois plumes

Je l’ai enfin vue

passer un soir de mai

derrière un chandelier

de longs cierges chenus

Et je n’ai pu deviner

ni même imaginer

dans la danse du feu

un regard dans ses yeux

Je l’ai à peine aperçue

aller d’un pas empressé

dans l’hiver en plein mai

un temps qu’on haït aimer

La silhouette de s’effacer

dans un dédale de rues

des plumes à sa traînée

mêlées à la neige drue

De celles-là hélas

que l’air du temps lasse

le pas toujours fuyant

qui s’efface dans le vent

Boire au même café

quêteux et autres vils

se morfondre en ville

à son passage soupirer

Je l’ai enfin vue passer

par un sombre soir de mai

j’ai capturé trois plumes

virevoltant dans la brume


New_pieds_ailés_pitonVert
Flying Bum

2 réflexions sur “Trois plumes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s