Le poids du brochet

Henri attendait ce moment depuis longtemps, tout un automne, un long hiver et un printemps qui n’en finissait plus de finir. Toutes les semaines, il écrivait à Marie, la fille du dentiste Lamarche qui s’était révélée à lui en lui offrant son silence et la liberté sans conditions pour un méfait sans nom dont elle avait été l’unique témoin. Il avait douze ans à cette époque-là, il en aurait treize avant la fin de l’été. Henri s’était faufilé sournoisement dans la cour du dentiste l’été d’avant, là où celui-ci élevait des carpes dans un bassin de fortune pour lui servir d’appâts dans ses voyages de pêche au brochet.

Elle était apparue sans bruit comme une vision, Marie, petite fille aux yeux bleus, comme une gracieuse évanescence pieds nus dans sa robe de taffeta blanc à frisons. Une image comme dans les vues. Henri couché sur le ventre pour ne pas être vu sortait habilement les petites carpes à la puisette tapi derrière le bassin et les transvidait une à une dans une chaudière à demi-pleine d’eau. Elle lui avait murmuré en souriant :

– Sauve-toé, innocent, avant que mon père te pogne, t’en as assez pris comme c’est là.

Henri paniqué avait bondi jusqu’à la porte de clôture donnant sur la ruelle qui ne semblait plus vouloir se laisser ouvrir si facilement. Henri avait entendu clairement derrière lui :

-Attends, r’viens icitte.

Elle se tenait toute ravissante dans la splendeur de l’été enfin revenu, debout là dans la lumière du midi, lui tendant sa chaudière de carpes sautillantes.

-T’as oublié ça, lui avait-elle dit.

Lorsqu’Henri avait avancé sa main, la chaudière était partie se cacher dans le dos de Marie dont le sourire s’était fait tout espiègle. Elle avait plissé ses yeux, pincé sa petite bouche en forme de cœur en n’avançant que sa tête vers Henri. Il n’avait pas eu besoin qu’on lui fasse un dessin.

Qu’est-ce qu’un petit de garçon de douze ans ne ferait pas pour une douzaine de belles petites carpes.

Henri passait la plus grande partie de ses vacances d’été chez son oncle et sa tante. Il partait de la grande ville et il se rendait seul comme un grand garçon en autobus dans son patelin natal. Enfin, il pourrait la revoir. Il ne s’était pas rendu directement chez son oncle. Henri se tapait la route à pied entre le terminus d’autobus et la maison du dentiste Lamarche à Lamaque, une bonne marche avec son bagage sur le dos sous le chaud soleil de la fin-juin. Un peu plus que la moitié du chemin parcouru, il n’avait pas encore réussi à calmer son agitation, une stupide peur incontrôlable de ne jamais la revoir. Comme cette sensation complètement dingue qu’il ressentait quand la nouvelle épouse de son père lui tendait discrètement les enveloppes à l’abri du regard de ses frères qui se seraient offerts une bonne rigolade s’ils avaient mis la main dessus avant lui. Il la flanquait rapidement dans ses culottes et rabattait vitement son gaminet par-dessus comme si c’était le plus sale des butins. Dès qu’il en avait l’occasion, il fuyait à la cave du commerce familial où un recoin fabriqué avec des caisses de Coke lui offrait l’asile, la planque parfaite pour lire ses missives en paix.

Henri ne savait pas si c’était ça la fameuse chose que tout le monde appelait bêtement avoir un gros kick, ou plus crûment l’amour, comme dans tomber en amour. Tout ce qu’il en comprenait c’était le malaise au ventre et dans son corps tout entier lorsqu’il ne se pouvait plus d’attendre la fin du souper pour se pousser dans sa cachette en bas, lire les lettres de Marie.

Une sirupeuse ballade commerciale hantait alors toutes les radios. Le ver d’oreille avait envahi le pauvre Henri qui l’avait murmuré dans sa tête tout l’hiver.

 Oh lady Mary, petite fille aux yeux bleus.

Et voilà qu’à force, les saisons avaient passé et Henri était de retour à Lamaque, encore un petit kilomètre et il serait chez Marie. Pour se changer les idées en marchant, il pensait à ce qu’il pourrait faire pendant ses vacances. Il savait qu’il ne pourrait pas jouir de tout le temps qu’il aurait espéré passer avec Marie. Ses pauvres performances scolaires avaient forcé son père le dentiste sévère et fier-pet comme pas deux à l’inscrire aux cours d’été. L’idée le rendait triste mais il comprenait. Comme ils allaient se retrouver moins de dix jours plus tard, il n’avait pas jugé bon lui exprimer sa tristesse. Il n’avait tout simplement pas répondu à la dernière lettre de Marie.

En chemin, il se demandait si son oncle avait gardé la grosse bicyclette à pneus balloune de sa cousine. Il s’en servait parfois l’été pour aller au brochet au lac Blouin ou chez son grand frère à Vassan. Elle se ferait bien pratique maintenant pour aller voir Marie. Il tournait maintenant le coin et apercevait dans un pincement du cœur sa maison natale. Henri s’était alors tiré un plan dans sa tête. Il couperait par la cour malgré que la maison paternelle appartienne maintenant à de purs étrangers, il passerait par la ruelle et irait surprendre sa belle Marie-aux-yeux-bleus dans sa cour au lieu de sonner à la porte d’en avant.

Sûrement pas son oncle Maurice qui l’aurait grondé s’il eut fallu qu’on l’y prenne. Son oncle conduisait le taxi, petit homme affable pas très haut sur pattes et plutôt baquet avec une épaisse et drue chevelure impressionnante qui ne reprenait jamais véritablement sa forme lorsqu’il enlevait son képi de taxi. Il adorait les enfants. N’ayant eu qu’une fille adoptive bien à lui, il vouait à Henri et à ses frères une affection toute particulière. Quelquefois Henri allait le rejoindre à son stand de taxi, petite cabane tout petite qui était alors à l’autre bout, à l’entrée de la ville. Quand le téléphone sonnait, il laissait Henri répondre, Main Taxi, bonjour!  Henri notait proprement les adresses. Puis l’oncle Maurice le laissait monter avec lui faire le voyage. L’été d’avant Henri avait dû se coincer entre deux belles madames parfumées et tout endimanchées qui allaient je ne sais où en plein jour avec leur profond décolleté qui laissait voir beaucoup de leurs belles grosses mamelles bien rondes qui arrivaient juste au visage d’Henri. Les choses ballotaient comme une grosse bolée de Jell-O lorsque le taxi prenait des bosses pour le plus grand bonheur d’Henri. Il en avait longuement conservé l’image dans sa tête, souvenirs bien commodes lorsque nuitamment Henri découvrait tout coupable comment fonctionnait son corps de garçon en se faisant tout un cinéma dans sa tête. Il ne parvenait cependant jamais à apercevoir en rêve l’image de leurs vulves, il n’en avait jamais vraiment vu ailleurs que dans les revues feuilletées à la dérobée dans la tabagie de son père.

Rendu près de chez elle presqu’au bout de la ruelle, il raccrochait encore sa pensée à ces gros lolos qui l’avaient tant obsédé. Drôle parce qu’il ne se rappelait pas de la taille des nichons de Marie, pas vraiment gros dans ses souvenirs en tous cas, mais on ne sait jamais avec les filles. Elles carburent aux secrets, nous cachent tellement de choses. L’esprit encore aveuglé par des paires de voluptueuses énormités, il avait du mal à comprendre ce qu’il voyait poindre dans la vraie réalité devant ses vrais yeux incrédules.

Une jeune fille qu’il ne voyait que de dos, penchée sur un garçon monté sur une ridicule petite moto à l’embrasser langoureusement. Ça lui était venu non pas de façon brusque mais comme dans un film au ralenti. Il voyait le visage de la fille se tourner lentement vers lui, glisser deux mots à l’oreille de l’autre qui s’était aussitôt retourné lui aussi.

Louis Papineau avec Marie Lamarche, sa Marie.

-Louis Papineau il me lâche jamais, maudit fatigant. Un vrai colleux, une mouche à marde. J’ai assez hâte que tu viennes lui mettre une tape su’a yeule, lui avait-elle écrit pendant l’hiver. Louis Papineau avait été longtemps son meilleur ami.

Ébaubi et sonné, Henri allait tourner tristement les talons et repartir avec son petit bonheur lorsque Marie avait eu l’audace de l’appeler du bout de la gueule. Henri s’était approché nerveusement en souriant du mieux qu’il pouvait. Il avait gentiment tapé sur l’épaule de son ami Louis.

-Salut le gros, ça boum? Ton père t’a laissé te faire une moto avec son rasoir?

Puis il s’était retourné et avait fait deux bises glaciales sur les joues d’une Marie stoïque et craintive.

-J’étais juste venu faire un petit croche à Lamaque avant d’aller chez mon oncle Maurice.

 

Long malaise. Très long.

 

Bon, ben, j’vas y aller moi là, là. Bonne journée.

Comme un héros accablé par un sort cruel, Henri était reparti le cœur en mille miettes. Personne ne peut comprendre vraiment la profondeur abyssale du malheur et de l’immensité des peines imbuvables de nos ridicules amourettes d’enfant. Personne.

No one knows what it’s like

To feel these feelings

Like I do

And I blame you

No one bites back as hard

On their anger

None of my pain and woe

Can show through

But my dreams

They aren’t as empty

As my conscience seems to be.*

Les jours avaient passé, ne faisaient rien de mieux que ça, passer. Chez l’oncle Maurice et la tante Madeleine, même chose. Les journées passaient les unes en tout point semblables aux autres, une chorégraphie réglée au quart de tour dans une routine domestique et matrimoniale qui durait depuis la nuit des temps. L’été ne semblait pas parti pour finir de sitôt. Henri désoeuvré prenait le gros bicycle de sa cousine et partait faire des tours icitte et là de temps en temps sans jamais vraiment retrouver son entrain. Tante Madeleine voyait tout mais ne savait rien. En prenant son café un bon matin elle lui avait dit :

-Tu devrais aller voir la petite Lamarche ou ton ami Louis, ou Normand ou les Bigras, tu t’ennuies pas d’eux autres? Je suis sûre qu’ils seraient contents de te voir.

Toute la petite bande avait l’habitude de tuer les soirées d’été à rigoler dans les gradins déserts du terrain de football, sur les banquettes du Capitol Lunch à bouffer des frites ou dans la cave des Bigras quand les soirées se faisaient pluvieuses. C’était là que Marie l’avait vraiment regardé de ce regard-là et qu’il l’avait bien vue lui aussi comme ça pour la première fois. Il l’avait raccompagnée chez elle à la tombée du jour, c’était déjà le dernier soir de ses vacances. Henri se disait qu’il ne pouvait pas partir comme ça. Il devait absolument trouver le courage d’oser quelque chose. Dans le petit raccourci dans le bois, au pied d’un mur de pierre, il l’avait enlacée et comme il avait entendu quelque part comment les choses se font, il lui avait poussé la langue dans sa bouche et la faisait tourner en imbécile pour absolument rien. C’était comme si Marie n’en avait pas, elle, de langue. La langue d’Henri avait attrapé le vide comme pédaler en bicycle quand la chaîne débarque. Ou elle ne bougeait pas, paralysée ou quelque chose comme ça. De beaux petits seins devinés à travers la légère camisole qu’il n’aurait jamais osé toucher, mais pas de langue. Elle n’avait rien dit et paraissait sonnée. Henri pensait qu’il venait de commettre une grosse bourde mais c’était là, dans de bien tristes adieux qu’ils avaient promis de s’écrire. L’image lui revenait encore, il se trouvait tellement idiot. Idiot et triste.

Il avait enfourché la bicyclette et s’était rendu à Lamaque voir si quelqu’un se trouverait là, d’abord au Capitol Lunch désert, puis au terrain de football, pas mieux. Il était retourné chez son oncle, avait ramassé son gréement puis il était reparti vers le quai du lac Blouin essayer d’attraper un brochet. Sa peine l’obsédait, il ne voulait qu’être seul, broyer du noir tranquille. Il pensait toujours à elle et au maudit Louis Papineau à marde et il lançait sa ligne à l’eau sans conviction. La paix qu’il voulait, pas du brochet, la sainte paix.

Il avait appâté comme on appâte pour du menu fretin, sans plus. Mais au bout d’un moment sa ligne s’était pliée en arc et avait plongé violemment vers l’eau. Le pauvre Henri avait peine à la tenir à deux mains. Il zieutait au fond de l’eau l’énorme brochet qui se débattait, le plus énorme qu’il n’avait jamais vu, le père de tous les brochets du lac Blouin, de toute l’Abitibi à bien y réfléchir. Le combat fut long et ardu, la bête était même presque toute sortie de l’eau dans sa lutte acharnée et leurs regards s’étaient croisés comme deux guerriers choqués noir. Ça ne lui arrivait jamais lorsqu’il pêchait avec ses amis et il aurait bien aimé qu’ils soient tous là pour voir ça, vivre ça avec lui. Toujours les autres qui attrapaient les plus gros. Puis dans un grand clac! la ligne avait cédé et le monstre des mers avait fui traînant avec lui l’hameçon, l’appât et un long bout de ligne. Frustré, Henri avait frappé un grand coup de pied dans sa cannisse de vers. Finie donc la pêche. C’était là qu’il avait ressenti comme une grande nostalgie, un énorme vide. Il avait alors décidé d’appeler ses amis le soir même.

Tout finit toujours par se savoir dans les petites places comme Lamaque. Henri avait appuyé le gros bicycle de sa cousine sur un poteau en face du Capitol Lunch. Il voyait à travers la vitrine ses amis déjà bien installés dans une cabine, écoutant la musique du juke-box et mangeant des frites tout en siphonnant des orangeades. Normand était là, les Bigras, Louise Bérubé avec Camille la sœur de Marie. En s’avançant vers le creux du vestibule extérieur, Henri avait failli avoir un choc vagal. Tapie dans l’ombre, Marie était là, elle savait qu’il viendrait. Elle tenait dans ses mains un paquet de lettres dans leurs enveloppes délicatement décachetées comme seules les filles savent le faire. Tout se tenait par un croisement de jolis rubans bleus joints ensemble d’une boucle parfaite. Elle lui avait tendu le paquet de lettres qu’il regardait ému autant que surpris.

-C’est dommage que tu n’aies pas répondu à ma dernière lettre, avait-elle simplement dit, j’ai pensé que tu ne m’aimais plus.

Avec tout le mélo qui pouvait venir colorer le drame de ces amourettes d’enfant, ces histoires que l’on s’inventait à soi-même et qui ne tenaient jamais vraiment la route face au passage brusque du temps et de la réalité triste et nue ou du premier crétin débarqué sur une ridicule mini-moto. Au lieu d’attraper le paquet, Henri avait attrapé les épaules de Marie et il avait décidé de se payer une dernière traite. Les beaux yeux bleus de Marie n’avaient absolument pas l’air de vouloir lui dire non. Il lui avait collé la langue dans sa bouche comme l’été d’avant mais apparemment l’hiver et le printemps lui avaient laissé tout le temps de se faire pousser une langue, une belle langue douce et chaude qu’Henri découvrait ahuri. Et elles tournaient maintenant au même tempo l’une alentour de l’autre. Henri était ravi comme lorsqu’on réussit à maîtriser le Houla-Houp pour la première fois. Le paquet était tombé par terre et ils s’étaient enlacés longuement le temps que leurs langues parviennent à se lâcher et que quelques taponnages de curiosité juvénile aient occupé leurs mains malhabiles. Dès qu’un stupide bruit de rasoir s’était fait entendre plus bas sur la rue Perreault, elle s’était enfuie en courant.

Curieusement, Henri avait ressenti une grande fierté, comme un grand soulagement.

Dans le Capitol Lunch, les retrouvailles s’étaient passées dans le gros bonheur, dans la frite et la Grapette au son du juke-box d’où sortait une chansonnette débile de César et ses romains. Les amitiés inconditionnelles de l’enfance où les conversations reprenaient exactement là où elles s’étaient terminées un an plus tôt. La vraie grosse joie sale. Marie leur avait abandonné sa sœur Camille. Les gars la trouvaient plutôt agaçante, tout le contraire de sa soeur. Exacerbée, bavarde, bruyante mais pour tout dire un peu plus jolie que sa sœur Marie. Avec une théâtralité exagérée, Henri avait raconté aux amis avec trop de détails son combat contre le monstre des eaux du lac Blouin qui devait bien peser cinquante livres, mesurer au moins quatre pieds de long sans compter la gueule et la queue. La bande s’était décroché les mâchoires à force de rire de lui. Henri comprenait leur dérision, il n’avait pas su sortir la bête des eaux. Il n’aurait pas pu d’un grand coup de poing sur la table frapper son récit du sceau de la vérité absolue. Rien que les beaux yeux de Camille soudain ronds comme des cinquante cennes avaient suivi l’histoire sans broncher, presqu’en pamoison par moments. À défaut d’un (gigantesque) brochet, pensait Henri, il avait sans doute eu là une autre touche inespérée.

Ils avaient tous quitté ensemble à la fin de la soirée. Henri marchait à côté d’elle en tenant le vélo d’une main. Camille avait glissé sa main sous son bras libre. Après la maison des Bigras au coin du boulevard Dennison, Henri était resté seul avec Camille qui habitait la septième rue plus bas. Henri l’égo tout gonflé se croyant maintenant de la stature d’un Rudolph Valentino lui avait offert de la faire monter sur la barre de sa bicyclette et d’aller la déposer chez elle, non sans arrière-pensée. Il était passé par la ruelle et elle était descendue de la barre en s’appuyant sur la cuisse d’Henri, haut sur la cuisse d’Henri. Il n’avait pas hésité à lui attraper la main et la tirer avec lui derrière le garage qui empêcherait le dentiste Lamarche de les voir, lui ou sa sœur Marie. Henri et elle étaient tombés à bras raccourcis l’un sur l’autre, s’étaient mis à se tripoter partout, il la pelotait royalement lui qui n’avait jamais rien peloté d’autre que des balles de laine. Ils s’embrassaient à pleine gueule lorsqu’il avait lentement glissé la main sous sa courte jupe, puis derrière un coton tout doux ses doigts avaient rejoint le terrain chaud et humide qu’il découvrait ravi. Henri était sur le bord d’exploser. Camille rouge comme une merise bien mûre avait enlevé la main d’Henri de là, très lentement, comme pour goûter encore un peu la douce sensation de ses doigts sur elle. Elle lui avait gentiment dit non du bout de la gueule en descendant tranquillement la main d’Henri sur le long de sa cuisse et Henri n’avait pas insisté. Quelque part très heureux d’être remercié en plein milieu d’un mandat qu’il n’aurait pas su comment finir. Elle était partie en coup de vent lorsque la lumière de la galerie d’en arrière de chez elle s’était allumée et elle l’avait tout bonnement abandonné là, gros Jean comme devant. Mais l’été était encore tout jeune, avait pensé Henri.

Que de douces mémoires qui venaient ainsi marquer les jeunes vies à jamais. Jours heureux et insouciants, la découverte troublante des cœurs et des corps dans l’excitation la plus vive et l’ébaubissement le plus doux.

Les visites d’Henri se sont lentement espacées à mesure que la vie avait fait de lui un homme, un vrai cette fois-ci. Il n’avait jamais plus revu sa belle Marie-aux-yeux-bleus ni la chaude Camille qui avaient dû suivre leur père parti arracher des dents sous d’autres cieux.

Dans l’autobus qui l’avait ramené en ville à la fin de cet été-là, tous les indélébiles souvenirs d’été dans son Abitibi natale habitaient son esprit et se rapaillaient dans son cœur pour le réchauffer.

Songeur et pensif, le visage collé dans la fenêtre de l’autobus, les yeux rivés sur le sublime parc sauvage qui défilait derrière un rideau de pluie, la grande question. Un seul grand mystère tracassait encore et toujours Henri et venait porter ombrage à ce moment de pure grâce.

Combien est-ce qu’il pouvait peser vraiment, ce foutu brochet?

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonMauve

*paroles de Behind blue eyes, The Who, clin d’oeil à mon frère Marc.

 

Le retour de Susanna

J’ai eu la chance de ne jamais en avoir, une chance que Susanna n’en espérait pas moins.

Trop jeune, elle aimait beaucoup trop les hommes. Elle fumait beaucoup trop de thaï stick. Voulant se jeter sur les rails, elle avait tout confondu et à marée basse s’était échouée à deux pieds du quai dans six pouces de vase.

Trois rêveurs partis conquérir le monde stoppés brutalement par l’immensité du Pacifique se trouvaient là.

Nous l’avions ramené dans la cabane que nous prêtait un riche villégiateur en échange de nos bras. Elle avait troqué son corps maigrichon contre une pleine barge d’illusions dompée sur elle par un beau touriste de passage et elle portait maintenant son enfant.

Nous l’avions nourri, dorloté. Après un temps, elle nous avait pondu un garçon minuscule qu’on avait tendrement baptisé l’échalote. Elle lui avait donné nos trois prénoms en signe d’affection. Puis un jour un bel hindou nous l’avait volée.

Quelques nouvelles de Susanna étaient venues sporadiquement puis plus rien. Les rêveurs étaient maintenant rentrés chacun chez eux.

Sauf un.

Pauvre Tristan, resté là, tous les soirs sur le quai à attendre le retour de Susanna.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonMauve

 

Texte publié sur À 190 mots de distance : défi littéraire collectif, contraintes: le thème qui doit être Le retour, la première phrase doit commencer par J’ai eu la chance de ne jamais en avoir, nombre de mots maximum 190.

Le matcimanito

Je me rappelle que mon père appelait ce lieu le Mac-Manitou ou n’était-ce qu’ainsi que ça sonnait dans mon oreille.

Le mont du diable, jadis appelé le mont Devil, connu aujourd’hui sous le nom de mont Matchi-Manitou dominait le flanc ouest d’un superbe plan d’eau qui porte le même nom. C’est sur ce lac que mourût de froid Stanley Siscoe, ingénieur-minier et pionnier de l’Abitibi, en 1935 après que son avion y eut défoncé les glaces de mars.

Une vieille légende raconte que des amérindiens ayant pris place dans deux canots s’y étaient un jour lancés à la poursuite d’un orignal énorme apparu de nulle part. Soudain, sans avertir le lac les aspira vers le fond et jamais ils n’en remontèrent, et cela par temps calme et à faible distance du rivage. Depuis lors, les autochtones n’ont plus jamais osé s’approcher du lieu. Madji Manidô Sagahigan, en langue algonquine, signifiant « mauvais esprit », le matcimanito avait pris possession des lieux.

Léon Santerre était un homme discret, il préférait ne pas être trop vu en ville avant le grand soir. Il avait loué un camp de pêche au bord du Matchi-Manitou à une demi-heure de Bourlamaque, un vieux rêve d’enfant. Petit camp de bois rond au luxe surprenant, directement au bord de l’eau. Léon était né dans la région à la toute fin des années cinquante et s’entêtait toujours à utiliser le nom de Bourlamaque, municipalité qui n’existait plus, fondue dans les folies de grandeur du grand Val d’Or métropolitain, comme bien d’autres petites bourgades alentour qui avaient perdu leur âme. Léon Santerre avait quitté l’Abitibi tout jeune lorsqu’un exil familial forcé l’avait conduit à Montréal.

Enfant, l’écriture, les mots, le fascinaient déjà. C’était presque une déchirure au coeur de cinquante années de long qu’il raccommodait en revenant encore une fois sur la terre de ses aïeux. Bien peu de ses amitiés de la petite enfance y étaient toujours, un frère, un peu de famille, de vagues connaissances. Mais Léon Santerre était têtu. Ceci devait se passer ici, loin de Montréal, là où tout avait commencé, là où la terre accueillait sa mère en son ventre et toute son enfance lumineuse avec elle. Là où plus grand monde ne se rappelait de lui.

Dans la technologie toute nouvelle, il avait enfin découvert une voie pour son plaisir égoïste. Il tenait un cyber-carnet sur la toile où il publiait ses créations littéraires. La grande majorité de ses lecteurs étaient eux-mêmes des blogueurs de toutes natures. Poètes, romanciers, critiques, photographes, artistes visuels. Son lectorat à lui était typiquement une femme dans la quarantaine, la cinquantaine peut-être, beaucoup de lectrices de la francophonie d’outre-mer, de France principalement, qui éprouvaient apparemment un plaisir indicible à lire le français particulier des lointaines “colonies”. Léon Santerre n’hésitait jamais à raconter les choses telles qu’elles étaient, la nature humaine dans sa bête réalité, sous tous ses plus inavouables travers. La toile représentait un médium pratique en cela, à l’abri des réticences crasses des réviseurs et des éditeurs frileux.

Il avait longuement hésité avant d’entreprendre le projet farfelu de publier à frais d’auteur un premier recueil de ses meilleurs textes. Péché d’orgueil. Le lancement constituait son pire casse-tête dans les circonstances. De là un peu l’organisation de l’événement loin des grands circuits. Pour ce qui est de son identité, bien peu de gens le reconnaîtraient à Val d’Or. Des gens qu’il connaissait déjà de près, des gens qui joueraient le jeu avec lui de bonne grâce. Il ferait lui-même quelques lectures, en confierait d’autres à des proches, dédicacerait le livre à titre d’éditeur imposteur, au nom de l’auteur soi-disant absent. Il avait choisi le lieu, une brasserie populaire fréquentée par toute la faune culturelle de Val d’Or. Dès le méfait accompli, il comptait se rapailler et passer une dernière nuit au Matchi-Manitou sur son chemin de retour.

Nul n’échappe à son propre plan ni à l’expiation de ses pompes et de ses sombres oeuvres. Cette heure-là était encore venue. L’heure où ni la lune ni le soleil ne savent où aller s’accrocher, gênés d’avoir à se rencontrer dans le face à face singulier d’un éclairage bleu profond qui ne leur appartient ni à l’un ni à l’autre. Ni le soir de la veille qui meurt ni le matin du lendemain qui se mettrait à naître. Le bref moment où se suspend nuitamment le temps pour voir venir le pire. L’heure de grand silence où les esprits en profitent pour se faufiler dans la douceur du vent.

Outre le chuchotement à peine audible de l’onde qui venait éternellement lécher le fin gravier de la plage, le premier bruit devait inévitablement provenir des mauvais esprits de la nuit. Léon Santerre en suées froides et abondantes avait raidi droit dans son grand lit de camp. Cette heure-là, toujours cette heure-là. Des pleurs lancinants dans la nuit repris par l’écho du lac étaient venus déchirer ses oreilles en plein sommeil. Le matcimanito aspirait sa nouvelle proie dans son repère sous l’eau, pas tellement loin du rivage du lac endormi, une âme perdue à jamais. La pauvre se lamentait en vain dans le grand vide céleste de cette heure-là. Léon était sorti, s’avançait craintivement sur la grève et s’installait griller le tabac des fous bien installé sur une énorme pierre arrondie. Léon sentait ces choses-là, les voyait parfois. Mal lui en prît, le mal était déjà fait ou rien de tout cela ne s’était vraiment produit ailleurs que dans sa tête de rêveur. Et le soleil s’était lentement allumé à l’odeur de l’herbe folle sur ce nouveau matin. Après toutes les excitations de l’avant, le matin du grand jour de Léon était venu comme ça, lui, tout calmement.

Rentré au camp se mettre à l’abri des mouches maintenant réveillées, Léon Santerre prenait son café du matin. Il avait ouvert son portable et tentait en vain d’établir une connexion avec le reste de l’univers, peine perdue. Le Matchi-Manitou ne faisait pas partie de cet univers-là. Par dépit, il se saisissait alors de son cellulaire beaucoup moins commode pour lui, ses petits yeux et ses gros doigts. Incontournable routine du matin, Léon allait consulter son blogue, voir les statistiques de la veille, les appréciations et les commentaires de son lectorat. Péché de vanité s’il en est un de plus. Écrire pour son plaisir égoïste sans intention d’en retirer le moindre bénéfice, soit, mais être lu venait comme un baume, soufflait une douce chaleur sur son égo qu’un rien pouvait venir enfler démesurément. Ses meilleures prestations atteignaient la centaine de lecteurs. Quelques blogueurs et blogueuses lui écrivaient occasionnellement, il se créait des cercles. On reconnaissait les habitués. Les accointances se retrouvaient. Dans cet univers écrit sans loi écrite, bien des gens sans histoires mais encore des êtres singuliers d’une grande créativité, habités des plus grandes et des plus effrayantes sensibilités, des visions acutes jusqu’aux brumes épaisses, des gens tapis chacun dans son petit coin d’univers y jasaient avec la planète entière, y mettaient leurs âmes à nu.

Dans le lot parfois digne d’un grand cirque baroque, bazar de modèles dépareillés d’individus insolites et singuliers, il y avait une certaine Carolane B., poétesse et photographe pas du tout dépourvue de talent au goût de Léon. Probablement dans la vingtaine, peut-être la trentaine, ses commentaires étaient devenus des plus assidus au bas des textes de Léon après qu’il ait lui-même appuyé quelquefois sur le bouton d’appréciation au pied de ses vers à elle.

Avec le temps, les commentaires s’étaient allongés, puis se présentaient comme des textes à répondre et Léon s’était mis à répondre pour le plaisir d’écrire. Comme pour jouer le jeu entre deux inconnus dans deux recoins de la vaste toile. Carolane B. se faisait admirative et graduellement très assidue sur le blogue de Léon. Sur le cellulaire ce matin-là, la lecture de son dernier commentaire avait plongé Léon Santerre dans la plus grande perplexité.

 

Je me disais en te lisant qu’on ne décide pas de qui on aime.
Quant à l’image derrière le jour,
si on regarde bien, on arrive à la voir un peu.

Folle des vieux. De leur sablé d’histoire.
Des bouchées d’ombre et de lumière.
Tout le miel et le tendre. Et l’amer et l’envers.

Folle. Autant que je le suis des vieux arbres.

C’est un courroux en bandoulière.
Et une peine en sacoche.
Au pays des aveugles.

Carolane B.

 

Les quelques caisses de bouquin et tout le matériel avaient été débarqués au Prospecteur, brasserie artisanale et locale sur la troisième avenue, rue principale de Val d’Or. Attablé avec son frère et quelques vieux amis retrouvés, Léon Santerre planifiait la soirée avec eux, méticuleusement. Toutes choses faites comme il se doit, une bière locale aux bleuets avait bien arrosé le souper des grandes retrouvailles et comme disent souvent les chinois dans ces circonstances-là : boys will be boys. Le temps passait joyeux à se remémorer les bonheurs passés, les mauvais coups comme les bons, à parler de femmes, inévitablement. Jean Ferland éternel Beau Brummel qu’un cancer grugeait lentement par en-dedans n’avait rien perdu de sa vigueur, du moins en pensée. Il confessait sans pudeur son fantasme du moment. Les belles grandes femmes aux longues chevelures rouges de feu, soyeuses et ondulantes, à la belle peau blanche constellée de taches de rousseur intrigantes. Des créatures envoyées sur terre par le diable lui-même pour endêver les pauvres hommes alanguis. Leurs yeux perçants invitaient le mal plus malaisé à faire partir qu’à faire venir. Une écume blanche se ramassait sur les commissures de la gueule du pauvre bougre qui en mettait et en remettait dans le détail qu’on épargne usuellement aux enfants.

Sur ce, la porte qui donnait sur la rue s’était ouverte miraculeusement sur l’exacte créature que l’esprit tordu de Jean Ferland venait de peindre pour ses amis. Toute en grâces elle s’insinuait dans la brasserie ainsi que dans toutes les chairs soudain paralysées de tous ces hommes qui par malheur rencontraient son regard vert et enjôlant. Déjà blêmi par tous ses traitements médicaux, le pauvre Jean Ferland le menton échoué au bedon en perdait le reste de ses couleurs.

– Je l’savais, ciboire, c’t’un don spécial que j’ai. C’est ton soir mon Léon, c’est ton grand soir, c’est pour toi qu’elle est venue. Je l’ai appelée de mon seul délire, juste pour toi, Léon, juste pour toi! nous criait Ferland à voix basse.

De grands éclats de rire avaient clos le débat pendant que la jeune et fascinante rouquine s’installait seule dans un recoin discret de la brasserie comme pour s’y faire oublier. Une chanson folk du temps des hippies avait maintenant peine à couvrir les conversations joyeuses. Les chaises vides s’attrapaient des fessiers une à une, invités triés sur le volet et habitués du vendredi unis dans la même bonne humeur. Tout un chacun des amis s’apprêtait fébrilement à tenir son rôle dans le scénario convenu. Toutes choses avaient pris place dans l’ordre tracé d’avance.

Après les présentations et les lectures chaudement accueillies, Léon Santerre s’était installé derrière la table où il dédicaçait un à un les livres en échangeant quelques mots avec les acheteurs et la pile de bouquins avait descendu à un rythme inespéré. La fatigue, la période de préparatifs ardue qui avait précédé le grand soir, l’angoisse et le doute, la longue soirée qui achevait et sûrement un peu de la bière locale avaient tracé des creux sur le visage de Léon.

Léon Santerre examinait d’un oeil épuisé l’état de ses réseaux sociaux sur son cellulaire entre les dédicaces qui s’espaçaient maintenant de plus en plus. La foule se faisait moins nombreuse. Les chaises disaient adieu aux chaudes foufounes une après l’autre.

Elle avait placé son livre entre le téléphone portable et le regard de Léon le faisant sursauter quelque peu. Il levait les yeux et elle était là devant lui. Un parfum de vanille envahissait le nez de Léon pendant que son esprit s’embrumait. Sa chevelure ocre ondoyante, ses yeux vert poison et sa peau blanche marquée de picots comme un ciel étoilé, le matcimanito s’était incarné en femme à chevelure de flammes et son tour était venu, pensait Léon. Il ne donnait plus très cher de sa pauvre peau. Maudite boisson.

Un sourire de gamine l’avait tout doucement ramené de son enfer idyllique. Elle lui demandait simplement s’il était l’auteur, lui exprimait combien elle avait apprécié la lecture de ses textes surtout la lecture qu’en avait faite son frère, lui qui avait eu quelques expériences de comédien professionnel avait été magistral dans son rendu. Un peu embêté, Léon avait répondu, improvisant :

– Non, je suis rien que son gérant, Julien Saurel. L’auteur tient à son anonymat, il croit fermement que sa personne n’ajouterait rien de bon au bonheur de la lecture de ses mots. À qui est-ce que je dédicace ce recueil?

– Julien Saurel mon cul, répliquait la rouquine, j’avais lu tout Stendhal avant même de me présenter au secondaire, répondit-elle en prenant un air de bienveillante réprimandeuse. Il n’y aura jamais eu qu’un seul Julien Saurel, quel emprunt malhabile. Pffff.

Tout en causant, elle ouvrait la couverture de son bouquin, elle lui avait enlevé la plume des mains. Puis elle se penchait vers la table lui offrant une vue inattendue sur la blancheur de sa poitrine qui illuminait le fond de la cachette rouge sang de sa chemise de coton. Elle avait griffonné son nom sur la deuxième de couverture pour faire sien à jamais le recueil de Léon. Elle avait finalement replacé la plume devant lui. Elle se redressait et retournait maintenant son livre vers lui en tenant la couverture bien ouverte pour la dédicace.

Léon y lisait alors ébaubi en belles lettres moulées sur le coin gauche de la deuxième de couverture . . .

Carolane B.

Un quatre-et-demi tout en long et mal éclairé dans un des rares secteurs du Mile-End où elle pouvait encore s’offrir le loyer. Carolane B., 31 ans, fille unique d’une mère seule et unique, poétesse et photographe mais encore un peu libraire à l’occasion, souvent serveuse, quelquefois modèle ou danseuse. Un monde plutôt triste de deux salons doubles de long, tout ce qu’elle pouvait assumer après de longues études littéraires qui ne lui avaient laissé que des dettes énormes. Sa nature sauvage, un physique des plus singulier et une série de désolants revers d’amours malades lui faisaient endurer sa solitude avec courage et résignation. Elle courait les quartiers environnants d’où elle tirait des clichés impressionnants qu’elle retouchait parfois pour en faire des tableaux noir et blanc d’une admirable picturale. Elle laissait ensuite chaque photographie l’inspirer et elle y greffait des mots au bonheur de ses humeurs.

Elle lisait Léon Santerre un peu comme on se regarde dans un miroir déformant, miroir magique qui ne reflète que la beauté des mots, qui omet les détails odieux de l’existence comme le temps qui prend son dû sur les êtres, les cultures différentes, les distances, la réalité pure et dure et toute cette sorte de choses. Avec le temps, Santerre était devenu sa seconde nature à elle, les mots manquant à l’horrible puzzle de ses jours. Le reste elle s’en battait les couilles en autant que faire se peut pour une jeune femme. Lorsqu’elle avait appris un peu par hasard et sur le tard que Santerre lançait un recueil, elle avait couru supplier mère et monde de lui avancer (encore) la somme pour s’offrir le voyage. Comme si sa vie en dépendait. Un bagage vraiment minimaliste lancé à la va-vite dans un petit sac à dos et elle sautait dans le seul autobus qui faisait le trajet. Elle avait dû se rendre à Val d’Or la veille au soir et ne pourrait rentrer en ville que le surlendemain du lancement. La fréquence des transports en commun n’était plus ce qu’elle avait déjà été dans ce coin de pays.

Carpe fuck’n sacrament de diem, s’était-elle alors dit.

Sans le sou pour s’offrir une chambre d’hôtel, elle avait marché toute la nuit parcourant certains des pélerinages bourlamaquois que Santerre décrivait dans ses textes. Parcouru bien des rues, vu sa maison natale, calé ses pieds dans les glaises chaudes au bord du crique à marde, marché tout le village minier deux fois plutôt qu’une; puis elle s’était installée tout en haut de la côte de 100 pieds pour voir venir le jour sur la vallée de l’or. Elle était ensuite descendue en ville faire la troisième tout du long d’un bord puis de l’autre. Pris quantité de photos. Elle avait grignoté en marchant quelques trucs bon marché du IGA puis s’était installée dehors dans un drôle de petit square, enfiler café par-dessus café. Elle y faisait patiemment le tri de ses nouvelles images en mettant quelques mots sur ses favorites. Jamais l’idée que sa démarche était totalement wack ne lui avait traversé l’esprit.

– Je sais très bien qui tu es. Ton image derrière le jour, en fermant les yeux, j’arrive toujours à la voir un peu. Et je t’ai reconnu. Sans blague, ça ne m’aura coûté qu’un habile sourire de patineuse à trente sous et ton pote Jean Ferland était à genoux à mes pieds, passait lamentablement aux aveux, rajoutait-elle avec un sourire subtilement vindicatif et rieur à la fois.

– Jamais j’aurais fait trois cent milles en autobus rien que pour espérer tomber sur un faux Julien Saurel en branches d’épinette noire.

Léon Santerre écoutait ses mots, ahuri, des mots qu’il connaissait. Qu’il reconnaissait. Des mots imprimés à l’encre du cœur dans son récent quotidien qui se transformaient ici en son et en musique, la simple suite logique d’une longue conversation entre bons amis qui durait depuis un certain temps déjà. Une fin tout en magie pour une soirée des plus spéciale pour lui. Un aboutissement des mots, de ses mots à lui, de tout ce temps passé à les écrire, les raturer, les ramener à leur essence et voilà que ces mots avaient un écho. Réverbéraient sur lui, empruntaient la voix, le corps d’une créature insolite tombée des nues. Un mirage dans la nuit d’Abitibi qui naissait. Ou un piège, un piège où il oserait mettre le pied peu importe le châtiment.

Le last-call s’en venait, inévitable comme la nuit qui remplace le jour. Léon Santerre déposait la plume à son tour, refermait la couverture et lui remettait son livre. Elle le reprenait, ouvrait la couverture et baissait la tête lentement en maintenant son regard vert poison vissé aux yeux de Léon. À la limite du malaise, les yeux de la rouquine avaient finalement abandonné l’attaque et étaient lentement descendus vers le bouquin ouvert, lire. . .

À Carolane B.

Trois cent milles de solitude, bardassée par l’autocar et l’angoisse bourdonnante prisonnière au creux du ventre, des heures impossibles à tenter d’impatience de compter les épinettes noires le long du chemin et d’égrener le chapelet de lacs d’un parc sauvage qui n’en finit jamais de finir. La voyageuse s’était en effet mérité mieux qu’un Julien Saurel de pacotille. Celle qui aurait finalement rejoint son vieux mirage méritait amplement d’enfin déposer son bagage près du sien dans le plus beau des camps de bois rond de toute la terre, dans la plus majestueuse forêt d’ifs du nord québécois, voir le soleil reprendre vie dans la splendeur sans nom du Matchi-Manitou.

Affection,

Léon.

Un long long temps. Le temps d’effacer le reste du monde. Ses yeux maintenant brûlants avaient tout doucement repris la connexion troublante avec ceux de Léon Santerre.

 – C’est quand tu veux, avait-elle dit.

Au bout des longues sécheresses de juillet, après que le soleil ardent ait asséché toute la mousse des éclaircies et de l’orée des bois, le feu du tonnerre la pénétrait, se glissait en elle et comme un serpent maléfique, se faufilait sous elle et allait mettre sournoisement le feu à la forêt assoiffée. Au fil des siècles matcimanito faisait ainsi sa toilette. Une douche sous les feux de l’enfer. Après la noirceur des cendres, il se bourrait de bleuets et de framboises puis lentement il se parait de beaux habits tout neufs, vert tendre, et les bêtes revenaient gaiment s’y abriter.

La même bête courait sous les draps défaits dans le chalet de bois rond, contournait l’un et puis l’autre puis revenait vers elle, cherchait le bon moment, là où la chair serait trop bonne à mordre. Une étrange retenue s’était lentement immiscée entre leurs premières ardeurs timides. Lui revenaient à l’esprit tous les tristes amants de son âge qui avaient croqué égoïstement et sauvagement d’une seule et puissante mordée dans ce beau fruit exotique, avaient jeté au loin avec mépris le reste du fruit à peine entamé puis étaient repartis sans se retourner. Et la peine imbuvable.

Lui revenait sans cesse à l’esprit tout l’odieux d’être là avec cette créature intrigante qui s’offrait à lui et qui aurait pu être sa propre fille. Et la honte sans nom de ce désir coupable.

Ils étaient entrés au camp dans la noirceur de la nuit comme deux voleurs, ils avaient partagé une bouteille de chianti et quelques victuailles qui restaient à finir en plaçant habilement et tour à tour des mots pour meubler les tensions et les malaises, des mots de désir qui voulaient désespérément appeler une suite aux choses.

Sans pudeur aucune, elle s’était calmement dévêtue et accroupie en indienne dans le grand lit de camp près de lui. Comme une enfant espiègle, elle tirait tantôt sur sa chemise tantôt sur sa ceinture qu’elle avait finalement défaite puis tirée d’une seule traite en entonnant un fier Nananaaaaa! Déboutonné le pantalon, il s’était dit qu’il devrait bien faire disparaître le reste lui-même. Elle s’était alors allongée tout contre lui, il avait passé son bras sous ses épaules. Ils cherchaient encore et toujours quelques mots utiles à dire ou encore cherchaient à saisir dans le son malaisant des silences le grand coup de feu du départ. La bête à feu commençait à s’affoler sous les draps en tempête. Le langage des corps s’écrivait lentement dans une langue qu’ils ne reconnaissaient plus.

Cette heure-là avait fini par venir, encore cette heure-là. Dans la ville silencieuse, les derniers fêtards de la nuit du dernier hôtel de Val d’Or avaient grimpé dans leurs énormes pick-ups et la noirceur de la nuit les avaient éparpillés au loin. Le peuple du jour espérait encore étirer son bonheur en suppliant qu’on lui accorde un dernier tournis dans sa chaude couchette. La troisième avenue était complètement déserte hormis un autochtone beaucoup trop aviné qui promenait son attelage de chiens husky imaginaires en discutant savamment chasse à l’ours avec son propre reflet dans une vitrine éteinte. Dans un camp dans le bois, une chambre d’hôtel ou deux, icitte et là, le corps de deux amants insatiables s’acharnaient encore l’un sur l’autre dans un champ de bataille de draps horriblement défaits d’une guerre qu’ils ne gagneraient malheureusement jamais. Cette heure-là.

Dans la forêt abitibienne, la faune batracienne s’était épuisée à coasser et à coasser sans fin appelant l’amour toujours l’amour et de guerre lasse s’était tue. Toutes les bêtes avaient pu finalement s’endormir dans un silence d’église, chouettes et hiboux compris. Dans le vent tout doux du silence les esprits prenaient l’air en profitant du calme des eaux du lac au fond duquel le matcimanito s’était endormi pas très loin de la grève. Cette heure-là, quand ni la lune ni le soleil ne parviennent plus à trouver où s’accrocher dans la voute étoilée.

Elle avait doucement grimpé sur lui, déposé ses mains chaudes sur ses épaules et les mains de Léon avaient rejoint ses hanches. Le vitiligo avait pris son corps comme sa toile et dessinait tantôt sur sa poitrine les contours de pays inconnus où les lèvres de Léon rêvaient de faire le plus beau voyage, tantôt sur sa hanche les contours d’un lac perdu, fantastique et chaud, ou il rêvait de s’ébattre avec elle sans fin. Il fallait des yeux d’esthète pour accueillir dans son cœur la beauté suprême dessinée en gracieuses arabesques par le vitiligo partout sur sa peau blanche comme le lait. Le vert de son regard pénétrant cultivait à perte de vue des plantations de chair de poule bien drue partout sur le corps du pauvre Léon. En dansant langoureusement de sa plus belle danse sur le bon morceau de lui, sa vulve brûlante et onctueuse avait allumé les poudres et achevé la patience de la bête maléfique qui sortait maintenant les mordre partout essayant de foutre le feu à la grandeur du camp de bois rond. Elle l’empalait lentement, l’empalait violemment dans une cavalcade qui n’en finissait plus de les emporter bien haut rejoindre la lune perdue et le temps qui se suspendait désespérément à elle dans cette heure-là.

Et dans leurs cris sauvages, elle s’écrasait de tout son poids sur lui pour recevoir sa chaude offrande au plus profond de ses entrailles.

Gardant son trésor nouveau en elle, elle s’était effondrée sur lui, la tête au creux de son épaule, sa longue chevelure qui couvrait tout le torse de Léon dont les bras l’avaient accueillie bien serrée sur lui. Et elle pleurait. Le bonheur ne lui aurait pas été facile du premier coup. Les soubresauts intempestifs de ses pleurs qui agitaient tout son ventre titillaient encore par moments le prisonnier de ses chairs. Puis le calme était revenu, le sommeil les avait sournoisement attrapés dans cette gênante position et conduits tout doucement vers la fin de cette heure-là.

Cette nuit-là, le matcimanito s’en rappelle encore. C’était lui que des cris dans la nuit étaient venus troubler.

Léon Santerre n’avait pas tenu la promesse pourtant écrite de sa main dans la dédicace qu’il lui avait adressée. Ils n’auraient pas vu ensemble le soleil se lever sur les splendeurs du Matchi-Manitou. La lumière vive du matin déjà tout éveillé et sa vieille gueule de sable sec qui maudissait la bière aux bleuets l’avaient réveillé trop tard. Léon avait allongé puis tourné son bras derrière lui pour la retrouver, se réconforter ou se convaincre qu’il ne l’avait pas rêvée dans un stupide délire éthylique. Son bras s’était échoué derrière lui directement sur un matelas tristement désert. Il se relevait lentement sur ses coudes et son regard était immédiatement allé se poser plus bas sur son sexe flasque et racorni qui dormait paisiblement sur son lit de poils cotonnés pris en pain dans les humeurs séchées de leur coït. L’horrible image l’avait tout de même rassuré.

– Carolane?, appelait-il. Il se raclait la gorge et reprenait beaucoup plus fort.

– Carolane!? criait-il alors pour rejoindre le seul petit coin du chalet où son regard n’avait pas accès. Pas de son pas d’image encore.

Le corps de Léon s’était raidi bien droit dans son lit, pris d’une terreur envahissante. L’addiction était déjà profondément installée en lui, il ne saurait souffrir le plus petit sevrage d’elle, la vue de son corps unique et insolite, l’odeur de son parfum de vanille, la chaleur de ses étreintes et le regard qui le chavirait tant et toujours. Léon Santerre avait sauté dans son pantalon. Il avait ouvert avec une force exagérée la porte de la petite salle de bain. Niet, nada.

Pieds nus, en trois enjambées il avait rejoint la grève où son regard ne parvenait pas à retrouver deux yeux verts dans tout l’horizon qu’offrait le Matchi-Manitou toujours aussi majestueux comme si de rien n’était. Il courait maintenant tout le tour du chalet de bois rond en criant son nom à l’orée de la forêt qui les encerclait et rien que l’écho de sa voix rauque lui ramenait encore et toujours la même réponse bête et frustrante du silence. Léon avait gravi à grandes enjambées l’allée de gravier concassé qui menait à la route deux ou trois-cents pieds plus haut s’infligeant moult blessures sanguinolentes sur la plante des pieds. Aussi loin que son regard pouvait voyager d’un bord et de l’autre de la route, aucune trace d’elle. Debout et stupide comme une statue de sel, Léon s’avouait à contrecœur que quelqu’un avait déjà fait monter cette fantomatique auto-stoppeuse depuis un bon moment déjà.

Léon Santerre écrasait son fessier sur une des énormes pierres abandonnées au bord du chemin par les cantonniers, prenait sa tête à deux mains et braillait comme un veau. Jean Ferland avait-il bien vu les pompes de Satan venir par cette fille.  Foutaises, pensait Léon.

Elle avait donc simplement vu ce que lui-même voyait. La peur. Le corps d’un homme que beaucoup trop de temps séparait du sien, un corps sur lequel tout ce temps avait amplement collecté son tribut de toutes les plus viles façons, une chevelure poivre et sel en bataille sur l’oreiller, une barbe blanche et rugueuse qui se pointait lentement, cette purulente haleine de fond de tonne de bière aux bleuets, l’horrible image de sa verge molle. Tout cela dans la lumière crue du matin avait crié haut et fort à sa flamme nouvelle la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.

Il retournait dans le chalet de bois rond le coeur en-dessous des bras, les pieds dans l’accotement de sable jaune pour ménager ses pieds souffrants. Grimaçant, il avait enfilé ses bas directement sur ses plaies ouvertes sans plus de façon, avait fini de s’habiller. Une douloureuse et insupportable compression de tout son thorax ne l’abandonnait plus, lui ordonnait de rapailler toutes ses affaires prestement et de reprendre sa route au plus coupant. Il avait vu et décidé de laisser là quelques choses à elle qui traînaient au sol près du lit et qu’elle avait abandonnées là dans sa fuite précipitée et cruelle.

La déchirure sur son cœur qui devait bien faire cinquante années de long se rouvrait lentement en brûlant sadiquement ses entrailles à mesure qu’il voyait dans le rétroviseur s’évanouir la splendeur du Matchi-Manitou, le plus beau des chalets en bois rond du monde dans sa magnifique forêt d’ifs.

Là où un grand lit de camp horriblement défait dégageait encore un parfum de vanille, l’odeur exquise et épicée de toute la peau magnifiquement enluminée de la jeune femme sublime qu’il ne sentirait plus jamais.

Matcimanito_full

 

 

 

 

Léon Santerre n’avait pas tenu la promesse pourtant écrite de sa main dans la dédicace qu’il lui avait adressée. Ils n’auraient pas vu ensemble l’astre du jour s’élever sur les splendeurs du Matchi-Manitou. Elle ne lui en tiendrait pas rigueur. La lumière vive du matin déjà tout éveillé et sa bouche empâtée qui maudissait les italiens et leur foutu chianti l’avaient réveillée trop tard pour vivre la promesse de Léon avec lui.

Carolane B. avait su manœuvrer avec toute la délicatesse et le flegme d’un sioux pour se détacher du corps de Léon et de libérer inconditionnellement son prisonnier de la nuit. Elle ne voulait d’aucune façon écourter inutilement la grasse matinée de son dernier amant. Elle jetait un tendre regard sur le corps endormi de Léon et malgré le temps, la texture de sa peau si différente de la sienne, ses couleurs, ses odeurs, Carolane B. se disait que c’était de loin le plus bel homme qu’elle avait pu sentir près d’elle depuis des lunes et des lunes. C’était le sien maintenant. Elle avait sorti le iPhone qui lui servait toujours de caméra et elle tira quelques clichés de lui avant de très délicatement relever le drap pour lui rendre sa pudeur.

Carolane B. était nue comme un ver, belle comme ses trente ans. Elle n’avait enfilé que la chemise rouge sang de la veille à peine boutonnée dans l’idée d’aller rafraîchir le bas de son corps dans les eaux calmes du lac, prête à lui offrir encore et encore. Elle avait aussi glissé dans une des poches son appareil dans l’idée d’éterniser le Matchi-Manitou dans quelques clichés de son cru.

Elle était sortie comme un fantôme sans jamais toucher le sol ou si peu. D’une famille modeste de la grande ville, elle n’avait jamais rien vu d’aussi beau que ce que le Matchi-Manitou offrait à ses yeux troublants, troublés ce matin-là. Elle avait marché lentement dans les eaux fraîches du lac jusqu’à hauteur de taille. Sa main était descendue dans l’eau profondément, rejoindre en passant par le devant la chute de ses reins derrière, puis le sillon de ses fesses. Sa main remontait en frottant avec zèle tous les restants de péché qui se trouvaient dans toutes les paroisses sur son chemin. Une odeur de vanille et un parfum de femme exquis et épicé se torsadaient l’un sur l’autre sous l’eau claire en suaves volutes qui partaient vers le large voyageant sinuantes entre deux eaux.

Matcimanito terré dans son trou savourait les divines saveurs nouvelles que le flot lui ramenait. À travers le prisme des eaux claires et tranquilles, il zieutait au loin le corps superbe de cette créature des dieux mi-femme mi-reptile. De l’autre côté du Matchi-Manitou, au pied de la montagne du diable, était apparu de nulle part un orignal gigantesque et majestueux qui descendait avec grâce vers les eaux peu profondes du lac, prendre tranquillement le déjeuner aux herbes d’eau.

Carolane B. frétillait d’excitation, elle n’avait jamais vu une semblable bête de ses propres yeux. Elle s’avançait lentement tirant la caméra de sa poche à la recherche du point de vue qui lui donnerait le meilleur cliché. Au diable la chemise rouge sang. Dans sa lente approche, l’eau montait sur elle et enveloppait maintenant une bonne partie de sa poitrine.

Le lac était pourtant tranquille, le rivage pas tellement loin. Lorsqu’elle fut enfin à sa portée, le matcimanito l’avait lentement aspirée vers lui au fond de son trou noir creusé à même le lit du lac et ne voulut jamais plus s’en défaire.

Sur l’autre grève du Matchi-Manitou, l’orignal immense et majestueux disparaissait dans la même magie qui l’avait conduit là, comme une dernière brume poussée au loin par le souffle doux du matin.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonMauve

 

Poème “Derrière le jour” avec la permission de Caroline Dufour que vous pourrez lire ici.

Le murmure des étourneaux

Lheidli T’enneh dans la langue carrier du peuple amérindien Dakelh signifie “Lheidli – où les deux rivières se rencontrent” et “T’enneh – le peuple”. Et ces deux rivières, le Fraser et la rivière Nechako, se rencontrent sur ce qui est aujourd’hui le territoire de la ville de Prince George.

Au bout complètement de Quebec street à Prince George là où tous pensent que les oiseaux n’y vont que pour faire demi-tour, passé la gare de triage qu’on trespassait illégalement comme disent les chinois pour se faire un raccourci vers l’eau, se trouve un grand parc dans le quartier dit Island Cache faisant face à l’estuaire où la rivière Nechako vient se jeter dans le grand fleuve Fraser contournant en dentelles d’eau quelques îles sauvages aux flancs de sable jaune érodés par le temps. À l’autre extrémité de la Quebec street au bout d’une marche de quinze-vingt minutes se trouve sur Victoria street la bibliothèque municipale de Prince George et quelque part entre les deux, Ketso Yoh −maison où se rejoignent les hommes− (traduction libre), un refuge pour itinérants qui abrite les pauvres hommes de Prince George du crépuscule jusqu’à l’aube. Le matin après le gruau-maison, une orange et un café, on les retourne à la rue jusqu’au repas du soir. Beaucoup d’hommes des premières nations mais aussi quelques blancs qu’on accueillait aussi, comme les autres, la vaste majorité aux prises avec les pires démons de la terre. Tel était l’essentiel de l’univers de Lorne Simmons.

C’est aussi là, quelque part entre le refuge et la bibliothèque, près du terminus d’autobus Greyhound, que les policiers avaient trouvé Lorne Simmons il y a plus de vingt ans de cela. Inconscient, presque mort de froid. Il avait pour tout habit un uniforme de concierge constitué d’un pantalon de gros denim drabe, d’une chemise à manches longues du même drabe industriel, une paire de bottines de construction dans les pieds. Il gisait allongé le long du mur arrière du terminus d’autobus, la tête appuyée sur un petit sac à bandoulière qui contenait l’ensemble de ses possessions. Émergeant péniblement d’un lointain pays imaginaire qu’on aurait certes pu confondre avec un coma éthylique mais qui lui venait simplement d’un long jeûne et d’une interminable exposition aux froids cinglants du nord de la Colombie-Britannique. Et de son âge respectable.

Une douleur vive et répétitive l’assaillait sur les flancs, le ramenait lentement à la conscience. L’extrémité d’une longue matraque semblait se pomper un chemin sur le côté de son abdomen initiant une vive crampe à chaque coup. –Lorne?– entendait-il comme une voix caverneuse venant de l’autre bout du pays, –Lorne?– disait encore la voix qui se rapprochait, se faisait plus claire. Mais qui était ce Lorne qu’on appelait? Pourquoi le faisait-on souffrir de la sorte?

Les couleurs revenaient, des formes de plus en plus claires se substituaient aux brumes épaisses. L’homme s’examinait lui-même, ébaubi de se savoir vivant, regardait ses mains crottées en-dedans, crevassées en-dehors, les passa sur son visage qui était maintenant un dense jardin de barbe blanche en broussaille frisée, il prit conscience de ses jambes qu’il parvint à faire bouger en s’aidant de ses mains malgré le poids immense des grosses bottines. –Lorne?– répétait la voix. –Are you OK, Lorne?–  Le vieil homme s’appuyait maintenant sur ses bras et tentait de relever son corps, position assise pour maintenant, on verra ensuite. Il n’en était pas encore à tenter de décoller ses lèvres solidement collées l’une à l’autre par la déshydratation et le froid.

Les coups de matraque avaient cessé. Il s’examinait du bas de son corps en remontant. On ne lui avait pas volé ses belles bottes, c’était toujours ça de gagné. Le drabe de ses fringues avait déjà été plus propre; sur la poche de la chemise côté coeur, un petit écusson blanc bordé de fil rouge au centre duquel étaient brodées bien clairement les cinq fameuses lettres dans le même fil rouge pompier: L-O-R-N-E. Il était bien écrit Lorne. Ce devait être lui. Il fallait que ce soit lui.

Il releva la tête et vit les deux agents qui le dévisageaient. Patterson, le plus grand, était le plus ancien des deux. Il connaissait tous les itinérants de Prince George par leur petit nom, mais pas Lorne, il ne l’avait jamais vu. Il passait? Il arrivait? Il partait? La proximité du terminus expliquait en partie ceci ou cela mais pas davantage. C’est Patterson qui posait les questions. –Are you OK, Lorne?… Sir, are you OK?– Aucune réponse. L’homme était cependant d’un calme désarmant, le visage somme toute serein. Patterson n’avait perçu aucune odeur d’alcool et il avait pourtant le nez bien exercé. Aucune trace apparente de dépendance au crack, aux métamphétamines et toute cette sorte de choses qui édentent et endommagent les visages comme une sale gangrène. À deux, les agents ont patiemment réussi à remettre Lorne sur ses pieds et le faire monter à bord de l’auto-patrouille où il pût enfin se réchauffer puis ils l’ont conduit à l’hôpital où il passa quelques jours à s’en remettre complètement.

Patterson avait procédé en douce à une minutieuse inspection des effets de Lorne. Outre la broderie qui arborait les cinq lettres, aucun papier, aucune carte, rien pour l’identifier formellement, une bonne poignée de dollars et quelques effets de base. Pas plus. L’homme avait finalement confirmé s’appeler Lorne, c’était commode dans les circonstances, avait fini par rajouter Simmons pour faire joli mais rien de plus. Lorne Simmons était un homme calme, raisonnable, d’agréable commerce si bien que lorsque l’hôpital lui donna son congé, Patterson vint le chercher et le conduisit à Ketso Yoh en attendant que la mémoire lui revienne ou qu’un avis de recherche sorte à son nom dans les fils d’infos de la GRC.

Caucasian male, way over 60, english speaking with foreign accent, unidentified with no known address, not agressive and apparently well-minded, driven to Prince George Health Center.

Le constable Patterson relisait son rapport intrigué, agacé.

Saint-Liguori, un soir d’idées noires. Un temps de complots suspendus au-dessus de nos têtes et de traîtrises soupçonnées qui réchauffent le derrière de nos cous de leurs fétides haleines. Des choses assez grosses qu’aucune hypocrisie n’est assez vaste pour dissimuler. Sensations vagues mais tenaces, des voix discutent, une messe basse se tient entre rapaces.

Le garçon courait vers son grand-père, frais sorti du bain dans son petit pyjama, sous son bras sa longue doudou qui traînait derrière lui comme la cape d’un petit prince. Dès que sa mère avait glissé la grande porte vitrée, comme un cheval fou lorsque lève la barrière, le petit avait pris ses jambes à son cou rejoindre son grand-père. Sa mère lui accordait une grande faveur, sortir si tard par un froid pareil. La soirée était spéciale, unique. Elle le savait fort bien.

On avait nommé le garçon Eugène, du nom de son arrière grand-père, père de Léo Simon. Eugène adorait son grand-père et Léo Simon le lui rendait bien. Le seul de sa progéniture dont Léo pouvait dire le prénom du premier coup sans se tromper ou sans en essayer deux ou trois autres avant. Le vieil homme se vantait encore de connaître tous les mots par leur petit nom, il avait enseigné tous ceux de la forêt à Eugène. Des lycopodes en massue dont les épis avaient servi jadis à fabriquer des allumettes; des délicates feuilles de thé des bois qui peuplaient le pied des souches couvertes de mousses et qu’il écrasait de ses vieux doigts pour les faire sentir à l’enfant en lui affirmant sérieux comme un pape que c’étaient là des paparmanes roses sauvages; le petit nom des arbres à feuilles et des conifères; de tous les petits batraciens qu’ils chassaient ensemble; des chanterelles ou des vesses de loup qu’ils éclataient en verts nuages puants, en riant; le nom des bêtes, de leurs petits, leurs femelles, selon leurs chants, leurs cris, les pistes ou les crottes qu’elles abandonnaient sur la blancheur de la neige.

Des mots qu’il raboutait en contes, en récits étranges, qu’il modelait en émotions de toutes sortes, qu’il posait et superposait les uns sur les autres pour ériger des châteaux où l’enfant devenait chevalier-roi, qu’il maîtrisait comme un vieil art oublié depuis longtemps, un vieux violon dont plus personne ne jouerait.

Mais d’autres mots tout simples, le nom des gens, de sa famille proche aux gens peuplant son histoire ou ceux et celles des arts et des lettres qu’il aimait tant, ces mots-là échappaient de plus en plus au vieil homme.

Il installa le petit sur lui et l’emmitoufla dans sa chaude doudou aux couleurs du héros du jour et le petit se lova contre son grand-père docilement, en silence, comme un bagnard en sursis, heureux, sans mots. Tous ces mots qu’Eugène l’aïeul n’avait jamais dit au petit Léo Simon, tous ces douloureux silences, étaient aujourd’hui leur langage secret.

Ce soir-là, il avait défini pour l’enfant le mot murmure et les sens insoupçonnés que contenaient ce superbe mot. Qu’il verrait là, ce soir illustré, devant ses petits yeux. Comme un sixième sens, le vieux sentait ces choses-là maintenant, savait exactement quand elles allaient se produire. Un vent tenace qui pince, agressif par moments, tout en froideur arrogante. Un soir d’automne sec et cru, sur le bord de sombrer dans le crépuscule, trahi par un ciel qui se mauvit sournoisement au-dessus de la percée ouverte de main d’homme dans un boisé d’érables et de sapins. Un arbre à la fois, une souche après l’autre, jardin de patiences abouties.

Ils seront des centaines, des milliers, des millions certains automnes. Leur danse, un corps désordonné d’individus parfaitement synchronisés, dessine dans les bleus mouvants d’un ciel mourant les plus belles géométries courbes et ondoyantes, des châteaux d’intrigues en volutes vivantes. Immenses. Sculptures divines et effrayantes à la fois qui ne s’entendent pas sur la forme à prendre encore moins vers où s’en aller, que devenir, métamorphose incessante. Suffit que l’un des oiseaux se retourne, leur masse entière fait corps avec lui, banc de poissons du ciel. Et leurs cris additionnés, multipliés, amplifiés, qui cassent sauvagement le silence de l’orée paisible, leurs noires fientes qui pleuvent sans vergogne sur le jardin déjà jaunissant du vieil homme.

Dans sa veste rouge à carreaux blotti au fond de son adirondak, les yeux vers le ciel, aussi songeur qu’admiratif. Contemplatif. Un rendez-vous dont il s’était rarement excusé, passage obligé, une longue soirée d’adieux avant que l’automne ne s’enfuie avec eux, tous ces étourneaux affolés, emportés dans un grand murmure incompris, comme interminable. Le vieux savait, maintenant. Il avait bien lu toute cette folie à force d’en être, année après année. Cette danse démente, ces grands murmures. Ce que le jeune et naïf poète en pâmoison définissait hier comme un céleste ballet d’une grâce inégalée, la vieille plume écrivait aujourd’hui l’histoire d’une triste entreprise de survie, un cruel combat épique, animal, commandé par l’instinct. Combat au bout duquel on finissait par épuiser les individus les plus vulnérables. On les abandonnait derrière en pâture aux prédateurs qui, repus, laisseront en échange la volée des plus forts percher là, une nuit tranquille, retrouver des forces, avant de repartir aux premiers rais du matin. Vers un prochain murmure, plus au sud encore. Et d’autres pleins d’espoir entreprendront à leur tour sans savoir leur ultime chorégraphie, la fin d’une longue odyssée.

Et ce long moment magique était venu faire son tour à l’heure dite par Léo Simon.

Toute chose finissant toujours par se calmer, tout finit tout le temps par finir, toujours par mourir. De petits groupes se formaient encore timidement et se rescindaient, donnaient un dernier rappel pour un vieil ami de toujours qui leur faisait ses adieux résignés. Puis les étourneaux montaient tramer de leurs noirs plumages la verte cime des arbres et éteignaient leurs cris un à un. S’endormaient ainsi perchés. Une buse ou deux, après joyeuses bombances, riaient de quelque éclats puis baillaient jusqu’à leur nid douillet pendant que sans astres ni lune, le noir du ciel avait fini par tuer le mauve, qui tuât le bleu avant lui, et les coyotes sortaient de leur trou sur la pointe des pieds prendre le shift de nuit dans la paix revenue.

P’pa, y’é t’assez tard, rentre dans’maison, vous allez attrapper la mort toé pis le p’tit dehors.− lui criait sa fille à travers les moustiquaires.−On a une grosse journée demain toé pis moé, une longue odyssée.

Demain sera là bien assez vite, ciboire! maugréait Léo Simon à lui-même, visiblement contrarié, en s’extirpant péniblement des profondeurs de son adirondak soulevant avec lui la masse inerte, chaude et molle de l’enfant qui dormait.

Le renoncement, la frugalité dans toutes choses, la solitude assumée dans la patrie désertée, les amitiés évanouies, la famille oubliée, le corps anonyme dépossédé de toutes ces futilités que l’on confond toujours avec le nécessaire ou l’indispensable, voilà toute l’essence de l’esprit libre, libéré. Lorne Simmons pensait ainsi. Il ne voyait son salut que dans toutes ces choses, pas ailleurs.

Chaque matin de la semaine, Lorne quittait seul Ketso Yoh et remontait lentement Quebec street ne s’arrêtant qu’occasionnellement à mi-chemin pour un café les jours de grand froid. Là où quelquefois il croisait Patterson en pause matinale qu’il saluait toujours de la plus courtoise façon, pauvre Patterson. Au début, littéralement suspendu aux fils d’infos puis aux tout nouveaux écrans cathodiques où on voyait maintenant défiler en vraies photographies les vrais visages des suspects, des criminels, des gens portés disparus. Par moments, Patterson abandonnait sa quête puis sa fixation reprenait et il cherchait sans fin dans tous les recoins du système informatisé parfois jusqu’à tard le soir. Lorne Simmons faisait maintenant corps avec la petite communauté, apprécié, sans reproches. Excentrique certes mais pas malin pour deux cennes. Constable Patterson en faisait presque pitié.

En ville, Lorne portait toujours l’uniforme drabe qu’il entretenait soigneusement depuis toutes ces années dans le but entendu de se délester de toute forme d’identité propre. De bonnes étoffes. Et son petit sac en bandoulière, toujours. L’identité n’était pour lui que vanité, sa solitude un sacrifice assumé. Tout le monde à Prince George connaissait Lorne de vue et son écusson rouge et blanc sur le coeur suffisait à le présenter aux passants qui ne connaissaient pas encore son nom. Lorne, l’homme à l’habit de concierge drabe, on n’avait généralement pas besoin d’en connaître davantage. Il était cet habit, rien de plus et rien de moins. Ni un quêteux, ni un itinérant, ni un toxicomane, il ne sentait ni le tabac, ni l’alcool, jamais. Personne ne le craignait. Il tondait minutieusement sa barbe et ramassait sa longue chevelure blanche derrière sa nuque convaincu qu’une pilosité bien ordonnée le plaçait à l’abri des langues sales.

Il arrivait à la bibliothèque municipale à l’heure où le gardien ouvrait les portes et fermait les lumières avec le personnel qui quittait à la fin de sa journée. Plus de vingt ans de ce régime déjà, mine de rien. Dossier parfait, meilleur que bien des vrais employés, jamais manqué une journée. Presque quatre cycles d’enfants de l’élémentaire le connaissaient par son petit nom.

Lorne avait son bureau, une table bien à lui, où il ouvrait et se plongeait dans des ouvrages de référence de grandes dimensions, livres d’art, de science, atlas ou ce que les chinois appellent des coffee table books, parfois plus d’un à la fois étendant sur toute la table ces bouquins que personne même le pape ne pouvait sortir de la bibliothèque, voyageait à même ces superbes images, se transportait sur le dos de leurs mots. D’autres fois encore, replié dans un discret recoin avec un livre plus conventionnel, lettres noires sur papier blanc, son corps attendait bien calé dans un profond fauteuil que son esprit revienne sur terre. Il connaissait chaque livre, chaque rayon, aidait gentiment les enfants dans leurs recherches, faisait parfois la lecture aux tout-petits ou aux moins petits qu’une mauvaise vision privait de la joie de lire les nouveautés. Il aidait bénévolement les bibliothécaires à classer les retours, à trouver les égarés mal classés, à réparer les reliures endommagées, à faire régner le silence de cathédrale que les lieux imposaient.

Le soir venu toutes ces bonnes gens s’évaporaient, n’existaient plus et Lorne n’existait plus pour toutes ces gens non plus. Il redescendait seul Quebec street jusqu’à Ketso Yoh avec dans sa bandoulière de quoi lire encore les quelques heures qui lui restaient entre le souper communautaire, ses corvées, sa toilette et le couvre-feu du refuge.

Le matin s’était levé de bonne heure effectivement. Le petit Eugène se levait toujours aux aurores et Léo Simon ne dormait que sur une fesse quand on couchait l’enfant avec lui, immense faveur obtenue si et seulement si ses cousins n’y étaient pas. Mais leurs visites s’espaçaient, les fils de Léo éternellement aspirés dans quelque tourbillon féérique. Leurs excuses étaient des perles de littérature.

Léo et le petit Eugène avaient déjeuné ensemble à l’heure bleue et bien des casse-têtes avaient été assemblés dans la joie avant que la fille de Léo et celui qu’il appelait maintenant tendrement son innocent n’émergent de la chambre d’amis. Quand sa douce vivait encore, il l’appelait non sans ironie le gendre de sa femme. Triple bachelier et peut-être même plus, diplômé en toutes sortes de choses futiles et inutiles, enterré sous les dettes d’étude. L’innocent avait l’avantage d’obéir au pied et à la lettre à la fille de Léo et elle portait le pantalon toujours bien pressé. À son crédit, le garçon paraissait bien et ses énormes dettes d’étude lui avaient valu un beau parler très apprécié dans les salons et par Léo parfois, même s’il n’osait pas en convenir.

Le despotisme de la fille s’étendait à son pauvre père qu’elle bardassait comme une mère disciplinerait sans gants blancs un enfant particulièrement turbulent et à qui elle parlait parfois comme à un demeuré. Une i-grecque à la limite millénaire, son vocabulaire n’était pas toujours des mieux choisis et c’eût été bien difficile de lancer dans une réelle conversation ces ridicules petits hiéroglyphes jaunes qui lui servaient de langage écrit la plupart du temps. Léo se disait qu’elle était en mission commandée la pauvre, ses fils n’auraient jamais osé adopter pareille attitude envers lui, davantage du genre à déléguer.

Un désordre impressionnant régnait dans la maison de Léo et elle ne manquait jamais une occasion de le lui rappeler. De guerre lasse, elle faisait le voyage depuis Montréal pour venir lui faire un grand ménage. La définition de l’entretien ménager de Léo Simon était considérablement élastique depuis la mort de sa douce, sa motivation partie chez le p’tit bonhomme qui vit loin loin d’ici. Ses grandes ambitions de cuisine aussi. Quelquefois, après avoir déployé des trésors d’imagination à s’inventer un boui-boui indéfinissable à même les affaires disparates qu’il trouvait dans son frigo, il s’amusait à oublier sa création sur le rond de poêle le temps qu’il se cherche de la lecture dans l’immense étagère qui couvrait un pan de mur complet au salon. Pas une mince tâche, des centaines et des centaines de titres, mal classés.

Et l’alarme sonnait directement chez sa fille qui s’empressait de débarquer en panique avec son innocent. Elle trouvait toujours son père paisiblement installé dans sa chaise lisant sans discernement tout ce qui lui était tombé sous la main, le cadavre d’un bol de céréales à ses côtés, la cuisinière poudrée de blanc, un extincteur rouge abandonné sur le comptoir adjacent. –On ne m’aurait jamais pris à manger ça, t’aurais dû voir ça, c’était dégueulasse!– répondait-il simplement à sa fille hors d’elle. –Autant que ça brûle, je ne mourrai pas empoisonné de cette façon-là, tu devrais être contente.– Léo avait une conception de toutes choses bien à lui, un don spécial qu’il avait, probablement.

Maman avait tellement peur du feu, tu te rappelles? Elle avait toujours un petit sac de vêtements près du lit en cas, pourquoi tu me fais ça, papa?– Et Léo répondait bêtement que le feu et l’eau ça s’équilibre toujours à la fin. Ça compense pour les fois où je laisse déborder le bain.

Ce genre de chantage émotif n’ébranlait jamais Léo, foutaises pensait-il. Si on pouvait seulement le laisser vaquer à ses affaires tranquille, tout irait très bien. S’il y avait seulement un petit moyen de déléguer toutes ces choses banales, tout irait très bien. Il pourrait mourir centenaire dans sa propre maison. Les riches le font bien, Léo ne savait même pas combien il valait et c’était le dernier de ses soucis. C’est lui maintenant qui avait toujours un petit sac près de son lit en cas, quelques effets scrupuleusement choisis et de l’argent liquide. Son père Eugène avait toujours voulu faire de lui un administrateur ou un politicien. Léo Simon avait toujours fait de l’urticaire rien qu’à y penser. Sa douce avait toujours administré le ménage et il avait maintenant abandonné tout cela à sa fille en toute confiance. Il ne connaissait aucun numéro de compte ni code d’accès, n’avait aucune carte de plastique, avait bien notarié toute la patente. Il cachait ses petis surplus juste au cas, en général l’argent liquide fonctionne toujours une fois mal pris.

Cette fois-ci, elle n’avait pas fait son grand ménage. Étrange. Après le petit déjeuner, l’innocent a transporté les bagages dans la familiale et ils ont pris la route sans perdre de temps, comme convenu. Léo Simon partageait la banquette arrière avec le petit Eugène ravi de faire le voyage avec son grand-père d’autant plus qu’il manquait l’école encore une journée. Léo reconnaissait la route, ce n’était pas la première fois qu’il la prenait. Il reconnaissait le décor. Généralement, lorsque sa fille et son innocent le conduisaient à la maison de vieux c’était pour une semaine ou deux, se donner bonne conscience, le temps qu’ils aillent changer la couleur de leur peau à Cuba.

Léo ne détestait pas cela, il s’y était même fait quelques amis. Un vieux journaliste de Radio-Canada gai comme deux moineaux, un ancien professeur de français à l’accent pointu. Ils avaient même fugué un soir, le journaliste avait passé en douce quelques bouteilles de Merlot qu’ils ont sifflées nuitamment dans une balançoire au fond du jardin.

On s’en va où, maman?– demandait l’enfant. –On arrives-tu?– Un silence de plomb et deux faces longues meublaient les banquettes avant. Léo Simon regardait dans l’espace arrière et constatait l’ampleur de son bagage, ils voulaient définitivement que je ne manque de rien, pensait-il. Il revoyait également tous ces cartons que l’innocent avait débarqué en catimini dans son ancien bureau à l’avant de la maison, on prend qui pour un con ici, comme si on avait l’intention de vider sa maison en son absence. Et son esprit s’adonnait maintenant à une bien désagréable mathématique.

Chaque matin dans tous ces mouroirs de l’état ou autres entrepôts de vieux, pathétiquement déguisés en Club Med de pacotille, la marée des véhicules familiaux déversait sa nouvelle livraison de vieux débris du baby-boom, certains savaient, les autres pris pour des demeurés sans cervelles souriaient encore un bref moment. De grandes faces longues avec des larmes de crocodile soutenaient qui pépére qui mémére sous le bras, d’autres plus chanceux suivaient derrière avec le bagage, graciés de tout contact visuel avec le condamné. Les plus sans-coeur avaient délégué l’ambulance, les travailleurs sociaux, la police. Excommuniés du péché de vieillesse, vieux étourneaux au souffle court qu’on livrait aux rapaces pour la gloire et la fortune de la race.

Il y avait une marée grise à nettoyer, les ressources manquaient cruellement, personne ne savait plus compter dans ce foutu pays sauf les voleurs. Léo conservait comme une grande blessure brûlante l’image du petit Eugène qui criait à la mort et se débattait aux portes de l’enfer dès qu’il avait compris ce qui se passait là.

Cette fois-ci, le client était devenu résident, un tout autre département. Deux préposés aux visages blasés avaient escorté Léo dans ses nouveaux quartiers au cinquième, espace coquet, mobilier passable, fenêtres à barreaux, pas de balcon. On lui avait remis une chemisette bleue d’hôpital qu’on l’a prié d’enfiler, sans bas ni sous-vêtement. Règlement-maison, la contamination. On devait passer tous ses vêtements privés à la buanderie locale d’abord. Et on l’a abandonné là les fesses à l’air un long moment. Après un boui-boui digne de Léo lui-même comme repas du soir, une aide-infirmière au bord du burn-out est plus tard venue le voir pour juger de sa taille à l’oeil et l’aviser qu’elle allait bientôt repasser, lui enfiler une culotte d’incontinence le temps que ses sphincters soient bien étudiés et documentés. Pensée délicate.

À son retour, Léo Simon n’y était plus.

Descendu discrètement aux buanderies comme un sioux en chemisette bleue, son sac sur le dos parti à la recherche de ses vêtements. Par dépit il avait finalement volé un uniforme dans un cagibi du sous-sol et était reparti tout simplement d’où il était venu, par la grande porte d’en avant. Léo Simon a salué bien courtoisement l’agent de sécurité obèse à mourir et totalement confondu qui veillait sur les allées et venues. Ne se fiant que sur le badge qu’il voyait, l’agent répliqua le plus simplement du monde à Léo Simon:

Bonne soirée monsieur Lorne!

Les vendredis, Lorne Simmons faisait ample provision de bouquins avant de quitter la bibliothèque municipale de Prince George fermée pour la fin de semaine. Les samedis, les dimanches, il partait toujours seul de l’autre côté vers First street, piquait une pointe à la petite épicerie familiale des Federber. Quelques noix, un carré aux dattes que faisait elle-même la patronne, un fruit ou deux réglés avec ses coupons du secours public. Le plein de café servi dans un vieux thermos trouvé aux disciples d’Emmaüs. Il traversait prudemment First street qui était aussi la vieille route provinciale qui coupait Prince George en deux. Il marchait loin passé la gare de ViaRail, la distance nécessaire pour échapper aux regards des agents de sécurité puis coupait d’un bon pas à travers la vaste gare de triage derrière.

Patterson souvent stationné là sur First street, frustré, n’y pouvait rien, le terrain était sous la juridiction de ViaRail.

Après tous ces rails enjambés et une marche dans les champs, passé River road, il rejoignait le hobo trail, un sentier d’usure, clandestin, qui traversait le parc provincial de Cottonwood. Le sentier menait à une petite baie dans l’estuaire que Lorne avait découverte il y a plus de vingt ans et où il aimait aller s’asseoir pour apprécier le décor vierge sans acteurs, le murmure des eaux tranquilles qui y jouaient le rôle du silence, les mots de ses livres l’intrigue.

Là, directement devant lui, la Nechako offrait en se contorsionnant lascivement alentour d’elles ses dernières caresses aux berges des petites îles vierges d’un archipel sauvage avant d’abandonner ses couleurs et d’aller perdre son propre nom dans une noce sans fin avec le grand fleuve.

Seul devant ce tableau, aucun être humain à des lieues, le grand calme, madame la sainte paix elle-même en personne, surprise dans son terrier, en sortait sans craintes se lover contre lui sans dire un traître mot. Il la ressentait, chaude contre lui. Comme un petit garçon fasciné aux soirs de grand murmure.

Lorne Simmons consolait là secrètement son seul bonheur.

Le Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Les déboîtés

Le vent du nord soufflait franc-sud rue de Gaspé, déserte à cette heure, nuit sans lune sur Montréal qui luisait sous un glacis de vieille pluie froide pas encore séchée. Des nuées de feuilles se soulevaient comme des volées d’étourneaux et tourbillonnaient un moment dans les airs avant de finir leur danse au sol dans une chorégraphie en rase-mottes zigzagants. Ou collaient sur les pare-brises suintant.

Rideau inespéré offrant une meilleure chance de ne jamais être vu à l’homme assis calmement derrière son volant. Le vieil homme avait patiemment attendu la tombée de la nuit dans sa bagnole stationnée illégalement dans une zone réservée aux résidents. Il n’avait évidemment pas la vignette. Il avait longuement écouté une ligne ouverte bien connue histoire de passer le temps et de voir venir la noirceur, félicitations pour votre beau programme et bien le bonsoir, on vous aime beaucoup à la maison. L’animateur répétait sans fin, monocorde: “Madame, madame, madame, madame, . . .” à une auditrice frustrée de voir son joueur préféré parti poursuivre sa carrière à Boston ville-ennemie maudite.

Il craignait moins de voir apparaître un préposé aux contraventions que le propriétaire de la maison devant laquelle il était illégalement installé. L’autre n’avait jamais possédé la moindre automobile de sa vie. Ou la police. La police verrait peut-être la boîte, la fouillerait qui sait? Poserait des questions. Il était venu en éclaireur quelques jours auparavant s’assurer que l’autre habitait encore là. Bien des années s’étaient écoulées tout de même. Et à l’heure où les ronds-de-cuir rentrent à la maison, il l’avait bel et bien vu, reconnu. Son coeur a pincé sec un moment. L’autre vivait toujours là, seul avec ses bibittes, marchait en se marmonnant des choses à lui-même la tête basse, sa ridicule sacoche de gars sous le bras. Il était bien à la bonne place, seulement il était vingt ans plus tard, vingt ans plus vieux. Mais tout semblait être exactement comme si on y était encore, ce soir de triste mémoire, maudit entre tous, revenu pour enfin en écrire l’épilogue.

Tellement de temps était passé par là depuis, souvent sur les paumes endolories, les coudes râpés, sur des fesses échauffées, le temps de tout oublier. Le temps d’y repenser, de ronger son frein, puis d’oublier à nouveau, de dire merde, que le diable l’emporte, qu’il crève. Le temps de souffrir encore un peu. La douleur avait été trop vive, la lame était pénétrée trop profondément dans ses chairs pour espérer une guérison rapide, pour espérer toute forme de guérison finalement. Puis la pensée obsédante revenait, insistait. Il fallait faire quelque chose récitaient des petites voix. Vingt ans, c’est long. Le jour “J” était venu enfin, déguisé en soir d’automne venteux. La vengeance était hors de question mais un peu de drame aura toujours sa place pensait-il. Il y avait tellement longtemps qu’il en rajoutait dans sa grosse boîte de chocolat Black Magic en métal noir qu’elle était maintenant probablement devenue une pièce de collection. Une éternité que ça ne se voyait plus des chocolats en boîte de cinq livres. La marque existait-elle encore seulement? Tellement longtemps qu’il ne comptait plus la somme lentement accumulée dans la boîte. Il s’y trouvait assurément quelques billets verts d’un dollar ou des vieux deux piastres en papier brun. Toute la somme y était, le couvercle fermait à peine. Une bonne somme, quand même. Pas que des deux et des unes là-dedans, oh que non.

Une noirceur suffisante et fort assurément le goût d’en finir une fois pour toutes lui donnèrent le go. Il retira les clefs du volant, tout s’éteignit, sons et lumières. Il prit la boîte de Black Magic avec lui et quitta la voiture en fermant délicatement la portière pour ne rien ameuter. L’autre était propriétaire du bloc, gros triplex de brique typique du quartier Villeray, trois logis superposés sur autant d’étages, avec son grand escalier au garde-fou de fer forgé qui partait du trottoir et allait rejoindre le balcon du deuxième où de là une porte donnait accès au logis du deuxième, une autre au logis du troisième par un escalier intérieur. L’autre habitait le deuxième contrairement à tous les propriétaires qui occupaient généralement le rez-de-chaussée, à tout seigneur, tout honneur. Mais l’autre, lui, préférait de loin collecter le gros loyer qui vient avec les avantages d’habiter le premier plancher. Il habitait le deuxième qui rapportait généralement beaucoup moins. Que le troisième, même, où la vue imprenable sur le centre-ville venait en rajouter au loyer de base. L’autre, pourrait-on dire, avait peur d’en manquer un jour, de l’argent. Et pourtant. L’un aurait payé cher pour voir la gueule de l’autre plus tard, mais ce n’était pas là l’idée. S’imaginer les choses constituait davantage son pain et son beurre, les petits délices de son âme de rêveur. La réalité pouvait se faire si décevante parfois.

Ce n’était définitivement pas un bon soir pour grimper les marches deux par deux et risquer de réveiller le bloc ou de se briser un os dans l’escalier. Il monta les marches du bout de ses pompes comme si elles étaient de fines tablettes de cristal en s’agrippant systématiquement à la main courante. L’ascension semblait interminable, entrecoupée de forts coups de vent pendant lesquels il s’immobilisait complètement pour mettre sa main libre sur la boîte de chocolats Black Magic, en cas. Sur la dernière marche, il examina longuement l’état des planches du balcon, tentait de localiser du regard la boîte aux lettres. D’une part, le vertige l’accablait de plus en plus en vieillissant et même cet escalier plus qu’ordinaire avait fait grimper son rythme cardiaque et son coeur fit un tour supplémentaire quand il se rendit compte que le logis de l’autre n’avait pas de boîte aux lettres. Il vit, et se calma les émotions d’autant, le typique passe-lettres dans le bas de la porte, ouf. Il s’en approcha à quatre pattes pour ne pas projeter son ombrage devant la fenêtre derrière laquelle l’autre dormait probablement. Il déposa la boîte de Black Magic par terre devant lui sur la carpette de chanvre hérissé. Elle ne passait pas dans la fente, c’était d’une évidence. Il ouvrit le couvercle de la boîte à pentures en s’assurant de le placer entre le vent du nord et les billets. À la première tentative, une bourrasque bien placée le fit paniquer et il referma le couvercle prestement. Puis s’y remit une fois pour toutes. Une petite pile à la fois, il tenait d’une main la porte à bascule du passe-lettres puis poussait les billets pour s’assurer qu’ils étaient tous passés et il observait la pluie de billets se déposer éparse sur le sol du vestibule. Puis une autre petite liasse, puis une autre petite liasse. Le vent faillit en emporter une, un ou deux billets s’envolèrent. Au diable, pensa-t-il, ça lui fera ça de moins, c’est tout. Et une autre petite liasse, et une autre petite liasse. Il voyait le fond de la boîte maintenant. Il serait bientôt sauf, délivré, et rigolait en-dedans de lui à l’idée que l’autre aurait pu appeler la police pour se plaindre de s’être fait nuitamment introduire plein d’argent par la craque de la porte.

Une sensation étrange l’envahit tout de même, vive et soudaine. Normal, l’ordinaire prend le bord d’un point de vue des sensations lorsqu’on atteint cette sorte de borne inévitable plantée depuis longtemps sur l’accotement de notre destinée, un rideau enfin levé puis retombé sur des scénarios si inlassablement répétés. Mais c’était tout autre chose. Il leva légèrement les yeux et vit une masse nouvelle dans le vestibule. Une chaleur intense lui partit du cou, descendit tout le long de sa colonne puis remonta prestement à son cerveau sonner l’alarme, semer la terreur, carrément. Une forme noire immobile et incommodante se trouvait dans le vestibule derrière le rideau de la porte, grande silhouette d’homme. Avant qu’il n’ait eu le temps de déplier ses vieux genoux et de se remettre debout en appuyant ses mains sur la porte, la lumière jaillit de partout en même temps que la porte s’ouvrait d’une claque devant lui. Il perdit appui et s’écrasa lamentablement, le visage dans la petite montagne de billets, aux pieds de l’autre bien debout les orteils dans le fric éparpillé.

La ville avait aménagé ce petit parc suivant le modèle des squares européens d’une autre époque. On l’avait d’ailleurs baptisé du nom d’un obscur poète florentin pour flatter les italiens qui avaient jadis peuplé ce quartier en grand nombre. Un bâtiment d’à peine cent pieds carrés, une vespasienne condamnée depuis belle lurette qui offrait dans le coin du parc un refuge contre le vent. Ça et l’épais buisson de chèvrefeuille qui délimitait le fond de ce coin de verdure dans la ville grise formaient une petite enclave de paix à l’abri des soucis. L’itinérante était installée là, assise au pied du mur. Plusieurs des sacs qu’elle transportait partout avec elle avaient été mis à l’abri sous la haie, les plus précieux restés près d’elle. Les yeux dans le vide, elle se payait un cinéma imaginaire lorsque d’aventure un essaim de feuilles mues par le vent venaient lui offrir un grand ballet juste pour elle. Elle leur marmonnait l’accompagnement tout bas. Sur un fond de ciel bleu-mauve, les danseuses écarlates, orangées, jaunes, allumées par le lanterneau de la vespasienne, peignaient devant ses yeux des Riopelle dansants avant de venir se déposer à ses pieds. Puis d’autres revenaient en rafales et dansaient encore pour elle. Entre deux actes, au sol à travers les danseuses aux couleurs de feu gisant épuisées, deux taches violettes avaient atterri doucement devant la vieille dame soudain ébaubie. Venus d’on ne sait où, deux beaux billets de dix piastres avec la reine dessus.

Olivette, ciboire, qu’est-ce que tu viens faire dans mon histoire? Je t’avais bien averti, on ne retouche plus jamais à ce sac-là. Jamais. Pas celui-là. Remballe-moi tout ça, fais trois-quatre noeuds avec les poignées et enterre-le en dessous de la pile. Il y a de très grosses blessures dans le fond de ce sac-là, laisse ça là. À part ça, depuis quand tu as le droit de t’inventer des rôles? Dois-je te rappeler que tu ne vis que dans mes songes tordus? Une bouteille de rouge et tu n’existes même plus.” J’étais hors de moi.

Bon, des menaces!” répliqua Olivette. Olivette est une bag lady, clocharde céleste et mal engueulée qui en mène large et qui squatte depuis des lunes la tête de l’autre et qui se charge d’ensacher ses mémoires soufrantes par petits tas bien classés.

“Tu sais comment j’aime le chocolat, je n’ai pas pu résister quand j’ai vu la boîte. Cinq livres de chocolat, y as-tu pensé? Ensuite, je l’ai ouvert et j’ai commencé à réaliser ce qu’il y avait dedans vraiment, on est loin du chocolat. Et ça n’avait pas l’air de ton histoire pantoute, rien de personnel en tous cas. D’abord, les bouts sont tout mélangés mais ça, c’est bien toi, on te reconnaît. Mais lui, le “il”, le vieux, l’un et l’autre, qui est qui là-dedans?, c’est personne tout ce monde-là en fin de compte, non?” questionnait la clocharde confuse, avec insistance.

Il ne s’était jamais vraiment arrêté rue de Gaspé avant. Dans ce coin-là, les frênes matures formaient une voûte impressionnante au-dessus de la rue. L’automne devait y être magique. L’autre y avait acheté un triplex plus tôt cet été-là après avoir été locataire une bonne partie de sa vie, depuis qu’il avait enterré son père, il y avait de cela une bonne vingtaine d’années. Lui s’était stationné de l’autre côté de la rue selon ce qu’il avait compris des affichettes de stationnement kafkaïennes typiques de Montréal.

L’un et l’autre s’étaient connus un peu sur le tard. À l’âge où on commence à peine à devenir des hommes. À l’âge où l’innocence se meurt déjà sous le poids de bien des choses déjà inventoriées dans la liste des pas jo-jo. Et lourdes quelquefois même. Quasi impossibles à réparer déjà. Ils partageaient beaucoup de ces coups de Jarnac du destin. Mais de toutes ces choses que la vie plaçait devant ou laissait derrière eux, ils ne s’en parlaient jamais vraiment. Ni l’un ni l’autre. Muets. Tout cela se passait dans le non-dit d’une amitié profonde. Ils avaient tout deux goûté un peu du même crottin collé dans le fond du poêlon de la vie. Ils avaient ce genre de conversations sans mots où tout s’entend. Ça leur donnait aussi une fâcheuse tendance à vouloir endormir le mal de temps en temps, faire sortir le méchant. Quand les jeunes coqs en goguette s’endormaient dans leurs ronds de bave d’avoir trop fêté et que l’autre les réveillait pour les mettre dehors, que les gars de banlieue couraient après les taxis désespérément sur Pie-IX, frustrés d’avoir manqué le dernier bus, il ne restait souvent que l’un et l’autre pour refaire le monde de but en blanc ou plus bêtement finir les bouteilles abandonnées là par tout un chacun. Et là, ils pouvaient dépasser tranquillement les bornes, s’imbiber, s’enfumer, quelquefois jusqu’au délire. L’autre partait ensuite se coucher et l’abandonnait à un vieux divan dans un recoin de la cave, asile pour les âmes en peine. Tout cela semblait si loin derrière maintenant. Un jour, il a bien fallu devenir des hommes. S’assagir un peu. Et le temps disperse toujours un peu les hommes aux quatre vents. Mais chacun d’eux savait toujours à peu près où se trouvait l’autre.

Il était comme paralysé dans sa voiture et n’osait pas en sortir. Un noeud lui serrait la gorge, son torse endurait une pression insoutenable, l’angoisse était en train d’avoir sa peau. Et la honte. Une honte sans nom, de celles qui se nourrissent de l’indigence, des pétrins sans fond dans lesquels on pouvait se plonger soi-même à force de négligence, de faiblesse. La gêne que seul l’argent a le pouvoir d’engendrer. La honte qui tue. L’autre n’aurait jamais pu s’enliser dans cette vase-là. Il avait depuis longtemps compris que l’argent était le nerf de la guerre, il avait vu son père vivoter sur des salaires de misère, s’était juré qu’on ne l’y prendrait jamais. On ne le surprendrait jamais, oh grand jamais les goussets vides. Lui, il aurait voulu se trouver n’importe où sur cette foutue planète plutôt que là, rue de Gaspé, à aller accomplir la seule démarche qui lui semblait maintenant possible de faire, s’humilier encore un peu plus.

Quand l’insignifiance des choses qui se racontaient à la radio de bord lui devint insupportable, il tourna la clef du volant et le supplice s’arrêta avec le ronronnement du moteur. C’est davantage un automate qui ouvrit la portière pour s’extirper de la Chevrolet. La chaleur humide de la canicule urbaine lui sauta à la gorge, contraste sauvage avec la cabine climatisée, et les genoux lui fléchirent. Le tunnel superbe manquait d’air, il étouffait. Il appuya ses deux mains sur le capot un moment pour reprendre ses esprits et laisser fuir les picots noirs.

Il reprenait encore lentement ses forces, retrouvait la vue et ses autres sens au bout d’une longue période sombre où l’avait conduit une interminable maladie à soigner, maladie qui avait eu raison de sa douce. Elle avait toujours administré le ménage, lui était nul à chier avec les chiffres, une dépression sévère qui avait suivi, les mauvaises surprises d’une succession acceptée à la hâte sans vraiment connaître l’état des lieux, les dettes et toute cette sorte de travers épineux et de sagas familiales. La ville réclamait maintenant ses clés de maison pour quelques dollars de taxes impayées. L’autre saurait encore l’accommoder, s’était-il dit, une fois de plus, bien que l’argent n’est-il pas aux vieilles amitiés ce que la cigüe est aux amours trahis?

Il traversa le long tunnel désert, repéra la bonne adresse civique et regarda par deux fois son papier, les propriétaires n’habitent-ils pas le rez-de-chaussée habituellement? Il entreprit l’escalade des marches grises du long escalier, une à une comme un chemin de croix, se demandant à chacune d’elles s’il ne tournerait pas les talons. Mais il se rendit à la porte, il tourna la bobinette d’un autre âge et l’autre l’attendait déjà au bout du son de la cloche mécanique. Accolades précipitées, quelques banalités et déjà ils étaient installés à la table. Leur apparurent chacun une bonne bière froide dans un long verre suintant comme dans les publicités. L’un et l’autre ne s’étaient pas vus depuis les funérailles.

L’un veuf, l’autre était redevenu le vieux garçon que tous voyaient depuis toujours en lui et il vivait maintenant seul à nouveau.Sa douce des dernières années envolée avec un artiste miséreux mais soi-disant génial. À le regarder, il devinait bien que l’autre devait encore à l’occasion retourner de l’autre côté des délires voir s’il s’y trouvait encore quelqu’espoir.

Encore une fois, ils semblaient coller ensemble dans le fond du poêlon merdeux du destin. De bière en bière, ils en ont sifflé quelques-unes à la vie dont celle de trop comme toujours. L’alcool transformait l’autre à la vitesse grand V, le crâne rose et nu et le front lui perlaient à grosses gouttes, il ramenait aux dix secondes ses lunettes qui glissaient le long de son appendice nasal impressionnant et luisant de sébum. La bouche s’était empâtée, le discours avait repris cette bonne vieille incohérence à la limite violente qu’il lui connaissait depuis toujours.

Affrontant ses démons, à genoux sur sa gêne et tout nu dans sa honte, il déballa son pénible imbroglio et en appela à leur vieille amitié encore une fois. Il savait d’instinct que la situation embarrassait l’autre autant que lui. Au bout d’un moment, l’autre sortit sa ridicule sacoche de gars, en sortit en marmonnant un chéquier et se mit à griffonner, les yeux exorbités, excédé. En lui lançant presque au visage le bout de papier qui pour lui pesait le poids d’une maison, il lui beugla: “Tiens, je t’en donne rien que la moitié, prends ça puis va-t-en. Je suis certain que je ne te reverrai plus jamais la face de toutes façons, tu ne me rembourseras jamais.”

Et il est reparti sans un mot, assommé. L’autre l’avait comme achevé. Tué.

Il avait longuement déambulé dans la chaleur torride de ce maudit après-midi d’été cherchant à se recomposer, à examiner ses options. Comme si la traître blessure d’amitié ne l’avait pas frappé assez raide, une autre saynète humiliante l’attendait quelque part sur terre, une autre moitié de somme à trouver et cela pesait huit tonnes sur ses épaules. Ça ou le poids d’une maison. En retrouvant sa Chevrolet au bout de sa triste course, son visage était encore décomposé, les yeux rougis. Une contravention battait au vent sur le pare-brise. Évidemment.

Il n’avait pas remarqué la vieille dame au dos arqué qui s’avançait vers lui poussant devant elle un paquet de sacs dans un pousse-pousse de toute évidence ramassé aux vidanges. Tout près de lui maintenant, elle l’observait avec une douce compassion au fond des yeux. “Voyons donc pauvre monsieur, mettez-vous pas dans un état pareil pour un hostie de ticket!”, lui dit-elle.

“Ciboire, Olivette, tu comprends rien ni du cul ni de la tête, qu’est-ce que tu fais encore dans l’histoire?”  Olivette était frustrée, elle voulait savoir le fin mot, qui était qui?, qu’est-ce qui est arrivé au gars dans le vestibule la face dans le cash?, la dette avait-elle été remboursée?, les amis s’étaient-ils retrouvés? 

“Je te l’avais dit Olivette, de ne jamais rouvrir ce sac-là. L’argent et l’amitié, ça ne se mélange pas, ensemble ça surit, ça caille, ça finit par sentir la mort. Le début de l’histoire n’a pas de fin parce que ce n’est pas la fin de l’histoire, ce n’est peut-être même pas une histoire, pas encore du moins, ou ça ne l’a jamais été. Il faut savoir lire entre les lignes, démêler le vrai du fantasme. Remets tout ça dans le sac et on en parle plus, s’il vous plaît, s’il vous plaît.”

Mais elle rongeait son frein solide. “Non, tabarnak, je ne vais pas laisser ça de même. Je retourne dans le parc, donne-moi l’adresse de l’autre, je vais aller le voir, j’vas y parler moé christ, ça ne se fait pas des affaires de même.”  Elle était déchaînée.

Vues les circonstances particulières j’ai quelque peu renié mes propres règles. “OK, d’abord, tu veux une fin? Tu veux un beau petit rôle dans la fin? Si tu me promets de remettre la boîte dans son sac, de rattacher le sac et de le remettre dans le fond du tas pour toujours, assis-toi je vais conclure, juste pour toi.”

Un gros YES, répondit-elle le sourire large comme un gros truck. “Promis juré !”  Et elle faillit me cracher sur le pied.

Avant qu’il n’ait eu le temps de déplier ses vieux genoux et de se remettre debout en appuyant ses mains sur la porte, la lumière jaillit de partout en même temps que la porte s’ouvrait d’une claque devant lui. Il perdit appui et s’écrasa lamentablement, le visage dans la petite montagne de billets, aux pieds de l’autre bien debout les orteils dans le fric éparpillé.

Un long et malaisant silence a immobilisé la scène un temps, le temps que tout un chacun réalise ce qui se passait là. En ouvrant précipitamment la porte, un vacuum vers l’extérieur avait emporté avec lui quelques billets. L’autre criait: “Fuck, tasse-toé, le cash s’en va!”. En le contournant, il s’était mis à chasser désespérément le dollar comme autant de papillons fous d’un bout à l’autre du balcon dans une chorégraphie déjantée digne de Béjart. Lui s’enfuit dans la confusion en descendant les marches deux par deux, au diable les locataires qui dormaient. L’autre ne l’avait pas reconnu de toute évidence. Vingt ans pas de son, pas d’image, c’est pas rien. Lorsqu’il atteignit le trottoir, l’autre s’était avancé sur la balustrade et criait à celui d’en bas: “T’es qui toé, c’est quoi cet argent-là, d’où ça sort? Qu’est-ce qui se passe icitte à soir, ciboire?”

Lui s’est immobilisé sur le trottoir, il savait que la pénombre protégeait son visage. C’était écrit dans le ciel qu’il ne lui reverrait jamais plus la face. Il regarda l’autre en haut sur le balcon du deuxième et lui dit simplement: “Fais ce que tu veux avec, c’est toute à toé ce beau fric-là! Sais-tu quoi? Marche jusqu’au parc, il y a une vieille folle qui est assise à côté de la vespasienne. Ça fait longtemps qu’elle ne s’est pas lavée, elle sent pas bon. Amène-là chez vous, prête-lui ta douche. Avec le fric, va lui acheter une belle robe chez Ogilvy, des beaux souliers à talons hauts qu’on rigole un peu. Rapporte-lui une belle boîte de chocolats en chemin, elle capote sur le chocolat. Ensuite, amène-là dans un des petits restaurants à la mode sur Villeray, laisse-la se bourrer dans les tapas. Ça fait longtemps qu’elle se nourrit dans les conteneurs de restaurant. Offre-lui une bonne bouteille de rouge à cent piastres, le dessert le plus cher, un grand Cognac pour finir.

Et quand le garçon apportera l’addition, payes-en juste la moitié puis sauve-toé.”

Ah ça c’est chien Luc St-Pierre, t’es rien qu’un si pis un ça!”, bougonnait Olivette en remettant la boîte de Black Magic dans le sac, en faisant trois-quatre noeuds d’dans et en l’enfouissant en-dessous de la pile comme promis.

Ben bon pour toé, Olivette.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Le diable est aux vaches

Ça faisait longtemps que j’en voulais un. Je sais, tout le monde sait que j’ai une sainte horreur de pinner des affaires derrière l’auto ou d’avoir à rouler avec un rack sur le toit de la voiture. Mais là, Canadian Tire les donnait littéralement, un spécial d’enfer, ça ne valait même pas la peine de ne pas m’en acheter un, ça aurait été péché mortel.

Imaginez donc, un kayak qui se plie en deux et qui entre directement dans le coffre de la voiture. Même la rame plie en deux. J’étais moi-même un peu plié en deux quand j’ai vu le spécial. J’ai lu les spécifications en diagonale, les questions toutes bêtes et secondaires relatives à une embarcation qui va sur l’eau comme l’histoire de l’étanchéité, c’est certain que les chinois y ont pensé, Canadian Tire en vendrait pas sinon. Évidemment les vestes de flottaison n’étaient pas en spécial la même semaine, ces gens-là ont des spécialistes de la mise en marché à temps plein, mais on ne lésine pas sur la sécurité, money is no object comme disent les chinois. J’en ai acheté une belle, plus chère que le kayak.

J’ai fait un croche à l’atelier où je me suis fabriqué un beau vinyle pour compléter le travail bâclé des chinois. Le modèle de mon kayak, Le Diable, écrit en belles lettres aux couleurs feux de l’enfer. Pour satisfaire mes obsessions d’originalité j’ai rajouté quelques lettres clonées sur les originales et il s’appelle maintenant Le Diable est aux Vaches. J’ai tout paqueté ça dans le char et je suis entré chez moi pressé de montrer ça à ma douce. Sa réaction se classe dans la catégorie mitigée, sa moue exprimait un timide: “Je m’en câli…. Tu vas pas aller te noyer toé-là dans une affaire de même? C’est-tu garanti ça? Combien t’as payé ça, innocent, un kayak qui plie en deux? T’as-tu gardé la facture? On a bien d’autres choses à payer, non? Le monde va se plier en deux quand ils vont te voir ramer là-dedans.”

Ma douce embarque rarement sur des choses qui flottent, ailleurs que dans la piscine et encore, même si elle touche le fond, de la piscine on s’entend. Mais moi, je suis en mode actif par les temps qui courent et j’essaie simplement de les rattraper (les temps qui courent). Aussitôt la vaisselle du souper bien cordée dans son rack, je prépare tout ce qu’il faut et je pars étrenner mon beau kayak. “Amène-toi une grosse serviette, innocent, ça va être commode.” Et mon orgueil a clâmé un non bien ressenti, dans ma tête bien sûr, et mon petit génie de service bien tapi dans un recoin de mes suspicions se frottait le menton du doute mais s’est tu par respect. En fermant le coffre j’ai cru entendre au loin: “Ça y est, il commence à virer fou!”

J’ai roulé sur le chemin de la presqu’île un certain temps à la recherche d’un débarcadère de fortune à l’abri des regards. Le bon spot trouvé, j’ai déplié la chose et je nous ai lancés Le Diable est aux Vaches et moi dans les eaux beiges-brunes de la rivière l’Aswomption. Ça motive à ne pas chavirer là-dedans, une bonne affaire quand même. Je connais que dalle dans la navigation sauf peut-être que les rivières ont un sens. J’ai donc décidé de remonter le courant pour m’économiser le meilleur pour la fin. J’ai accroché un ruban fluo dans la branche d’un saule pleureur qui pendait au-dessus de l’eau pour ne pas brailler ma vie à retrouver l’auto, il n’y a pas rien que des poux là-dedans. Et allez hop, capitaine Bum vogue sa galère sur les flots beiges-bruns du soleil qui penche sur un beau soir d’été sur la rivière l’Aswomption.

Une seule pensée obscurcissait mes songeries aquatiques, mais à peine une petite breumasse d’incertitude. Me questionnant sur la profondeur des eaux sous mon frêle et pliable esquif, était-ce une si bonne idée que ça de baptiser mon kayak Le Diable est aux Vaches?

Le suppôt de Satan était suspendu à son poste sous le pont de la 341 à l’affût, grignotant des Krispy Kreme original-vanille qu’une grosse madame qui avait passé plus tôt sur le pont devait encore chercher ébaubie, dans la boîte sur le siège passager. Sont passés où, cou’donc? Ça se mange trop vite tellement c’est bon se dit-elle, résignée et décue, en attendant sa lumière au bout du pont. Lorsque le suppôt vit venir l’hurluberlu en kayak, il supposât (je suppose que les suppôts peuvent supposer au passé simple aussi bien que n’importe qui) il supposât, disais-je, qu’il avait un client, flairant déjà la bonne affaire. Le rameur avait l’air d’avoir surestimé ses capacités à pagayer contre le courant, son visage cramoisi était marqué de taches blanches contrastantes qui dessinaient sur ses joues la forme de pays inconnus et exotiques et la sueur qui perlait sur son front s’agençait à ses grandes oreilles qui saignaient.

Le soleil était passablement canté et dans la noirceur presque opaque sous le pont une chatte n’aurait pas retrouvé ses petits mais rien qu’un kayakiste épuisé, dans un état second. À la rencontre d’une roche bien ronde à fleur d’eau, Le Diable est aux Vaches se plia sur lui-même sans raison et là, le diable était aux vaches pour de vrai, je le savais. L’eau s’est infiltrée dans les deux moitiés du kayak et moi, hors de moi, expulsé hors de lui. Au terme d’un combat épique, je me suis retrouvé tenant désespérément la rame sous mon menton, l’hostie de kayak chinois d’une main, ramant de l’autre main pour me tenir en équilibre debout sur le fond de pierres gluantes, le liquide indéfinissable qui m’arrivait en-dessous du nez me laissant respirer seulement si je réussissais à me maintenir sur la pointe des pieds. J’ai vécu des positions plus confortables, souvent je dirais.

C’est clair que j’avais oublié un morceau dans l’auto. Ah oui, la veste.

Étais-je sur un îlot de pierres entouré d’eaux plus profondes ou de vases épaisses qui auraient tôt fait de m’aspirer dans le fond de cette soupe poisseuse, je ne saurais dire. Mais bouger de là n’était pas encore ma meilleure option, pour le moment. Outre brailler ma vie, il me restait une autre option à tester, crier à m’en cracher les bronches au loin. Mais crier quoi, à qui?

KAYAKISTE

(à tue-tête, avec l’écho sous le pont)

Mon âme au diable si je sors de ce trou vivant!

(classique, vous me direz, mais bon)

SUPPÔT

(sussutant)

Chérie, je te rappelle, j’ai un client. Oui, bizoux moi aussi, allez.

(voix caverneuse un peu empruntée)

Vous aurez, cher ami, la plus fascinante des coïncidences à raconter à votre douce à votre retour à la maison.

KAYAKISTE

(esbaudi)

Satan?

SUPPÔT

Vous n’êtes pas véritablement en position d’être si pointilleux dans le choix de votre interlocuteur, il me semble. Satan est un homme extrêmement occupé, vous savez. La vie moderne fait de l’enfer une entreprise qui connait une expansion spectaculaire, sa gestion occupe le pauvre homme jour et nuit. Il doit nécessairement déléguer, mais nous sommes tous totalement investis de sa confiance et armés de sa toute-puissance.

KAYAKISTE

(esbaudi commence à être faible comme mot)

On jase, là, mais je sens mes forces fléchir et passer les barbottes entre mes jambes, vous me sortez de là oui ou merde? On a un deal, ou on n’en a pas?

SUPPÔT

On se calme. Je dois rédiger le constat, monsieur Bum. La paperasse usuelle. Des âmes, des âmes, on commence à en avoir un pas pire inventaire. Leur prix est à la baisse ces jours-ci, vous savez.

KAYAKISTE

(à lui-même)

C’est bien ma chance proverbiale, tombé sur une trappe à tickets de l’enfer.

(au suppôt, je suppose)

Oui mais ma situation n’est tout de même pas si désespérée, elle pourrait aisément trouver une fin heureuse par elle-même, qui sait? Le prix de mon salut ne saurait dans ces circonstances dépasser la valeur de mon âme, non?

SUPPÔT

On verra bien. Question 1, monsieur Bum, êtes-vous activement engagé dans une croyance religieuse, si oui laquelle?

KAYAKISTE

Mais c’est horrible comme question, la discrimination basée sur la religion, c’est strictement interdit par la loi, nous en sommes heureusement protégés par la charte des droits et libertés de Trudeau le père.

SUPPÔT

Désolé, Trudeau le père n’est pas dans ma liste des divinités déductibles. Une âme sans foi, ça vaut quoi selon vous, monsieur Bum? Vous êtes un homme brillant, monsieur Bum, n’étiez-vous pas un premier de classe récidiviste? N’aviez-vous pas un quotient supérieur à la moyenne? Satan est acheteur dans ce rayon-là, ses oeuvres et ses pompes ont maintenant un département de recherche et développement à la fine pointe qui embauche toujours.

KAYAKISTE

Vous voulez insinuer que je serais consultant pour Satan inc.? Pour l’éternité?

SUPPÔT

Non, pas vraiment, monsieur Bum. Ceci voudrait dire que vous auriez à perdre la raison totalement et livrer votre intelligence au patron pour ce soir ici-même sauver votre cul de la froide saumure que vous appelez une rivière.

KAYAKISTE

(se pensant bien plus intelligent que le suppôt)

On peut négocier? Je suis un vieil homme, vous savez, je pourrais vous délester ma raison en plusieurs petites livraisons, comme des mensualités, contrat que je respecterais à la lettre, assurément. On n’y verrait que du feu. Vous savez l’intelligence et toute ces connaissances, en vieillissant, on en a besoin de moins en moins de toutes façons. On se replie sur les petits bonheurs, la sangria pré-mélangée, les mots cachés et toute cette sorte de choses. Quel vieux s’intéresse à la quadrature du cercle de nos jours? Pour le reste on a toujours les calculatrices et Google.

SUPPÔT

Oui, on peut organiser cela. Attendez que je trouve le formulaire d’arrangement C-376 sur les livraisons à tempérament. Nous aurons besoin d’un dépôt, monsieur Bum. J’aurai besoin de votre NIP pour le virement. Lorsque vous aurez livré à Satan Inc. votre dernière parcelle d’intelligence, votre dépôt vous sera automatiquement remboursé et déposé directement à votre compte.

KAYAKISTE

Depuis quand les banques font affaire avec Satan? Question idiote, je m’excuse.

SUPPÔT

Satan a un compte PayPal, monsieur Bum, il ne fait pas affaire avec les banques.

(un peu de niaisage technique)

Alors, voilà, la transaction a été approuvée. Les détails vous viendront directement à l’esprit par la voix de Satan lui-même en personne, restez à l’écoute. Merci d’avoir choisi Satan Inc., est-ce que je peux faire autre chose pour vous ce soir, monsieur Bum?

KAYAKISTE

Ça va aller de même, merci.

(en lui-même)

Ben oui, l’enfer a un compte PayPal à c’t’heure! On rêve ou quoi, ici, là? Au pire, je perdrai mon dépôt. Ce ne serait pas le premier dépôt que je perdrais sur une vache. T’es pas proche de me revoir en-d’sour du pont, p’tit con.

Je n’ai pas lu tous les petits caractères du contrat comme c’est mon habitude ni le manuel d’instructions mais je me suis dépêtré de ma fâcheuse situation comme par magie dans le temps de le dire, je l’avais quand même échappé belle. Le chemin du retour fut des plus agréable, le courant dans le dos pour le retour était ma dernière meilleure idée de la soirée de toute évidence. En chemin, je me suis un peu réconcilié avec le kayak, les chinois et le Canadian Tire. J’ai retrouvé mon petit ruban fluo dans sa branche de saule et je suis allé retrouver ma douce qui m’attendait tranquille dans sa balançoire.

LA DOUCE

(Allegro, postillonnant)

Tu pues la swompe! Tu sens le diable! T’es tombé à l’eau, mon innocent, je te l’avais dit de t’amener une serviette aussi. Pis, t’as arrêté où sur ton chemin? C’est un nouveau bar de danseuses ça, le Satan Inc.? Ils doivent être belles en tabarnak, c’est quoi les retraits de cent piastres, direct dans le compte à sept heures, à huit heures, à neuf heures…? T’es-tu en train de virer fou tranquillement, toé-là?

RIDEAU

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Tout nu, tout nu, pas de bas

(autofiction expérimentale)

Il faut que je me grouille, que je m’étire, quotidiennement, le physiothérapeute a été formel. Radiculopathie oblige sans compter mes soixante ans passés. Shake your booty. Je n’ai plus seize ans, c’est bien écrit sur mon permis, 1957. J’ai lâché la dope depuis des lunes, jupiter! La cigarette depuis bientôt cinq ans, je bois de l’eau comme une chaudière percée, je déjeune au gruau pollué aux graines de chia pilées. Je fais ce qu’il faut mais un peu sur le tard ai-je lâché le lard.

J’ai des bottes de caoutchouc en quantité, j’ai aussi des beaux souliers de chez Canadian Tire pour la montagne mais j’habite sur le plat et le temps est sec et radieux. Je vais donc y aller pas de souliers, pas de bas, rien. Un homme de mon âge, tout nu avec des bas c’est une catastrophe. Toute la poésie du corps d’un homme de mon âge tient dans ces deux petites pièces vestimentaires tout petites qu’on porte ou qu’on ne porte pas dans les pieds, qu’on se doit d’oublier dans le tiroir de bas avec tous les hirsutes cossins qu’ils risquent de côtoyer là.

Oui, oui, vous avez bien lu. Tout nu, tout nu, pas de bas. Je vis dans la nature, je pense nature, je mange nature, je respire nature, alors j’irai nature. Tant qu’à aller respirer des phéromones dans le bois, aussi bien y aller de toutes les pores de mon corps, absorber en porc, ne rien laisser à autrui ni aux truies. C’est le printemps, non? La nature se pare de ses plus beaux atours. Moé-si d’abord. Et les maringouins ne sont pas encore là. Et ne voyez pas là un attentat aux bonnes moeurs pas plus qu’une atteinte aux belles-soeurs, dans le sous-bois tout vert pas de sous-entendu pervers. Et si le cas se présente, lui ou sa soeur, douce gâterie à leur regard j’offrirai, sans plus et sans offense. Gâtez-vous les gâteux, voici du gâteau et du beau. Aucune bobette pour briser le rythme des mes amourettes se dandinant aux quatre vents avec le vit qui vit sa vie libre comme l’air entre les deux, gland rose à la rose des vents.

Le vent me sifflera, le pique-bois persifflera pour faire changement des toc-tocs et si d’aventure la rivière sortait de son lit et partait après moi, quelle histoire d’Ô j’aurais à raconter au très-haut qui se cache la vue là-haut si proche des cyprès avec les feuilles des prudes trembles qui frémissent de la cîme.

Un petit réchauffement pour les muscles endormis, une petite bouchée avant de partir et un peu d’eau pour faire descendre ça, je n’aurai ni sac ni poche pour transporter des en-cas pour la route. Et allez hop, cascade. Dans la tiédeur de ce beau petit matin qui fait son frais, à l’aventure. Direct dans le bois en avant de la maison. L’avantage indéniable de partir flambant nu c’est qu’on ne perd pas de temps à se choisir des fringues bien assorties.

Ah, la verte mousse des bois sous mes pas, connexion directe à la terre mère nourricière, mes pieds se font le canal par où sa douce onde de vie monte en moi nourrir mon âme. Puis surprises pas très agréables, les branchailles et les épines, les cailloux pointus, les choses qui piquent et lacèrent la peau, les insectes rampants et menaçants, les horreurs sans nom que je sens pénétrer entre mes orteils. Câlice de tabarnak.

Stratégie, stratégie.

Je coupe, je reviens sur l’herbe rase, temps d’arrêt, et je dévisage l’allée qui me pointe ses points de fuite au loin. Et comme le lièvre en son gîte qui songe mon esprit cogite. Fuis-je?, me dis-je. De l’autre côté de la route asphaltée, on a ouvert un long chemin dans le sable jaune, le sable à tabac typique de Joliette, sur plusieurs kilomètres et cette voie pénètre la vierge terre à bois déserte comme une longue raie obscène dans la forêt dont la douceur et la chaleur invitent mes pieds déjà endoloris à venir s’y sentir bien chez eux, à l’aise. Quiconque qui que quoi comme moi a déjà parcouru une raie obscène sympathisera. Au centre de l’allée, ma stratégie se précise, j’attaquerai le dernier bout en sioux, je traverserai la route en chevreuil paniqué sans jamais me retourner comme l’écureuil stupide qui meurt écrasé à tout coup dans une stupide danse en aller-retours chorégraphiée par une indécision maladive. Et ne voulant froisser ni le quidam ni sa tôle, je gagnerai tout de go l’éden du sable suave et chaud au grand galop.

J’examine le sol et j’y détermine pour mes pieds nus la meilleure trajectoire et je m’élance comme un éclair de sans-génie sans autre cérémonie, de toutes mes forces, Bruni Surin sprinteur sans culotte ni camisole ni riches commandites imprimées dessus. Mais avec les fesses blanches.

Une gentille dame septuagénaire, lunatique à souhait, à la chevelure teintée noire comme le charbon de bois, voisine de mon bois, et qui avoue une petite préférence pour les autres madames, celle-là même qu’elle aime d’amour à ses côtés, toutes deux couvertes d’une même et ravissante Toyota Corolla rouge pompier qui entrait chez elle en trombe par le chemin de gravier mitoyen. La madame à la chevelure noire, rouge de panique, barra ses freins à deux pieds comme elle le pût mais mal m’en prit, ma pauvre carcasse embrassa celle de la japonaise rouge de plein fouet et prit, au terme d’un long envol, l’envie d’aller se rafraîchir dans le glauque ruisseau qui dormait innocemment dans le creux du fossé attenant aux boîtes aux lettres, témoins-muettes ébaubies et ratées de peu en plein vol, par bonheur.

La pauvre femme assise aux loges, côté helper, faillit mourir sur place, de rire. Quand on n’aime pas particulièrement les hommes nus, que voulez-vous . . . Calmée et se pinçant la lèvre, elle appela les pompiers, l’ambulance, la police et celle à la toison noire l’Express de Montcalm dans le fol espoir de remporter le laissez-passer pour deux mouchards chez St-Hubert Bar-B-Q que remettait hebdomadairement l’hebdomadaire très local aux mouchards chanceux, dénonciateurs de chiens écrasés de tout acabit et porteurs de bonnes et exclusives nouvelles.

Et moi je ne me suis réveillé et je n’ai repris mes esprits que quelques heures plus tard en civière dans un corridor réservé aux gens dans ma condition, dans l’aile psychiatrique de l’hôpital régional. Seul endroit encore disponible dans tout l’hôpital, présumai-je, pour se remettre d’un vol plané mal planifié. J’entendis d’abord celui qui me bordait gentiment m’expliquer en long et en large, sur un ton plein de gros bon sens d’agent de sécurité, les avantages insoupçonnés de la vie paisible en société, puis un homme en sarrau blanc qui insistait:

“Non, pas du tout, non, courir dans le bois tout nu pas de bas ne fait pas de vous l’homme nouveau tant espéré que l’humanité et les hommes en sarrau blanc sont trop sots pour reconnaître en vous.”

“Vous avez cessé de prendre vos pilules sans m’avertir, monsieur St-Pierre, on va devoir reprendre le traitement à zéro maintenant.”

Ah ben, poil aux dents, sacrament.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert