Les vieux crisses !

Quand Lucien est allé chez le médecin pour lui exposer ses nouveaux symptômes, le médecin, un jeune frais diplômé à l’air un peu fendant, s’était mis à sourire baveusement en lui expliquant qu’il était probablement juste pré-andropausé.

Juste dans le pré d’André Pauzé? Comment ça se fait qu’il connaît le bonhomme Pauzé, lui? Cela n’a aucune espèce de rapport avec mes malaises, pensa Lucien. D’où il sortait ce p’tit docteur prétentieux. Juste pris en trop osé? en trot posé? Ils en fument du bon depuis que c’est légal, les petits docteurs. Qui l’eût cru?

Lucien n’avait pas vraiment de suées nocturnes ni de palpitations cardiaques, de brumes cérébrales ou des ralentissements métaboliques. Pas fait de tours en montagnes russes hormonales. Pas encore du moins. Quelquefois bandé mou tout au plus. Le petit médecin chiant s’était mis à lui expliquer avec un sourire aussi sympathique qu’un rond-de-cuir, toutes les merveilleuses étapes que la vie lui réservait maintenant, prétentieux comme si tout cela était à des années-lumière de lui arriver à lui, petit con, que la science moderne était pour trouver quelque chose entre-temps, un vaccin, une thérapie quelconque avant que ça ne lui arrive à lui aussi. Quand le toubib imberbe a enfilé son gant de latex pour lui planter un doigt dans le trou du cul, Lucien s’était dit qu’il lui faudrait bien un médecin de famille plus vieux que ce petit blanc-bec. Genre un vieux crisse.

Sont passés où tous les vieux crisses quand t’en as besoin?

Sur le chemin du retour sur l’autoroute métropolitaine, Lucien regardait partout alentour de lui toutes ces voitures qui doublaient la sienne. Dans toutes les voitures, tous les hommes qui s’en allaient dans la même direction que lui avaient dans la quarantaine, maximum dans la cinquantaine. Lucien avait soixante-neuf depuis un bout de temps indéfini déjà. Il réalisait non sans une certaine dose d’anxiété (cela se produisait-il pour vrai?) qu’il était probablement le plus âgé sur la route, le plus vieux du bureau aussi. Après tout, le patron italien était mort au printemps, son partenaire pas longtemps après. La réceptionniste un peu défraîchie était partie s’installer avec son vieux sugar-daddy à Palm Springs, la madame haïtienne de la comptabilité s’occupait maintenant à temps plein de son mari Alzheimer. La plupart des autres hommes alentour étaient tous plus jeunes que lui, même si la plupart n’étaient jamais aussi assidus et travaillants que lui.

Mais encore, Lucien réalisait tout d’un coup qu’il lui arrivait rarement pour ne pas dire jamais de croiser des vieux crisses dans sa vie de tous les jours. Pas un seul vieux crisse dans les dîners entre collègues ni quand il magasinait avec sa douce dans les centres d’achat, il réalisait non sans angoisser qu’il n’y en avait même pas quand il ramassait son café du matin au Tim du coin.

Sont passés où tous les vieux crisses?

Lucien montait le chauffage dans l’auto pendant qu’il tentait de résoudre l’énigme en regrettant de ne pas s’être apporté une petite laine avant de partir. Il se disait qu’il devrait toujours s’en garder une dans l’auto en cas. On est dans un pays nordique tout de même. Dernièrement Lucien semblait toujours sentir comme un petit blizzard glacial passer près de lui, ou sortir de terre pour venir lui bleuir les orteils. Il taponnait de la main gauche à la recherche de la manette pour allumer aussi le siège chauffant. Un petit zig-zag de rien et voilà parti le concert de klaxons tout le tour de lui, pffffff.

Lucien avait pris rendez-vous avec le médecin juste parce qu’il avait commencé à filer déprimé deux ou trois jours par mois. Rien à voir avec le pré d’André Pauzé. Il avait assez fait de dépressions dans sa vie pour s’inquiéter un peu. Faire la différence entre les petites baisses d’humeur normales et la grande brume noire qui s’abattait sur lui pesamment sans raison apparente. Il savait fort bien que tout ne reposait que sur un stupide débalancement chimique et qu’il n’avait aucun problème existentiel digne de ce nom et susceptible de l’accabler de la sorte trois ou quatre jours par mois. Il commençait à comprendre que des gens puissent envisager le suicide lors de telles attaques de l’humeur aussi brèves que soudaines. Si on ne pouvait même plus donner ou ressentir un peu de joie dans une vie où l’on se sent généralement confortable, pourquoi s’acharner à exister. Cette existence-là ne valait pas vraiment la peine d’être existée.

Cou’donc, sont passés où tous les vieux crisses?

Lucien commençait à se demander s’il ne devait pas aller voir au bingo. S’inscrire à des cours d’aqua-forme, à la pétanque. Aller assister à des captations de quiz télévisés en autobus jaune. Et les vieux pauvres, sont où les vieux pauvres? Où est-ce qu’ils se cachent les vieux sans-abris? On ne voit plus rien que des jeunes quêteux dans les rues.

Lucien se rappelait de son oncle Wilfrid éternel vieux-garçon qui avait toujours habité avec son grand-père veuf. Les deux dévoraient bruyamment des TV-Dinners devant Hawaï 5-0 et Mannix et connaissaient par cœur toutes les répliques des reprises de Dragnet. La fourchette qui leur collait dans la gueule, immobile, quand leur héros s’approchait sans se méfier d’un guet-apens évident. Pourtant le grand-père avait écrit plusieurs romans à succès et Wilfrid avait une longue carrière de géologue derrière lui, ils en auraient eu beaucoup à raconter mais cela n’intéressait plus personne. Ils étaient disparus tous les deux depuis belle lurette.

Sont passés où tous les vieux crisses?

Lucien s’était arrêté à la pharmacie pour faire préparer la prescription que le petit frais chié lui avait signée. C’était pour ces sept ou huit jours par mois qu’il sentait l’enfer s’ouvrir sous ses pieds ou une tonne de briques s’affaler sur sa carcasse souffrante mais la prescription disait qu’il devrait les prendre tous les jours. Ça ou toutes les gober d’une claque, se disait Lucien qui avait alors demandé à la jeune pharmacienne qui arborait une moue de princesse contrariée sous sa coiffure toute en frisettes intenses comme Annie la petite orpheline s’il ne pourrait pas, en lieu et place, avaler le médicament seulement les journées où ça irait trop mal. Elle avait jeté un coup d’œil plus que furtif sur la prescription et lui avait donné un non sec et à peine audible pour toute réponse avant de continuer à repousser savamment de la lime un cuticule rebelle qui retroussait sans vergogne sur un de ses artistiques faux-ongles bling-bling.

Anciennement, c’était le bonhomme Ducharme le pharmacien. Un homme affable et pas tellement souriant. Mais lui au moins on pouvait lui poser toutes les pires questions sans souffrir du moindre embarras.

– Il est où, monsieur Ducharme, Lucien lança-t-il, le vieux pharmacien, là?

La petite princesse en sarrau releva la tête en faisant une face de carême.

– Y’é parti.

Seule et sèche réponse.

– Juste parti souper? parti en condo? en Floride? à l’hospice?  répliqua Lucien.

– Veux même pas l’savoir y’est passé où le vieux crisse . . . SUIVANT !

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonMauve

Hier encore, pourtant.

 

Tuer des chouchous

Quelle belle façon d’amorcer l’année. Lire sur l’écriture, rien de tel pour la motivation de janvier. C’est fou tout ce qui s’écrit sur l’écriture. On n’en chante jamais autant sur l’art de la chanson.

Sur le style d’écriture notamment et les règles, Stephen King écrivait (bien qu’on attribue la règle à plusieurs auteurs avant lui) :

 “Kill your darlings, kill your darlings, even when it breaks your egocentric little scribbler’s heart, kill your darlings.”

(Tuez vos chouchous, tuez vos chouchous, au risque de briser votre égocentrique petit coeur d’écriveux, tuez vos chouchous. –  traduction de moi)

Évidemment, on ne parle pas ici de tuer nos êtres chers ou nos chouchous; en littérature, tuer nos chouchous veut essentiellement dire se débarrasser des mots, expressions, personnages, situations fétiches auxquels un auteur s’attache maladivement, s’accroche avec une affection exagérée et qui n’apportent pas toujours une contribution utile au texte.

Oh oh!, une rétrospection s’impose. J’en ai plein de ces chouchous qui poppent icitte et là dans mes écrits, “icitte et là” en est déjà un que j’ai emprunté à une chanson de Plume – Chambre à louer (…mais des chambres y’en a icitte et là mais pas pour moé.). Mais j’en ai plein d’autres. Des chouchous, pas des chambres à louer. Le verbe ébaubir que je pousse jusqu’à l’ébaubissement, Olivette une bag lady que j’hébergerais sous ma calotte crânienne et qui serait la bibliothécaire de mes souvenirs enfouis dans un paquet de vieux sacs de grocerie, ces fameux chinois (comme disent les chinois) que je prends à témoin chaque fois que j’utilise la langue de Shakespeare ou les plus vils anglicismes, Allah que j’invoque à tout propos ou le visage de mes émois premiers, Miss Saint-François-Solano (soupirs).

Je m’insurge contre la règle évidemment. Bien étrange consigne que de tuer mes chouchous. J’ai de la misère à tuer les souris qui viennent passer l’hiver en-dedans dans le douillet tout-compris de la gamelle d’une chatte rendue trop vieille pour les chasser à ma place. Quoi de neuf au pays des vieux résidus des années soixante-dix comme moi? Je DOIS m’insurger. Comme dirait mon fils Emmanuel, les règueul’ments c’est faite pour être suis pis les ceuzes qui voulent pas les suire, ben qu’y s’en vont!

Alors, c’est ça, j’men vas. Je m’en vas vous proposer des alternatives à l’éradication cruelle des chouchous littéraires.

Alternative no.1 – Au lieu de tuer vos chouchous, torturez-les jusqu’à ce qu’ils complimentent sans fin votre style littéraire.

Alternative no. 2 – Utilisez vos chouchous comme prénoms pour vos enfants. Voici ma fille Olivette, je vous présente Marie-Ébaubie et Kévin-Allah qui traverse actuellement son terrible two comme disent les chinois.

Alternative no.3 – Quand les dieux Incas reviendront régner sur le monde, lancez vos chouchous dans la gueule d’un volcan pour vous assurer de bonnes récoltes. Les dieux Incas comprendront que vous êtes fuck’n désespérés pour les sacrifier ainsi et votre blé montera jusqu’à dix pieds de haut.

Alternative no.4 – Faites-vous accompagner à une noce par un de vos chouchous et laissez-le porter le toast de circonstance qui incidemment sera verbeux au possible et n’en finira plus de finir. Mais notez bien que se présenter à une noce accompagné d’un chouchou n’implique aucunement que vous êtes romantiquement ou sexuellement impliqué avec vos chouchous. Mais théoriquement la probabilité existe.

Alternative no.5 – Lors d’une attaque apocalyptique de morts-vivants, détournez l’attention des zombies avec la beauté incommensurable de vos chouchous. Lorsqu’un zombie entreprendra de se sustenter en croquant goulument un de vos chouchous et que vous verrez les organes de votre chouchou frapper le sol en répandant tristes lambeaux déchirés et humeurs sanguinolentes, pleurez.

Alternative no.6 – Au lieu de bêtement tuer vos chouchous, laissez-les simplement mourir de froid par eux-mêmes en les laissant s’accrocher désespérément à une vielle porte de bois sur laquelle vous aurez préalablement planifié de dériver sur l’océan arctique.

Alternative no.7 –  Pour compenser les chagrins d’une rupture ou vous consoler d’un autre rejet d’éditeur, offrez-vous une gerboise. Attachante petite bête. Créez un bel alignement rectiligne en plaçant la cage de la gerboise le long d’une sélection des chouchous que votre éditeur a raturés, bien collés au mur avec du gaffer tape et appelez ceci de l’art.

Alternative no.8 – Inscrivez vos chouchous sur Tinder et laissez-les compléter leur formulaire d’inscription et leurs bios qui seront naturellement poétiques à l’excès mais encore redondantes et remplies de clichés et de lieux-communs.

Alternative no.9 – Laissez s’échapper un chouchou dans un supermarché près de chez vous et faites semblant de le rencontrer par hasard au rayon des marinades. Passez à côté incognito, détournez le regard, ne lui dites même pas bonjour. Regardez-le s’éloigner ébaubi pendant d’interminables et douloureuses minutes, versez des larmes brûlantes. Passez à la caisse, payez vos articles. N’achetez qu’un rouleau de papier-cul en cas.

Alternative no.10 –  Finalement, merde, allez-y gaiment, obéissez servilement, tuez tous vos chouchous pour ensuite réaliser ébaubi que vous n’avez plus rien ni personne. Vous êtes seul au monde comme tous les Ovide Plouffe du monde entier. Tout seul comme un chien pas de médaille. Désabusé. Détruit.

Calvaire, c’était la pire des idées celle-là, oubliez ça.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonMauve

 

Qui haït l’aïs?

Je ne m’étais jamais vraiment posé la question. Pour moi il avait toujours été évident que l’habitat naturel du petit bradype ou paresseux tridactyle était quelque part dans la grille de mots croisés de mon journal quotidien favori. Aïs. Je pouvais le trouver là presque chaque jour, coincé dans un petit recoin de trois cases, bouche-trou par excellence de tous les constructeurs de grille blasés ou paresseux et des cruciverbistes rompus à leur opportunisme crasse. Ou lorsqu’un éclair de sophistication frondeuse vous illumine à la toute fin d’une partie de Scrabble et qu’il vous reste deux voyelles à placer sur la planchette, “a” et “i”, et que vous les collez sur un “s” compte triple, alors vous tapez des mains et vous vous écriez, hautain et baveux : Bradype ! Tridactyle d’Amérique du sud ! en quittant la pièce triomphal pour le plus grand dam de vos adversaires ébaubis.

Ainsi avaient toujours été les choses jusque-là.

Bien sûr, il m’était arrivé une fois ou deux en zappant nonchalamment de tomber sur cette bête un tantinet ridicule et sans la moindre trace de la malice typique d’une bête sauvage des jungles de l’Amérique du sud, suspendue lascivement la tête en bas grignotant lentement quelque feuillage, laide et le regard éteint, le rythme lancinant et endormant d’un demeuré pas trop vite, juste une autre blague à peine drôle de dame nature qui ricanait seule dans son coin maladivement.

Ainsi, disais-je, avaient toujours été les choses jusque-là, jusqu’à ce qu’un bon jour, blasé d’à peu près toutes choses comme on peut l’être après deux heures à lire des magazines insignifiants dans une salle d’attente qui n’avait jamais porté son nom avec autant de justesse, je tombe sur la stupide bête dans les pages écornées et jaunies d’un National Geographic datant au moins des fastueuses années cinquante. Un hurluberlu avait provoqué de toutes pièces une inondation dans la jungle du Surinam, Guinée hollandaise si je ne m’abuse, et les bêtes s’y noyaient allègrement – cervidés et ocelots, fourmiliers et singes-hurleurs rouges et tout un paquet d’autres bêtes aux noms impossibles à mémoriser. “Orphelin de l’onde” titrait l’article. Et en page 28, tout en couleurs, l’air d’un itinérant après un long hiver le pelage ébouriffé et cotonné par la boue et l’eau qui l’avaient souillé puis avaient séché sur la pauvre bête aux yeux tristes et mélancoliques qui s’était tenue à flot s’agrippant désespérément sur la tête de sa mère qui tenait elle-même sur le dessus d’une souche, mon vieux pote de mots croisés et de Scrabble à trois ridicules orteils qui sert essentiellement à remplir trois cases de mots croisés perdues se tenait là, déboussolé, le regard éteint. Il avait attendu patiemment pendant que l’eau montait et montait sur la mère qui fixait son tendre regard de mère paniquée sur son rejeton risible et laid qui était perché sur elle s’agrippant à sa tête de ses six ridicules orteils. Et bien sûr, elle est morte noyée pauvre elle pour garder son bébé vivant le temps qu’on vienne à son secours. Elle ne lui servait plus que de coussin d’appoint, aussi immobile que morte, une commode extension à la souche qui l’avait sauvé des flots et le regard perdu du petit sur la photographie du célèbre magazine n’était pas totalement dissemblable de celui de la truite de ruisseau reposant sur les glaces concassées de l’étal du supermarché semblant se demander où avait bien pu passer sa crique adorée.

Depuis cette bouleversante lecture où j’ai braillé comme un veau dans la salle d’attente de mon ophtalmologiste devant des badauds qui se mirent hypocritement à laisser une zone tampon de trois chaises entre eux et moi, si d’aventure je croise l’aïs dans un mot croisé ou que je reste coincé avec les deux voyelles maudites au Scrabble, jamais plus l’envie de baver ni de faire mon triomphant ou mon prétentieux ne me viennent tout de go à l’usage du petit mot de trois lettres. Je fais maintenant comme une sorte de pause, une respectueuse minute de silence d’une dizaine de secondes et je pense très fort à lui et à sa pauvre mère et je conclue, le cœur au bord de la gueule gonflé d’amertume et les yeux au bord des larmes, que la pauvre bête derrière le mot de trois lettres aux deux syllabes phonétiques imposées par son tréma et qui ne sert qu’à remplir trois cases perdues de la grille par sa définition imposée par les trois ridicules orteils du pauvre bradype tridactyle d’Amérique du sud que l’aïs est finalement, et somme toute, une très, très belle bête. Et moi, avec le temps, un vieux braillard ridicule.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Circonfixe

(ou les ravages de novembre, encore)

 

No, no, vent, brrrr…

Je J sur le Q, l’âme les fesses à l’R

Jamais plus au jardin, prendre le T par l’A avec L

No, no, vent, brrrrr… non lu mi-noeud ni lu mi-air.

S’crisser des coups d’H, sauter rorisé dans les O de la B

Mon être va poreux, mon âmi perd sa dense idée

 

Mais qui a volé les volets qu’on les ferme qu’on m’enferme

Ferme la gueule me pince le nez et je plonge en moi en émois

Je squatte le bordel de ma vie engloutie extase et agonie

Atlantide démangeaison je suis cet espace où je me gratte la vie

Le X sous la galle de mes dédales enfoui

 

Chercher mon X par ci par là, ici si las

Ici pourtant toujours dès qu’on arrête de fuir par là, là-bas

Toujours y cite, juste l’A l’A l’A, drette l’A

Tomber drette dessus en ne visant plus à côté mais déçu

Chercher l’Ô,    . . . l’Ô me,   . . .  l’Ô me sweet Ô me

 

Un X sur le mot douX, un É où je sieds, où je pose mes pieds

Mais mais, me-ma-mes, ma maison, mon gîte, mon quai

N’est pas si, n’est pas ni

Ni nulle part d’où je fus ni naquis ni grandis

L’ôme crèchait là bêtement, fixe sous son X circonfixe

Où la houle coule se calme dans la mousse des bois et meurt le vent en fleurs

Icitte où les plans d’évasion viennent s’échouer par gros tapons

Tentatives de fuites de fugues opérations bidon

Proclamées ainsi pides et stupides à jamais.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

 

L’ignorance de la loi ne sera pas considérée comme une excuse valable.

  • Grammaire. Le circonfixe, un type d’affixe comme la circumposition, est un type  d’adposition, à savoir un affixe en deux parties encadrant le radical du mot auquel on l’applique. Il est nettement moins courant que les affixes en un seul morceau.

 

La planète erre

Je suis carboneutre, grand bien me fasse.

Je puise mes eaux sous ma terre sans additifs chimiques et j’offre mes eaux fatiguées au champ purifiant, chez moi, derrière ma maison. Je coûte zéro en infrastructures. J’engraisse ma terre à même mes propres rejets, chauffe ma maison à l’énergie limpide de nos rivières et au passif solaire éternel. Je suis carboneutre, grand bien me fasse. J’habite la région, j’y vis et j’y consomme l’essentiel de mes biens très essentiels et je rachète mes péchés automobiles en acquittant les taxes sur des terres, plus de six arpents de bois debout que je laisse grandir et vivre tranquille, mes arbres qui absorbent le méchant et offrent à une bonne poignée d’hommes et de femmes de ma race phéromones lénifiantes et oxygène vital. Je me soupçonne même d’être carbopositif, grand bien me fasse encore. Ce n’est jamais assez, ce ne le sera jamais plus.

Mais encore je suis vieux, vieux et pleutre. Il m’arrive encore de manger le corps démembré de nos sœurs les poules contre l’avis des blêmes bien-pensants ou de faire un feu de bois pour le seul plaisir de mes yeux et le sourire de mes enfants, mais jamais ne m’arrive-t-il de regretter d’avoir mis des enfants au monde, ni à ceux-ci de peupler mon jardin de petits-enfants qui courent partout contre l’avis des paniqués du calcul exponentiel de ce monde. Je suis aussi un pleutre. Un vieux pleutre. Et je méritais mieux. Bien d’autres comme moi méritaient mieux, beaucoup mieux. Mieux que de voir l’humanité écouter les mauvais hommes, prier les mauvais dieux, mieux que d’être de cette race épidémique catastrophique qui veut bien courir à sa perte le sourire aux lèvres et sifflotant en autant qu’elle le fasse les poches pleines.

Grand bien n’y fassent tous les cris, les S.O.S., le vaisseau-terre est assailli, attaqué, notre terre qui êtes aux pieux. Et les avares affamés aveugles, les militants de la terre brûlée lentement meurent de leur bêtise à compter le temps à l’échelle de leur propre fortune, de mesurer leurs envies à la profondeur abyssale de leurs poches. Notre vaisseau est son propre temps, sa propre vie. Notre vaisseau porte en lui le temps, inexorable, et la vie. Le temps d’un grand bing bang que tout naisse, le temps d’une éternité qui vit naître des races microscopiques laides et risibles qui engendrèrent des races animales énormes et effrayantes puis les effaça de sa surface d’un seul caprice climatique. Le temps de l’éternité qui vit naître au ciel de nouvelles races aux plumes légères, gracieuses et colorées, sur terre des bêtes à quatre pattes poilues et rusées, plein les océans de créatures mystérieuses et superbes et toutes ces créatures se complémentant dans un équilibre digne de la plus grande intelligence. Mais encore le temps de l’éternité qui vit arriver cette race à deux pattes, épidémique catastrophique, qui n’avait pour toute intelligence que la vanité de croire à la sienne.

Et la terre la rayera elle aussi de sa surface d’un seul caprice climatique, elle qui s’est asséchée sous les feux, éteints par ses océans qui ont gelé, dégelé, regelé, redégelé, son ciel qui s’est illuminé, qui s’est obscurci pour se rallumer, ses verts pâturages noircis puis reverdis, ses eaux qui ont monté, remonté, et qui se sont retirées comme un grand backwash de jouvence.

Et elle fera en son temps et à son caprice naître de nouvelles créatures encore et encore, de nouvelles bêtes dont la splendeur dépassera l’entendement ou dont l’horreur sera sans nom. Mais nous n’aurons jamais la grâce de les voir, nous serons disparus à jamais et d’autres êtres, peut-être de lumière et de chair mêlées, creuseront sous la surface pour trouver quelques traces de notre passage et se penser bien mieux. Parce que la course du vaisseau, elle, ne s’arrêtera jamais.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

life

 

 

Pas gai, le hockey

Pièce en un acte.

Match d’ouverture. Une chambre dans un hôtel semi-chic de la proche banlieue de Winnipeg. Deux lits doubles, deux porte-bagages. Une table de nuit avec une lampe, un téléphone. C’est le soir, on frappe à la porte. Après un moment, la porte s’ouvre et Alexis “Si-si” Sicotte pénètre dans la chambre, homme de forte stature dans la trentaine, complet noir impeccable, valise à la main. Il dépose sa valise sur le porte-bagages, enlève son veston et le dépose sur le lit. Regard bref et furtif sur l’autre lit, desserre sa cravate.

On frappe de nouveau à la porte et avant même que “Si-si” Sicotte n’ait le temps de s’y rendre, elle s’ouvre laissant apparaître Robert “Butch” Laforce, mi-vingtaine, complet 3 pièces impeccable mais beaucoup plus costaud que Sicotte.

BUTCH

Salut.

(Entre, regarde alentour, dépose sa valise et tend la main à Si-Si)

Butch, Robert Butch Laforce, j’ai joué à Boston l’année passée.

SI-SI

(Serre la main)

Alexis Sicotte, choix de première ronde, j’ai toujours joué avec les glorieux.

BUTCH

Bon, ça a l’air qu’ils nous ont matchés ensemble pour chambrer.

 SI-SI

Ouin.

(Place sa valise sur le porte-bagages et l’ouvre)

Ouin, deux par chambre. On est chanceux pareil, y’en a qui sont trois.

(Lance avec nonchalance son veston sur sa valise ouverte et desserre sa cravate)

 BUTCH

Ça me dérange pas de partager ma chambre, on se sent moins seuls de même, surtout ici à Winnipeg.

SI-SI

(Regard furtif et hypocrite sur Butch)

Ouin, mais moi ça m’achale. J’avais demandé une chambre privée si possible. Ça fait moins baraquement d’armée de même, tu comprends?

BUTCH

(Même regard furtif et hypocrite sur Si-Si)

Trompe-toi pas, j’ai dit que ça me dérangeait pas de partager ma chambre avec toi, je ne voulais pas dire avec un homme nécessairement, comprends-moi bien.

(Pause malaisante)

Je veux dire, je te connais pas personnellement, t’as l’air d’un bon jack.

(Pause, rire nerveux)

Je veux dire, christ, t’as pas l’air d’une tapette.

(Les deux rient nerveusement. Pause)

À Boston, ils disent qu’il y a plein de tapettes qui jouent pour les glorieux.

SI-SI

(Contrarié)

Ouin, j’en ai pas connu personnellement. Ça a l’air qu’il y en a déjà eu mais y’ont pas fait long feu.

(Les deux rient)

On raconte qu’à Toronto par exemple, là y’en a toute une chiée.

BUTCH

(Soudainement se jette par terre, se tape dix push-ups, se retourne et se tape dix sit-up rapides, se relève, s’époussette à grandes claques. Un peu à court de souffle)

Je fais ça à peu près vingt fois par jour, juste pour garder la forme. Je fais ça tous les jours depuis le primaire. Push-ups et sit-ups dans le jour, corde à danser et course sur place le soir. Un peu de tennis et de piscine la fin de semaine, une petite partie de handball ou de squash si je rentre tôt à la maison.

(Pause)

Toi, tu t’exerces-tu un peu?

SI-SI

Ouin, mais pas tant que ça. Un peu de golf la fin de semaine et des fois je m’invite dans des parties de baseball improvisées par les ti-gars de mon quartier. On peut facilement se brûler dans le sport professionnel, faut se ménager un peu.

BUTCH

Personnellement, je n’ai jamais fait de poids et haltères. Moi les gars qui courent toujours au gym pour lever du métal et toutes sortes de machines de même. . .  toujours à se gonfler les biceps, se graisser le body et se regarder dans le miroir. Pfffff. Si tu veux mon opinion ces maniaques du gym sont des plus grandes folles que ceux qui portent des sous-vêtements de femme en-dessous de leur complet trois-pièces.

SI-SI

Ouin, tu me paierais cher pour faire des haltères.

BUTCH

Moi aussi tu me paierais cher.

(Pause)

Pas que je serais pas capable si je voulais, comprends-moi bien. Moi ma musculation, elle se fait tout seul quand je joue au football . . .

(Examine Si-Si pour voir s’il approuve du regard)

… basketball … volleybal …

SI-SI

C’est pas un sport de filles, ça, le volleyball?

BUTCH

(Rapidement)

Euh, je voulais dire soccer, j’aime beaucoup le soccer.

SI-SI

C’est pas à ça que toutes les grandes tapettes british jouent, le soccer?

BUTCH

(Mal à l’aise et rapidement)

Et la lutte, y’a rien comme crisser une volée à un gars baraqué comme une armoire à glace, le jeter au sol et l’immobiliser jusqu’à temps qu’il crie chute. Quel sport! Je crois bien qu’à part le hockey, c’est mon sport favori.

SI-SI

Ah woin? Pas sûr, moi. Tous ces enlacements et ces contacts entre deux corps d’homme en sueur couchés sur des petits matelas, ishhhhhh. Si tu veux mon avis, les lutteurs sont encore plus gais que les culturistes. Je les haïs les petits bâtards. Je les reconnaitrais à un mille, je les sens.

BUTCH

Moé-si, un vrai poison, on dirait qu’il y en a de plus en plus, comment tu fais pour les spotter?

SI-SI

À part les cas évidents comme les danseurs, les acteurs, les artistes-peintres, les coiffeurs ou ceux qui capotent un peu trop sur les chats pas de poil ou les bichons maltais ou ceux qui savent cuisiner, qui sont toujours minces et bien propres, tu peux savoir juste à regarder comment ils marchent, la petite façon un peu fruitée qu’ils ont de faire tous leurs gestes.

BUTCH

Je vois. Comme quoi les petites façons fruitées?

SI-SI

Ben, tsé, comme la manière qu’ils s’assoient.

BUTCH

Ils s’assoient comment?

SI-SI

Ou de la seule manière qu’ils se croisent les jambes. Assis-toé.

 BUTCH

Quoi?

SI-SI

Assis-toé.

BUTCH

Pourquoi?

SI-SI

Assis-toé, tu vas voir.

BUTCH

(S’asseoit très prudemment sur son lit)

SI-SI

Croise tes jambes.

BUTCH

Croiser mes jambes?

SI-SI

Oui oui croise tes jambes tu vas voir.

(Butch croise ses jambes en ramenant sa cheville droite directement sur son genou gauche)

Tu vois? Tu l’as fait de la bonne manière. Si tu avais été gai tu aurais fait comme ça.

(S-Si s’asseoit sur son lit et dépose son genou droit directement sur son genou gauche et dépose ses deux mains gracieusement sur le bout de son genou)

 BUTCH

Oh!

(Sourire de soulagement, se relève)

 SI-SI

Hein? T’as vu hein?

(Si-Si fouille sa valise et en ressort un paquet de Montecristo et en offre un à Butch)

 BUTCH

Oh, merci!

(Se plante directement le cigarillo sur le côté de bouche)

 SI-SI

As-tu du feu?

BUTCH

(Va vers son lit, fouille la poche de son veston, trouve un carton d’allumettes, en allume une de façon exagérément virile, s’allume puis éteint l’allumette en l’agitant avec force dans un va-et-vient de la main)

 SI-SI

Tu vois? Encore? Un gai aurait éteint l’allumette en soufflant dessus du bout de la gueule.

BUTCH

(Ravi)

Je le sais. Je sais comment on étreint, en homme. Qu’on éteint, qu’on éteint je veux dire.

(Longue pause)

SI-SI

Écoute, Butch, tu penses-tu qu’on a le temps?

BUTCH

Le temps? . . . le temps pour quoi? Il est minuit passé.

SI-SI

(Regarde sa montre)

Je le sais. Shit.

BUTCH

Shit quoi?

SI-SI

Fuck’n shit.

BUTCH

Fuck’n shit quoi?

SI-SI

Je viens juste de réaliser que j’ai pas sauté une femme depuis plus de deux heures.

BUTCH

(Impressionné)

Deux heures?

SI-SI

Ben oui, deux heures, j’me peux plus, moi là.

(Marche nerveusement de long en large dans la chambre)

BUTCH

T’as fait ça avec qui, il y a deux heures?

SI-SI

La fille de la réception en bas.

(Donne un grand coup de poing dans le mur)

Je me peux juste pus.

 BUTCH

Tu veux qu’on fasse quoi? Ça se fait pas venir comme une pizza une fille.

SI-SI

Bonne idée, on s’en call une drette-là.

BUTCH

On fait ça comment?

SI-SI

On est à Winnipeg, pas de trouble, regarde-moi aller.

(Marche à la table de chevet et décroche le combiné)

Allo, service aux chambres? Chambre 146, on veut une femme.

(Pause)

Oui, une femme.

(Pause)

Un instant, je lui demande.

(À Butch)

Une blonde, brunette, une rousse?

BUTCH

Blonde.

SI-SI

(Au téléphone)

Oui, une blonde.

(Pause)

Yeah.

Un instant, je lui demande.

(À Butch)

Des petits seins, des gros seins, des grosses fesses?

BUTCH

Blonde, gros seins, grosses fesses.

SI-SI

(Au téléphone)

Blonde, gros seins, grosses fesses.

 (Pause)

Un instant, je lui demande.

(À Butch)

Catholique, juive, presbytérienne?

BUTCH

Demande-lui si elle a une culturiste hétéro sinon je prendrais une adventiste du septième jour.

SI-SI

(Au téléphone)

Good, on va en prendre une de même, et envoyez-là le plus vite possible.

(Raccroche le téléphone)

Elle s’en vient drette-là.

BUTCH

Tout un service, tout un choix qu’ils ont à Winnipeg, hein?

SI-SI

Winnipeg c’est le best! Les nuits sont longues ici, c’est pas pour rien qu’ils ont du choix.

BUTCH

Je suis content que tu aies suggéré ça, je m’en venais un petit peu horny moi aussi.

SI-SI

Sais-tu quoi? T’es correct finalement, je t’aime bien Butch, sérieux.

BUTCH

Merci.

SI-SI

Quand je t’ai vu tantôt, j’étais certain que tu étais gai, mon gai-dar sonnait à pleine épouvante. Je vais être obligé d’aller le faire checker, t’es straight comme une barre finalement.

BUTCH

Merci, Si-Si.

SI-SI

Avec certains gars, on sait jamais, même des gars que tu connais depuis des années. Ils ont l’air OK, ils agissent même de façon OK mais au moment où tu t’en attends le moins, pouf, coming-out.

BUTCH

Je l’sais, une vrai peste.

 SI-SI

J’avais un bon ami, un moment donné, je le connaissais depuis des années, on a joué pee-wee ensemble. Je ne me suis jamais douté de rien. Un bon jour, on était à la chasse ensemble loin dans le bois et il m’a touché le bras! Le bras, tabarnak!

BUTCH

Tu me niaises? Le bras? C’est épeurant des affaires de même, les petits bâtards.

SI-SI

On peut se fier sur qui quand un gars que tu connais depuis ton pee-wee te fait une affaire de même!

BUTCH

Fuck’n vrai.

(Pause)

Qu’est-ce tu lui as dit à ton ami?

SI-SI

Qu’est-ce que je lui ai dit? Je l’ai gelé rien que d’un coup, assomé d’un coup de poing. Je l’ai jamais revu depuis.

BUTCH

J’aurais fait pareil, je ne te blâme pas.

(Pause)

Je commence à avoir hâte que notre petite blonde arrive.

SI-SI

Moi aussi, j’ai hâte. Cou’donc y’é quelle heure, là?

BUTCH

Minuit et vingt.

(Pause)

Calvaire minuit et vingt.

(Pause)

Minuit et vingt, ciboire!

(Si-Si à bout de patience décroche le combiné. Ça frappe à la porte en même temps)

C’est elle, raccroche!

SI-SI

Mais entrez donc!

(La porte s’ouvre, la plantureuse blonde s’avance voluptueusement dans la chambre)

 BUTCH

(Ironique)

Bon matin.

CALL-GIRL

J’ai fait aussi vite que j’ai pu, désolée.

(Si-Si examine la fille de la tête au pied, fronce les sourcils, semble contrarié)

 BUTCH

Je m’appelle Robert Laforce, mais on m’appelle Butch. Voici Alexis Sicotte, lui on l’appelle Si-Si.

 CALL-GIRL

Plaisir.

(D’un gracieux mouvement des bras, la robe s’élève dans les airs puis elle la lance négligemment sur une des valises)

Moi, c’est Brenda. Qui passe le premier?

BUTCH

Ben, je sais pas trop, là.

(Se retourne vers Si-Si)

Qui qui y va le premier, Si-Si? Toi ou moi?

SI-SI

(Semble encore contrarié, inquiet, fronce toujours les sourcils)

Écoute, Butch, vas-y donc pis fais donc ce que tu veux! Je pense que je vais passer mon tour de toutes façons à soir.

(La plantureuse blonde et Butch le regardent surpris, voire ébaubis)

 BUTCH

Tu la baiseras pas? Même pas une tite pipe? What the fuck?

SI-SI

Je viens d’avoir un flash, je viens juste d’allumer sur quec’chose. Je viens de réaliser quelque chose de profond. Très très profond.

BUTCH

Ah woin? De quoi?

SI-SI

Que c’est juste un autre moyen que “certains” gars utilisent pour essayer de démontrer qu’ils sont des vrais hommes, p’tits hypocrites, tous pareils.

Montre-moi un homme au septième ciel qui saute une superbe blonde avec des gros seins et des belles grosses fesses et je te montrerai un homme gai à tout coup.

(Rideau)

 

New_pieds_ailés_pitonVert

Flying Bum