Chacun son café

Pointes de plume
cafés de brume
calepins noircis
tranches de vie
et verre de whisky

Le clavier ivre
s pour survivre
barre espace
souffle et passe
i pour immonde
m comme monde

Voir venir le mot
ébaubi et sot
sorti de nulle part
c pour cauchemar
chercher le suivant
i comme ignorant

Au bout de la plage
deux enfants sages
une mère en beauté
une mer si bleutée
une grue qui piaffe
fientes et paragraphe
la dame s’indigne
point à la ligne

Le doigt se retient
plus rien ne vient
une mère noyée
un café déserté
l’horizon triste barre
le génie qui s’endort
et quoi encore

Sur le clavier
pavé double v
wagon déraillé
retour et pavé p
p p p désespéré

Sous les pavés
pauvre cliché
poète et barbu
que cherches-tu

Qu’y trouveras-tu
amer et déçu
poussière et vil gravier
et jamais rien de plus


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Image en en-tête extraite de la couverture, Le café de la plage, Régis Franc, Les B.D. du Matin, 1977


 

Trouvaille et coup de coeur, auteur inconnu.

coup de coeur

C’est pas beau, ça?

Fruit de la passion double poivre de chili

Le billet pour assister à un strip-tease d’Adéline Labine se vendrait un dollar et une crème glacée. Les termes et conditions du contrat indiquaient :

  • Le dollar se payait avec un billet d’un dollar en papier ou en petite monnaie. Les coupons de crédit du magasin général de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde n’étaient pas acceptés.
  • La seule saveur de crème glacée admissible était le fruit de la passion double poivre de chili achetée au snack bar chez Germaine sur la rue principale.
  • Seuls les mâles mineurs de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde pouvaient se procurer un billet.
  • Photographier le striptease d’Adéline était strictement interdit mais des cartes postales grivoises d’Adéline posant de façon plus que naturelle étaient disponibles pour une somme additionnelle de cinquante cents chacune, bien que le beau visage d’Adéline y soit pixellisé pour des raisons évidentes.
  • La masturbation était permise pendant chaque séance de cinq minutes tant soit-il que les choses soient faites proprement mais l’utilisation de langage grossier était strictement interdite étant donné que la religion d’Adéline ne tolérait absolument pas le langage blasphématoire.

Lorsque la rumeur de cette nouvelle entreprise de striptease s’était répandue et avait fini par traverser l’épaisse couche de cire d’oreille noire de poussière des garçons pubères, désoeuvrés et sans-génie de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde, Léon Santerre réalisait avec tout l’ébaubissement de ses seize ans qu’il serait bientôt riche.

Le village de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde était un baillement subliminal de lassitude extrême comparé à la verbomotricité exacerbée du progrès ambiant en ville un peu plus loin, un ramassis mal aligné de bâtiments bancals habillés de papier-brique élimé et craquelé, de toutes les teintes, avec des couvertures rafistolées en un patchwork tout aussi multicolore et leurs gouttières pendantes, carreaux brisés et moustiquaires défoncés ici et là, des balcons qui tenaient de peur, quelques devantures de magasins éparpillées devant des terres arides au foin jaune et haut, des talles de vivotantes épinettes grises. Une rue principale qui est en fait la grande route où les machines roulent vite. L’urbanisme approximatif des constructions, triste comme l’ennui, où l’activité la plus susceptible d’exciter les jeunes âmes en peine du coin consistait à visiter le cimetière nuitamment une bière à la main, à tenter de reconstituer leur généalogie consanguine et incestueuse d’une pierre tombale à l’autre.

À titre de petit ami officiel d’Adéline Labine, Léon Santerre faisait l’envie de tous les jeunes mâles du village parce que la sulfureuse Adéline était la plus physiquement précoce créature de seize ans sur laquelle les yeux exorbités des pauvres garçons se garochaient béatement comme des papillons de nuit sur les lampes à l’huile. Tous ces sans-génie au regard livide savaient très bien que Léon Santerre se frottait bien davantage que le papillon de nuit entre les blanches cuisses de la belle Adéline et seraient plus qu’heureux de payer un dollar et une stupide crème glacée pour la panacée sublime, quitte à se la faire aller eux-mêmes avec grand zèle devant tant de grâces féminines langoureusement dénudées juste pour eux.

La fenêtre des chambres d’Adéline et de Léon dans leurs maisons paternelles respectives se faisaient face de chaque côté d’une petite ruelle étroite et abandonnée qui ne débouchait nulle part, tapissée de mauvaises herbes, aux odeurs d’urine de chat et colorée par des taches de couleurs vives de restants d’emballages et de détritus divers d’un consumérisme délirant et surtout négligent. Depuis qu’il avait eu treize ans et des premières raideurs là où les sermons du curé prédisaient les feux éternels de l’enfer au moindre geste malheureux, il se tenait à sa fenêtre envouté par l’exhibitionnisme d’Adéline alors qu’elle agitait une langue reptilienne sur ses cornets à deux boules de crème glacée fruit de la passion double poivre de chili tout en retirant un à un ses vêtements avant de se mettre au lit sachant très bien que Léon était là, le nez collé à sa fenêtre, comme un gros nez de chat de ruelle devant un bocal de poissons rouges qui s’agitaient devant lui. Au quinzième anniversaire de Léon, l’exhibitionnisme à sens unique d’Adéline Labine se transforma soudainement en un bel onanisme mutuel lorsque Léon a trouvé une échelle accrochée au cabanon du beau-père handicapé d’Adéline qui n’avait fort probablement plus rien à foutre d’une échelle. C’est armé non pas d’un mais de deux cornets à deux boules de crème glacée fruit de la passion double poivre de chili qu’il est monté la rejoindre, les suivant de la langue, les coulisses sucrées de crème glacée qui se sont mises à couler suavement dans le cou puis sur la poitrine généreuse d’Adéline et qui lui ont gentiment indiqué le chemin à suivre vers ses premières et puissantes félicités du corps.

Lui ont aussi donné l’inspiration pour son commerce singulier. Léon Santerre et Adéline Labine ont savamment conspiré pour construire une véritable petite machine à imprimer de l’argent en utilisant le corps de rêve d’une Adéline Labine pas vraiment farouche comme moteur central de l’affaire, une idée dont il ne soupçonnait même pas à l’époque qu’elle mettrait fin au long moratoire sur la joie et l’allégresse de ce coin perdu et ennuyeux et le transformerait même en un joyeux village, tout en beauté et en pleine prospérité.

En moins d’une semaine, Léon l’avait fait savoir à tous les jeunes mâles de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde qui avaient déjà eu la grâce de ressentir une sorte de joie coupable quelque part en bas de la ceinture. Sur une rame de papier volée à l’école du village où il avait tout découpé l’entête, sauf les mots Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde, il a fabriqué des billets à la main puis il a pimpé gaiment l’échelle du beau-père d’Adéline pour en faire un véritable tapis rouge à barreaux illuminés vers le paradis lubrique des adolescents de la place, victimes de démangeaisons inavouables au niveau de la bobette.

La grande soirée d’inauguration ne s’est pas déroulée totalement sans problèmes techniques. En tout bon démocrate, la politique édictée par Léon, premier arrivé premier servi, a bien fonctionné pour les premiers garçons à se présenter au pied de l’échelle pour venir se régaler les yeux et un autre organe ou deux, de leurs cinq minutes en tête-à-tête privé avec la belle qui se dénudait bien hardiment et se laissait couler des grandes coulisses de crème glacée sur les belles courbes de son corps là où elle pouvait les récupérer goulument de sa langue reptilienne pour le plus grand ravissement du client d’où jaillissait assez précipitamment le bonheur. Mais tous les autres Roméo en puissance qui faisaient le pied-de-grue en bas, chargés à bloc d’espérances et de testostérone, se sont bien vite retrouvés pollués de toute cette crème glacée qui leur fondait dans les mains et coulait partout sur eux alors que la chaleur accablante de cette soirée d’été s’abattait sans pitié sur leurs cornets.

Pas tout à fait aussi brillante que ravissante, Adéline Labine démontrait un énorme appétit pour le sexe mais largement éclipsé par son appétit pour la crème glacée fruit de la passion double poivre de chili. Lorsqu’elle et Léon avaient comploté leur affaire et négocié les termes, c’est avec une moue blasée qu’Adéline avait patiemment écouté Léon dicter les aspects financiers lors des pourparlers mais c’est avec un zèle de tous les instants qu’elle avait elle-même établi la clause du cornet de crème glacée obligatoire.  Alors lorsque qu’un des derniers branleux s’est présenté en haut de l’échelle avec son cornet tout fondu et dégueulasse, c’est une Adéline frustrée et vengeresse qui lui a fermé la fenêtre au nez et tiré le store définitivement avant de se mettre en grève.

C’est en s’inspirant sans retenue de la célèbre maxime que Léon Santerre proclama alors que “the show must go on, tabarnak!” Avant même que ne se mettent en ligne tous les inamoratas de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde le lendemain soir, Léon avait installé près de l’échelle un vieux réfrigérateur récupéré au dépotoir qui ronronnait toujours malgré sa décrépitude somme toute essentiellement esthétique et il invitait les clients à y entreposer leurs cornets à deux boules en attendant que ne vienne le moment de joie incommensurable où ce serait leur tour de grimper vers la belle et de prendre leur chose en main. Les affaires bien reprises, Adéline répétait son numéro pour chaque Adonis de pacotille à l’émotion cependant bien réelle et ferme qu’elle regardait grossir, et Léon Santerre gloussait d’allégresse lui aussi mais en regardant grossir le rouleau de billets collants dans ses mains. On avait aussitôt vu les queues se rallonger au pied de l’échelle, comme celles d’en haut évidemment.

Mais d’autres sortes de grains de sable sont venus s’infiltrer dans l’engrenage avec le temps et Léon a été forcé de modifier quelque peu le modus operandi jusque-là bien huilé de leur singulière affaire. Un beau dimanche soir que tous les vieux de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde jouaient au 500 comme c’était ici l’habitude, que le commerce était en pause dominicale, religion oblige, Chouchou Botnick, un polonais poilu pas de classe, non-croyant et totalement illettré a bien tenté d’en obtenir beaucoup plus que son dollar et un cornet, fût-il à deux boules bien gelées, ne lui permettaient d’espérer. Et il a tenté de s’introduire par la fenêtre nuitamment et en catimini. C’est une Adéline totalement outrée qui a laissé tomber la fenêtre à guillotine emprisonnant l’organe du polonais maintenant aussi bleu qu’aplati dans sa fâcheuse position entre la fenêtre et son cadre. Alerté par les étranges cris de sopranino, Léon est accouru et a vite remédié à la situation en installant un vieux condensateur électrique de tracteur branché à l’échelle de métal avec un interrupteur qu’Adéline pouvait allumer dès qu’un serpent serait tenté d’imiter Chouchou Botnick et de se hisser au paradis sans invitation, Chouchou qu’on avait rebaptisé depuis Castor Botnik.

On a également frôlé le désastre la nuit que le beau-père s’est pointé dans la ruelle ameuté par les cris d’Adéline qui argumentait sévère avec un marmot pas vite à venir qui avait dépassé ses cinq minutes réglementaires, un dénommé Théo pour lequel il n’était pas question de redescendre de là “amanché d’même”. Le client derrière lui était monté le tirer par les chevilles et les deux pauvres garçons ont foutu le camp en bas de l’échelle les chevilles en morceaux et hurlant au meurtre. Les chiens se sont mis à japper de partout, les lumières de la maison d’Adéline se sont allumées et le beau-père d’Adéline est descendu de la galerie dans sa chaise roulante, un douze bien pompé planté entre ses deux jambes paralysées. Les pauvres petites bêtes de sexe avaient fui comme des coquerelles lorsqu’on allume une lumière. Léon Santerre seul restait au pied de l’échelle.

–“Léon, c’tu toé, gars, que je voé là?”

–“Oui, m’sieur, c’est bien moé.”

–“Veux-tu bien me dire qu’est-ce tu fais dans’ruelle à c’t’heure-là pis, tabarnak, pourquoi mon échelle est peinturée rose fluo pis est pleine de lumières de Noël?”

Le principal de la petite école de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde avait dit de Léon qu’il était tellement ratoureux que si on le mettait au peloton d’éxécution, il serait bien capable de conter assez de menteries aux balles pour qu’elle passent à côté de lui.

–“Ben, m’sieur, ça a l’air des lumières de Noël, mais ça n’en est pas. Ce sont des barbelés polychromatiques lumineux branchés sur un condensateur. Un truc pour mettre le grappin sur l’infâme voleur d’hélices de pompes à eau qui court toujours.”

–“Ben, calvaire toé. Veux-tu bien me dire où s’en va le monde tabarnak? Quatorze ans que je me traîne dans cette christ de chaise roulante-là après avoir essayé de remonter l’hélice à sa place en haut de la tour de la pompe à eau. L’hostie de ville est revirée à l’envers depuis mais je suis bien content que l’hostie de voleur d’hélices de pompe à eau va pas pouvoir grimper dans mon échelle en métal sans prendre un christ de choc électrique.”

Se remettant tant bien que mal des émotions d’une catastrophe annoncée qui avait somme toute bien fini un peu grâce à Adéline qui avait fait tous les efforts possibles pour le satisfaire une quatrième fois depuis que son beau-père était reparti se coucher, c’est en réfléchissant au temps infini que ça lui prenait pour aboutir que Léon avait remarqué que la silhouette divine de la belle Adéline avait gonflé plus que très sensiblement après toute cette crème glacée. Il ne soupçonnait pas encore les effets pervers sur leur commerce qu’auraient ses nouvelles rondeurs. Il voyait sérieusement poindre un autre problème d’ordre commercial. Les clients finissaient par manquer d’argent, toutes les bouteilles vides vendues, rapinée toute la petite monnaie dans les craques de divan, les visites s’espaçaient faute de fonds. Mais Léon a eu une épiphanie bien synchronisée.

–“Allez travailler, bande de traîne-les-bottines,” leur gueula-t-il un soir monté sur une caisse de bois dans la ruelle, “allez vous salir les mains aussi noires que vos esprits vicieux et vous reviendrez avec vos piastres et vos cornets.”

–“Hein? aller travailler?” avait alors répondu un mineur de narines, mangeur de crottes de nez indécrottable. “Calvaire, rien que me décrotter le nez ça m’épuise déjà en masse!”

–“Voyons donc, pas besoin de faire des grosses jobs, offrez de laver une vitre ou deux, réparer un bardeau icitte et là, changer un carreau, faire un gazon de temps en temps, redresser une clôture, peinturer une galerie. Une piastre, c’est vite faite, pensez à votre branlette. Adéline s’ennuie de vous autres, ses beaux p’tits branleux qu’elle dit tendrement. Elle pense même entrer au couvent, ciboire!”

Le discours n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Le lendemain matin, plein de petites carcasses crottées sortaient de leurs draps frippés de bonne heure pour aller se faire un dollar ou deux. Les petites clôtures redevenaient bien droites et blanches immaculées, les haies étaient taillées toute égales, les mauvaises herbes arrachées et des fleurs plantées, les cochonneries ramassées, les carreaux réparés et les galeries balayées. Les balais et les brosses étaient brandis bien haut comme les armes d’une guerre à finir contre la négligence crasse et le détergent et le désinfectant coulaient à flot partout dans Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde. Dans le temps de le dire, le trou perdu prenait des allures de village respectable. Et la rumeur s’est répandue jusqu’à la ville à côté. On y racontait que même le crique à marde se serait mis à sentir bon.

Roupillant dans son hamac sur son balcon, le maire Picotte s’était fait réveiller par la cloche du poste à essence où s’approchait une voiture inconnue, un superbe Chevrolet Impala. Avant qu’il n’ait le temps de traverser, les deux étrangers dans leurs beaux habits rayés fins et aux souliers vernis étaient déjà entrés dans le casse-croûte chez Germaine.

–“Es-tu certain qu’on est à la bonne place?” demande le plus petit des deux hommes qui portait une fine moustache qui finissait en boucles ridicules de chaque côté. “Me semble que je ne reconnais pas la place.”

–“La carte doit pas être à jour,” répond l’autre homme qui nettoyait ses lunettes avant de regarder de plus près le papier épinglé à son clipboard, “on serait mieux de vérifier avec le bureau.”

–“Ils ont de la crème glacée, en tous cas,” affirme le petit homme, “elle a l’air bonne, la place est pas si mal finalement.”

Portant un léotard en polyester argent métallique qui lui pétait sur le corps et des souliers de course vert fluo, Adéline passait par là en faisant du jogging, toute en sueurs avec un sac à dos rempli de sable mouillé que Léon la forçait à porter pour courir cinq kilomètres matin et soir jusqu’à ce qu’elle retrouve sa svelte et lucrative silhouette.

–“Hé, mademoiselle,” lui crie le grand avec des lunettes, planté dans le cadre de porte, “est-ce qu’on est bien à Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde ici?”

–“Oui, m’sieur, Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde, maintenant la nouvelle perle de toute l’Abitibi, c’est rendu beau en tabarnak, hein?” que lui répond une Adéline à bout de souffle mais toujours espiègle au possible, avant de reprendre sa course, des perles de sueurs suintant de son visage cramoisi.

–“Un peu dodu, mais un beau cul quand même,” dit le type à la moustache de magicien à l’autre qui la suivait toujours du regard, “mais ça ne peut pas être ici, cette fille-là dit n’importe quoi, on n’est pas à la bonne place certain, une langue de vipère, la joggeuse.”

Ce matin-là le maire Picotte se languissait sur une tripe dans sa piscine hors-terre à la belle eau claire, au milieu de son beau gazon frais coupé lorsqu’on lui avait dit que des étrangers avaient été vus en ville. Il avait quitté son oasis de fraîcheur pour déménager sa carcasse sur le hamac de son balcon histoire de surveiller les lieux à sa guise. Lorsqu’il avait entendu le ding-ding du garage Massicotte, il avait galopé sur la rue principale incarnant tant bien que mal l’autorité locale et toute la dignité que ça implique dans son bermuda hawaïen, des flip-flops aussi jaunes que bruyants, une ridicule casquette avec une visière translucide bleue, une camisole pas de manches à l’effigie des Foreurs de Val d’Or.

“Hé ho, ça va?” déblatère-t-il nerveusement avec un sourire forcé de patineuse de fantaisie, un peu essoufflé lui aussi, en s’approchant des deux étrangers qui sortaient de chez Germaine, “j’attendais votre visite depuis longtemps mais rien ne se passait, je pensais que vous nous aviez oublié. Vous auriez pu. La ville est impeccable, n’est-ce pas? Est-ce que je peux vous offrir une crème glacée? Germaine en a de la bonne.”

Aucune réponse ne venait, les deux étrangers dévisageaient le maire de la tête aux pieds en déployant des efforts de titans pour garder leur sérieux. Le maire avait retiré sa casquette et grattait le cuir luisant de son crâne chauve.

–“Vous êtes bien ceux que je pense que vous êtes, non?” marmonna le maire Picotte un brin angoissé.

Avant que le regard des deux hommes ne fuie l’homme, le maire avait bien cru voir poindre une lueur de pitié dans leurs regards d’acier.

–“Des urbanistres, des huissiers? de la ville de Val d’Or?”

–“Il n’y a pas de sots métiers, monsieur le maire,” répond l’un des deux hommes en ressortant minutieusement ses manchettes de chemise perdues dans ses manches de veston, “mais on finit toujours par se piler sur le coeur et faire ce qu’il y a à faire.”

–“Qui n’a pas droit à l’erreur ici-bas,” rétorque aussitôt le maire, “il a bien dû se commettre quelques petites bourbes ici et là dans notre belle petite municipalité,” continue-t-il d’une petite voix étouffée, “on aurait pu faire plus d’efforts, organiser une chambre de commerce, partir un club Rotary, ouvrir une laundromat, un bowling, un casino peut-être? Pourquoi pas un centre d’achats? Ces rumeurs de fusion avec la grande ville inquiètent nos jeunes générations qui ont pris leurs choses en mains solidement et lancé de grands mouvements, redonné à notre belle ville toute sa beauté perdue au fil des ans. Il faut remercier cette jeunesse bien fringante et vigoureuse.”

Les deux hommes de la grande ville se sont regardés dans les yeux, perplexes. Lorsque le petit homme à la moustache a agrippé la poignée de porte de leur gros Chevrolet Impala, les espoirs du maire se sont mis à fondre comme neige au soleil.

–“N’espérez pas trop pour rien, monsieur le maire, vous vous rendriez malheureux inutilement,” dit le grand avec des lunettes, comme s’il avait lu dans les pensées du maire Picotte, “laissez-nous repenser à tout ça.”

En remontant lentement la rue principale dans leur grosse machine, les deux ronds-de-cuir de la ville ne pouvaient nier la propreté exemplaire des lieux partout dans une Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde méconnaissable. En haut de la côte, ils n’auraient pas pu manquer toute l’agitation devant l’ancienne salle du cinéma Bijou depuis longtemps fermée où Léon Santerre et quelques jeunes de la place s’affairaient à redonner vie à la façade. Léon dans son échafaudage collait une grande affiche qui disait : Bientôt, ici-même et en personne, “Crimes glacés brûlants” mettant en vedette nulle autre que la sémillante Adéline Labine. Sur l’affiche, du beau travail d’aérographie, un gros plan du buste blanc bien rond d’Adéline Labine et son visage qui puait le sexe, sa langue reptilienne s’affairant suggestivement sur un gros cornet à deux boules fruit de la passion double poivre de chili.

–“Écoute,” dit le petit moustachu au grand presbyte, “des erreurs ont probablement eu lieu, mais impossible de nier qu’il y a eu ici des améliorations considérables. Ces gens ont des saveurs de crème glacée inoubliables. Bientôt ils auront même une salle de spectacles érotiques, un signe évident d’une belle civilisation en plein progrès. On a tous Babylone en mémoire, davantage un grand fiasco social qu’un chef-d’œuvre bureaucratique.”

–“Oui,” répond le grand monsieur, “j’ai encore Rome de travers dans la gorge. Trop de pouvoirs délégués à des pousseux de crayons aveugles et sans empathie aucune pour la population. On nous demande de faire un travail si ingrat et après les politiciens s’aperçoivent qu’ils ont fait les choses tout de travers et se mettent à chier dans leurs culottes à l’idée de perdre leurs élections.”

Le huissier à la longue moustache enroulée s’est permis un rare sourire un peu débile.

–“On pourrait simplement remplir un formulaire 4RT-MMN-0098? Erreur cartographique 122-VC8, impossible de localiser les lieux ci-mentionnés.”

Adéline Labine qui poursuivait sa séance de jogging passait tout juste près de l’auto des deux fonctionnaires et leur envoyait des grands signes de la main pendant qu’elle s’approchait du Bijou. La Chevrolet s’est immobilisée un moment.

–“Venez-vous voir mon spectacle à soir?” leur criait-elle en agitant ses rondes mamelles de gauche à droite en penchant bien les épaules pour que la craque de ses seins soit bien visible de l’intérieur de leur grosse Chevrolet Impala.

–“Une autre fois, peut-être,” répondirent les deux hommes en parfaite synchro pendant que la Chevrolet passait son chemin lentement et que déjà en bas de la côte ils pouvaient apercevoir la belle pancarte flambant neuve habilement lettrée au pinceau par le beau-père d’Adéline qui disait :

Vous quittez maintenant la ville de Sainte-Colombière-sur-le-crique-à-marde qui vous dit :

Bien contents de vous avoir argârdé passer en machine, la prochaine fois, arrêtez donc!


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonMauve

Tu seras un homme

Il fait une chaleur étouffante spécialement dans le petit deuxième étage en haut de la buanderie où habite Carmen, l’amie de mes frères. La climatisation était une affaire de millionnaire à cette époque-là et lorsqu’on vit en haut d’une buanderie c’est pas parce qu’on est riches. Ma mère forçait mes deux frères à me traîner partout avec eux presque tout l’été.

Mes frères sont partis avec Carmen essayer de voler un melon d’eau chez Jos de l’autre côté de la rue. Je devais rester ici avec la sœur de Carmen. Apparemment, ils ont un plan à toute épreuve, des ruses de sioux incroyables. Voler un melon d’eau, c’est pas comme voler une chiquée de gomme. Généralement, on ne volait rien chez Jos parce qu’on le connaissait par son nom. En fait, mes frères m’avaient dit qu’il s’appelait Jos. Tout le monde qui était cool, on les appelait Jos. Je ne sais même pas si c’est son vrai nom. Je ne sais même pas pourquoi on l’appelle de même. Quand on se faisait des jeux de rôles, tout le monde voulait s’appeler Jos.

–“Veux-tu jouer un jeu de marde avec moé?” me demande la petite sœur de Carmen. Je ne me souviens plus de son nom. Dans un cendrier chromé sur pied surmonté d’une grande assiette en verre épais brun, qui déborde, elle procède à un triage minutieux avec ses longs ongles. Elle choisit un mégot d’environ deux centimètres, pas plus, elle le pince entre ses faux-ongles bling-bling pour fillettes en plastique bon marché, le porte à sa bouche et l’allume.

–“C’est quoi, ça, un jeu de marde?” que je lui demande.

–“Tu baisses tes culottes pis tu chies de la marde,” qu’elle répond, bien sérieuse.

–“Non, sais-tu, ça me tente pas vraiment de jouer à ça.”

–“Bon, ben d’abord, ça te tentes-tu de jouer au cul?”

–“Comment ça se joue, ça, au cul?”

–“Tu baisses tes culottes et je te joue après le cul, après je baisse mes culottes et tu me joues après le cul.”

–“Non, sais-tu, ça ne me tente pas vraiment de jouer à ça non plus.”

–“Ah, pis, moé non plus je veux pas jouer finalement,” dit la sœur de Carmen, visiblement contrariée.

La sœur de Carmen avait toute la collection des “Lee press-on nails” des faux ongles pour fillettes qu’ils annonçaient à la télévision. Toutes les couleurs. Carmen les volait pour elle au Woolworth. Elle les appuyait en pesant fort sur ses joues puis elle me disait : –“R’gard, ça fait comme des demi-lunes dans ma face, veux-tu que je t’en fasse?” Puis elle suçait son mégot et faisait de la boucane, plein de fumée brune comme les rideaux qui devaient bien être constitués à quatre-vingt-dix pourcent de boucane, dix pourcent de tissu. Toute sa famille devait fumer comme des engins, tout dans le petit logement encombré au possible tirait sur le brun et sentait le calvaire.

–“Bébé,” qu’elle a dit.

J’ai tourné la tête dans tous les sens, j’étais certain qu’on était fin seuls.

–“Non, toé, c’est à toé que je parle,” qu’elle dit.

–“Heille, je ne suis pas un bébé, s’tie!”

La sœur de Carmen n’était certainement pas un bébé, pas plus que moi d’ailleurs. Elle avait probablement comme moi, dans les alentours de 10 ou 11 ans mais elle avait l’air attardée un peu. Beaucoup, quand j’y repense. Son corps était plutôt normal mais ses yeux étaient troublés, troublants des fois. Ses agissements, ouf. Elle n’allait pas à l’école, même pas à St-Pierre-Apôtre où se trouvait l’école pour les enfants attardés. Quand je voyais passer les enfants de l’école spéciale, je trouvais qu’ils faisaient pitié, je me cachais et je leur lançais les gros suçons jaunes ou verts que personne chez nous ne voulait manger. Mais seulement quand un parent les accompagnait, comme ça ils auraient eu quelqu’un pour les consoler si je les attrapais droit dans un œil par accident.

–“Baisse-les tes culottes d’abord,” qu’elle me dit, “si t’es pas un bébé.”

–“Ben là, baisse les tiennes, toé, pour commencer,” que je lui dis croyant que la défier lui ferait changer d’idée de marde.

Ça n’a pas été bien long que ses culottes tombaient sur le plancher.

–“Ton tour, à c’t’heure!” qu’elle dit, vindicative, les yeux ronds comme des billes.

–“Calvaire que t’es bizarre, toé,” que je lui dis.

Je voulais m’en retourner à la maison, mais pas vraiment en même temps. Mes frères se seraient fait chicaner par ma mère si j’étais rentré seul. Je voulais vraiment foutre le camp de là mais c’était vraiment rarissime qu’on pouvait manger du bon melon d’eau en Abitibi. Quelques oranges dans le temps des fêtes, des bananes de temps en temps mais j’ai toujours eu horreur des bananes. C’est la texture pâteuse, ça me roule dans la bouche. Des pommes, des hosties de pommes, ça, en veux-tu? Y’en a pour s’écoeurer, des hosties de pommes, à l’année longue.

Il fait tellement chaud, ce serait tellement bon du melon d’eau.

Je ne voulais pas vraiment rester pour jouer à chier à terre ou me faire jouer après le cul par la sœur attardée de Carmen avec ses drôles d’ongles en plastique pointus qui me dévisage, la noune à l’air, et je ne voulais pas vraiment m’en aller non plus, c’est bête comme ça, parfois, la vie.

–“Envoye, triche pas, c’t’à ton tour là, baisse-les toé-tou,” gueulait la pauvre fille.

Partout les gens disaient avec toute la philosophie dont ils étaient capables : dans la vie mon p’tit gars, des fois, si tu veux être un vrai homme, sache qu’un vrai homme se fait toujours un devoir de faire ce qu’il faut faire.


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Florence pour toujours

J’avais probablement mal noté les coordonnées et les choses avaient tellement changé ici. J’avais du mal à m’y retrouver. Cela devait bien faire trente ans que je n’étais pas revenu dans mon ancien bled perdu. Trois-cent cinquante kilomètres, ce n’est pas la porte voisine. J’ai finalement trouvé l’endroit. À l’époque, c’était une maison de riche, un notaire, un avocat ou quelque chose comme ça, mes souvenirs sont flous. En entrant, un monsieur en queue-de-pie m’interpelle. –“Monsieur, s’il vous plait,” me dit-il simplement, pendant que son regard presqu’outré passait de mes yeux à mes pieds à mes yeux. “J’ai ce qu’il vous faut, ici, attendez un moment, je vous prie.” S’en retournant derrière un haut comptoir de réception, il en revient avec une paire de couvre-chaussures en papier. “On en a toujours à portée de main en hiver, c’est plutôt rare qu’on les utilise en été,” dit-il en me tendant une paire de chaussettes bleues avec une frange frisée élastique qui leur donnait l’allure d’un casque de bain. J’avais mis mon complet le plus sobre dans les circonstances, chemise et cravate, mais mes souliers juraient avec ma tenue irréprochable, couverts de boue, mes bas et le bas de mon pantalon avaient écopé aussi. Personne n’aurait voulu cochonner les beaux tapis de Turquie du salon funéraire.

En traversant distraitement la structure moderne qui n’était pas là jadis, je n’avais pas vraiment réalisé que je surplombais la rivière Thompson. Le vieux pont ferroviaire à côté, les ruines des vieux débarcadères à demi submergés au loin et par-dessus tout, cette odeur très particulière inscrite au plus profond de ma mémoire. Après le pont, j’ai trouvé l’endroit idéal pour faire demi-tour et j’ai traversé le même pont encore une fois, en sens inverse. J’ai trouvé un endroit où me garer et je suis descendu de voiture. En déposant le pied, j’ai senti la mollesse du sol. Je me suis immédiatement souvenu de la sensation. Mais je me suis dit merde. Il fallait que j’aille voir.

Aux tout débuts de la colonisation, ce qu’on appelait les chemins d’eau constituaient les seules grandes voies de circulation à travers la région. Les steamboats accostaient sur les grèves de la rivière apportant leurs lots de marchandises, nouveaux colons, de mineurs, d’aventuriers de tout acabit mais encore, aux semaines de paye des mineurs, des bataillons de travailleuses du sexe venues de Montréal avec leurs proxénètes dans leurs zoot suits ridicules. La rive ouest de la rivière constamment boueuse, voire marécageuse, était un endroit hostile et peu invitant où même les plus pauvres colons n’auraient voulu s’installer. Les proxénètes, qu’on appelait ici des pimps, y avaient fait construire quelques camps de bois rond et un bancal réseau de trottoirs de bois. C’est dans ces camps, squattés sur les terres publiques, que les filles d’affaires faisaient leurs affaires avec leurs pimps et quelques bootleggers qui fournissaient à tout ce beau monde de quoi se rincer le gosier. On y jouait aussi aux cartes, à l’argent bien sûr. Après la grande dépression et les nombreuses descentes de la police provinciale, les camps avaient été abandonnés là. Plusieurs avaient presque totalement pourri puis s’étaient effondrés sur eux-mêmes, un ou deux tenaient encore en place de peur et les trottoirs de bois avaient lentement calé dans la vase.

Une calvette de béton installée plus haut sur la rive en pente déversait maintenant la presque totalité des égouts de la petite agglomération dans la rivière. Les rejets traversaient l’ancien squat aux bordels pour se répandre plus bas directement dans l’eau. C’était partout pareil à l’époque, longtemps avant la nouvelle conscience écolo. L’odeur déjà pestilentielle du terrain marécageux gagnait en saveurs. La quantité impressionnante d’insectes de toutes sortes servait également de repoussoir par excellence pour les curieux qui oseraient vouloir y flâner. Personne n’osait plus s’aventurer dans le secteur, sauf quelques adolescents romantiques en mal de sensations fortes. Une cabane tenait toujours et entre nous, on l’appelait la cabane aux fesses. Tout un chacun y emportait des choses, réparait une faiblesse de structure, ou construisait un mobilier rudimentaire. Comme si le vice était historiquement imprégné dans chacune des billes de bois de ses murs, il était convenu d’office que quiconque y séjournait était soupçonné de tous les péchés du monde.

Nous étions quatre un vendredi soir de juin à occuper la cabane. Deux garçons et deux filles et tout le monde était bien à son aise. C’était soir de première pour moi et pour Florence Gagnon aussi, je présumais, la fille qui m’avait offert d’essayer ça –mettre mon doigt dans son vagin– elle avait agi si spontanément et naturellement que je me serais senti idiot de refuser. Elle a elle-même demandé à Odette Verville et mon ami Beaudette d’aller s’installer au bord de l’eau un moment. Ils savaient ce qui se manigançait dans la tête de Florence et ils sont partis en souriant. C’était une des premières belles soirées d’été, l’école achevait. Les nuages se faisaient jaune feu dans le bleu plus sombre du ciel et s’étampaient comme un double identique sur la surface de la rivière tranquille. Sur le vieux pont de bois, la silhouette bien découpée de deux pêcheurs. Florence Gagnon qui se tenait bien immobile les culottes aux genoux et son chandail étiré pudiquement vers le bas tenait mes épaules pendant que je procédais machinalement à l’exploration maladroite. Nous ne nous étions même pas embrassés, rien. Je me souviens que mes mains tremblaient, souvenirs de sentiments extrêmement confus et le reste de la soirée est demeuré brumeux dans ma mémoire.

Le lundi matin suivant, je me suis présenté à l’école, gêné, manque évident de confiance en moi, nerveux. J’avais pensé à Florence Gagnon toute la fin de semaine sans oser aller chez elle, à la cabane aux fesses ou simplement l’appeler. Je suis entré dans la cafétéria à la recherche de Beaudette et Odette Verville s’est levée debout.

–“Toé pis Florence Gagnon…” me criait-elle d’un bord à l’autre de la cafétéria, –“…dans le cul!” gueulait-elle en pointant le majeur bien haut vers le ciel avec une face de dédain total, –“en plein dans le cul, sans-dessin!” Confus, j’avais le goût d’aller m’enterrer dans la cour d’école.

À l’époque, j’étais tellement innocent. Je ne connaissais rien à ces choses-là. Je pensais probablement que le vagin se situait dans la zone la plus anatomiquement improbable. Comme la maison de Zorro à la télé qui a l’air d’une casa d’une taille tout à fait modeste vue de l’extérieur mais dès qu’on pénètre à l’intérieur, ça prend les allures d’une hacienda monumentale avec des pièces et des pièces étalées comme un vrai dédale. Le vagin devait se trouver quelque part tapi dans le plus insoupçonnable recoin de ce château derrière moult épaisseurs de rideaux. Mais pourquoi tu ne me l’as pas dit, Florence Gagnon? Pourquoi tu m’as laissé aller là?

À mes yeux, Florence Gagnon était magnifique mais elle avait les bras particulièrement poilus pour une fille. Personne n’osait l’agacer avec ses poils de bras cependant, elle avait la mèche courte. Je m’en foutais totalement. On racontait que dans un party-pyjama de filles, on l’avait surprise à se masturber avec le manche d’un stylo-feutre et pour s’en sortir elle avait presque forcé les autres filles à faire pareil. Comment on aurait pu ne pas être amis? Florence Gagnon et moi, ensemble comme une paire de doigts croisés serrés, exsangues. Mais “l’accident” a installé une petite distance entre nous. Avant ça, je sautais sur mon vélo et je me rendais chez elle même quand sa mère était absente et on écoutait la télé collés l’un contre l’autre, ou on se contait des peurs sur la galerie. Après, je ne me rappelle même pas lui avoir parlé, serait-ce au téléphone. Tout ce qu’elle aurait eu à me dire c’est : “Arrête, t’as passé tout droit, innocent,” mais en y repensant, j’aurais dû savoir. Quelque sensation étrange que j’avais ressenti bien que familière d’une certaine façon, du déjà vu, un orifice inhospitalier, pas correct.

Oui, j’ai alors vécu une grande déception mais j’étais surtout furieux contre cette stupide Odette Verville qui s’était fait une joie débile de répandre le cancan. Presque pendant un an, j’avais peur de tenir des choses dans mes mains. Quand je tenais un stylo en classe j’entendais murmurer “Mets-moi le pas dans le cul,” lorsque je mangeais une carotte ou un céleri dans mon lunch : “Ça va dans ta bouche, çà, hein, pas dans mon cul.” Mes notes ont baissé, j’ai perdu du poids.

Mais, la vengeance est un plat qui se mange froid et je n’ai rien eu à manger du tout; contre toute attente l’incident a lentement sombré dans l’oubli. Un soir je me suis retrouvé chez Florence Gagnon et deux autres filles étaient là avec nous. Un drôle de party-pyjama où j’avais été admis pour une raison qui m’échappe. Les filles occupaient un grand lit double et moi je dormais par terre sur un matelas soufflé, entre le lit et le mur, du côté occupé par Florence. À un certain moment dans la nuit, sans avoir provoqué quoi que ce soit, la main baladeuse de Florence tâtonnait son chemin dans mon pyjama. Un drôle de courant électrique sort de la main d’une fille lorsque c’est la première fois qu’une fille touche à votre pénis, et le choc se répand comme un courant magique dans votre corps en entier comme de vives ondulations qui piquent un peu. J’entendais tout. Son coeur. Mon coeur. Sa respiration. La chaleur d’une main étrangère. Le moindre mouvement quasi imperceptible de ses doigts, même les mouvements créés de toutes pièces par mon imagination survoltée. Mais sa main n’avait à peu près pas bougé. Elle s’était enveloppée autour de mon pénis comme un bas sur un pied. Comme morte, aucun mouvement. Je me tenais raide tranquille, comme mort moi aussi. Pour un moment j’ai bien cru qu’elle s’était endormie comme ça. –“Florence?” que j’ai murmuré le moins fort possible, mais immédiatement elle a répondu : “Oui?”

Après, plus personne n’a prononcé un traître mot. Je suis resté là, sa main sur moi, et j’ai senti le courant électrique diminuer tranquillement remplacé par une inconfortable moiteur. Je n’étais pas du tout certain de ce que Florence aurait dû faire ou aurait pu faire mais il m’apparaissait évident qu’elle avait bâclé le travail ou alors, elle ne savait pas quoi faire du tout. J’avais hâte de raconter ça aux amis pour obtenir en quelque sorte ma petite vengeance. Je m’imaginais les copains en train de mimer la masturbation dans les airs et se payer la tête de Florence devant toute la cafétéria mais ce n’est pas arrivé. J’ai fermé ma gueule. Heureusement, avant la fin du week-end, elle avait trouvé le truc. Mais avec le gros Blaise Babin. Le gros se faisait aller la gueule à l’école avec les “mains magiques” de Florence Gagnon en mimant le geste dont Florence m’avait cruellement privé. Blaise et Florence se sont mis à se fréquenter et à nouveau, je ne pouvais plus tenir de stylo à l’école, ni de carotte ni de céleri.

Florence Gagnon avait de beaux grands yeux marrons. Exotiques et chauds. Tellement grands, comme ils avaient semblé illuminer tout son visage en s’abreuvant de la lumière des nuages jaune feu au-dessus de la rivière Thompson, cette fois où j’ai véritablement connecté directement avec ses yeux. Je ne sais pas pourquoi on ne s’est pas embrassés ce soir-là et qu’est-ce que ça aurait pu changer, ce dont je me souviens c’est que ma huitième année avait été une foutue d’année moche.

J’ai bien dû faire cent pieds sur la grève boueuse. L’odeur fétide de l’époque était toujours là comme le fonds de commerce des nouveaux parfums que le temps avait transportés là. J’ai suivi une piste qui paraissait plus sèche et je suis monté un peu plus haut sur la rive. La végétation cachait en grande partie la grande gueule de la calvette de béton maintenant asséchée qui crachait autrefois tous les égouts de Dubuisson sur le marais des anciens bordels. Un piquet de bois ici et là rappelaient la route des trottoirs de bois. La plupart des billes de bois qui émergeaient encore de la boue s’étaient habillées d’une épaisse couche de mousse vert olive et se laissaient lentement absorber par la nature. Un tas de bois pourri, un peu plus haut que les autres, les billes recroquevillées sur elles-mêmes comme pour cacher tellement de vieux péchés, j’ai fermé les yeux et j’ai revu la cabane aux fesses, les grands yeux marrons de Florence Gagnon.

–“Madame Gadbois est dans le premier salon à votre droite,” me dit le monsieur austère dès que j’eus fini d’enfiler les pantoufles bleues. “Madame Florence Gadbois?” que je lui demande du tac au tac. “Non, c’est madame Armande Gadbois,” dit-il.

“N’y a-t-il pas une madame Florence Gagnon, ou Florence autre chose exposée ici?” Le monsieur me regarde comme si je débarquais de la planète mars. “Vous êtes vraiment ici pour voir Florence Gagnon?” enchaîne le bonhomme qui semblait toujours aussi sonné et qui m’observait avec une curiosité malsaine mal contenue. “Oui, Florence, Florence Gagnon,” que je rajoute. “Au bout complètement à gauche,” qu’il répond sèchement puis il tourne vitement les talons et regagne son comptoir.

En longeant le couloir, je ne peux m’empêcher de jeter un coup d’œil dans les pièces chaudement mais sobrement décorées. J’ai à peine entrevu madame Gadbois étendue au centre d’un amoncellement de fleurs hallucinant dans un cercueil digne des meilleurs ébénistes. Une foule compacte discute, les chaises occupées forcent l’ensemble des visiteurs à rester debout. J’essaie de reconnaître des visages mais tellement d’années se sont écoulées, il faudrait que je dévisage longuement tous ces gens pour en reconnaître un ou deux probablement, peut-être aucun. Je continue jusqu’au bout du couloir jusqu’au dernier salon à gauche. Un bout de papier épinglé sur le mur sur lequel est écrit à la main : Florence Gagnon. Le salon baigne dans une noirceur quasi opaque, je distingue à peine le fond de la pièce. J’entends monsieur pantoufles qui galope malhabilement dans le corridor et qui arrive essoufflé en s’excusant. “On n’avait pas allumé, personne n’est venu encore, je suis désolé.” Il passe sa main sur l’embrasure intérieure et une lumière blafarde s’installe sur le salon minuscule. Un cercueil en simple contreplaqué de merisier russe, un seul bouquet modeste déposé sur la partie fermée du cercueil.

Je marche solennellement vers la tombe, mes genoux descendent sur le prie-dieu. D’instinct, je regarde d’abord le petit arrangement floral, bleu et jaune feu, la carte indique Léon Santerre.

C’est moi Léon Santerre.

…  

Je suis seul, non seulement seul mais je me sens profondément seul. Les autres ne sont pas arrivés. On avait dit sept heures et demi, il était huit heures moins quart. Il ferait bientôt noir. J’espérais secrètement que je n’étais pas encore tombé dans un de ces traquenards à la con. Je commençais déjà à regretter d’avoir accepté de venir. Les deux dernières années, ma mère m’avait envoyé en pensionnaire au séminaire d’Amos, tout le monde voulait un curé dans sa famille dans ces temps-là mais je songeais déjà à défroquer avant même l’ordination. Je n’avais pas vu les gars depuis un bon bout de temps mais c’est comme si ça ne me faisait rien, nos mondes étaient bien différents maintenant. Nos vieilles amitiés vivotaient sur du temps emprunté. Je sais que le père du gros Babin et celui de Beaudette sont enfermés ensemble à la prison de La Macaza, je ne sais pas trop quelles gaffes ils ont fait ni pour combien de temps ils seront là. Le gros Babin en mène large dans le secteur, des affaires louches, même à seize ans, les pommes pourries ne tombent pas bien loin des pommiers. Dope, vol d’autos, recel, blablabla. Il travaillait à la cour à scrap de madame Simard qui était tout juste en haut de la côte du vieux squat où la cabane aux fesses s’était finalement effondrée deux printemps avant. En arrière de la cour à scrap, séparé par un ruisseau pas très propre qui draine les eaux de la dompe, un dépotoir à ciel ouvert. Nous avons rendez-vous dans une vieille van Volkswagen au fond complètement de la cour à scrap. Babin s’arrange pour voler à madame Simard les batteries encore bonnes pour y avoir de la lumière, de la radio et les gars viennent veiller ici maintenant. Ils fument de la dope, boivent de la bibinne, déconnent en masse et se regardent perdre connaissance un coup bien gazés.

–“Tu vas voir Santerre, tu vas avoir une tabarnak de surprise, manque surtout pas ça, ça arrive pas tous les soirs icitte des affaires de même.” Mais les gars n’arrivaient toujours pas, il était passé huit heures maintenant. J’essayais de les voir venir dans la noirceur, à travers les carcasses de voitures pêle-mêle.

Je suis presque mort de peur quand Beaudette et Blaise Babin sont arrivés mais du côté de la dompe. Ils traînaient un matelas en condition étrangement passable, glané là où les camions ont fraîchement débarqué des ordures.

–“Ah, t’es là, toé?” demande Babin. “On avait dit sept heures et demi, non?” Et Babin s’empresse de répondre : “Oui mais ça a valu la peine de marcher un peu, m’as-tu vu le beau matelas, toé?” Beaudette était déjà affairé à démancher la banquette arrière du Volkswagen pour étendre le matelas sur le plancher. Babin et moi on s’est installés sur la banquette à la belle étoile et on a fumé un joint, bu un peu. De longs silences malaisants en disaient long sur les tangentes que prenaient nos jeunes vies et le temps se faisait éternité en attendant la “surprise”.

–“La v’là, les gars, la v’là, hostie que je le savais qu’elle viendrait!” s’exclame le gros Babin excité comme ça ne se peut même pas. Au loin dans la pénombre s’avance une silhouette de fille. À mesure qu’elle s’approche on distingue une longue chevelure javellisée jaune avec des racines noires, une jupe en denim très courte, deux longues jambes blanches et une camisole noire moulante avec des bretelles spaghetti. Dans ses pieds, la fille porte des bottes de caoutchouc noires découpées à la va-vite un peu en haut des chevilles, un sac à dos sur l’épaule.

–“Te l’avais dit, Santerre, une christ de surprise, hein? Tu t’attendais pas à voir Florence Gagnon icitte à soir, hein?” Effectivement, le coeur m’a fait rien qu’un tour.

Florence m’a regardé vite-vite avec les yeux d’un lièvre pris au collet.

–“Veux-tu boire un p’tit quec’chose, fumer de quoi?” lui demande Babin qui sautillait sur place et presque synchro je lui demandais timidement –“Ça va, Florence?” Elle marchait tout droit vers la vieille van Volkswagen d’un pas décidé.

–“Pas icitte pour faire du social,” qu’elle répond à Babin. Elle ne m’a ni répondu ni regardé. Avant que je n’aie eu le temps de comprendre ce qui se passait, ses deux genoux pointant vers le plafond du camion, les bottes de caoutchouc encore dans ses pieds de chaque côté du matelas, la jupe sous les seins et la petite culotte encore accrochée sur la cheville, entre ses cuisses les grosses fesses blanches du gros Babin qui s’époumonait sur elle qui s’agrippait au matelas les bras en croix, silencieuse. Le gros n’a pas mis bien longtemps à émettre un son de truie dont on botte le cul annonçant la triste fin de sa petite affaire. Je regardais ébaubi Beaudette les culottes à terre qui déjà se partait à la main en attendant son tour.

Après Beaudette, elle m’a regardé en pleine face. –“C’est ton tour mon beau Léon, Babin m’a fait venir juste pour toé. C’est ma première fois, désolée que c’était pas toute pour toé, t’avais beau venir me voir avant ou forcer pour passer le premier.”

Je n’aurais jamais été capable. Le gros Babin a sorti une vieille boîte de chocolat en tôle, a levé le couvercle puis l’a tourné à l’envers. Une pluie de billets et de pièces de monnaie est tombée entre ses jambes toujours écartées pendant qu’elle essuyait le sperme répandu partout sur elle. Elle était la seule belle chose dans ce foutoir de tôle pourrie entre le dépotoir, la cour à scrap et la swompe puante.

–“Compte pas pour rien, toute l’argent est là,” lui dit le gros Babin. Beaudette qui se reculotte, lui, n’ose même pas me regarder dans les yeux et le gros en remet :

–“Es-tu contente, là?, tu vas pouvoir dire que t’es une putain à c’t’heure.”

Elle a relevé le regard vers le gros dégueulasse et lui a répondu sèchement : “Tu dis ça à une personne, gros christ de Babin à marde, et je raconte partout que ta petite pissette d’écureuil garoche sa petite sauce en 15 secondes, même pas.” Elle se tenait debout bien droite, la tête haute, un corps sculptural, ses grands yeux marrons lançaient des torches de feu sur le gros Babin déconfit.

Elle a gardé son dernier regard pour moi, l’affaire la plus triste que je n’avais jamais vue, puis elle est repartie.

 

Je crois bien que je n’ai jamais souffert d’amour de toute ma vie autant qu’à ce moment-là, précisément ce moment-là.

 

 

J’ai quitté le bouquet des yeux et mon regard s’est retourné lentement vers la gauche, angoissé. J’avais peur de ce que j’allais voir, j’imaginais des cicatrices laissées là par des crétins ou le visage d’une femme de trois cent livres, les traces d’un long bout de l’histoire qui m’échappaient complètement. Je savais que ses beaux grands yeux marrons étaient maintenant fermés à jamais et que je ne les verrais plus. Mais à ma grande surprise, son visage était superbe, tout paisible sous sa couche de fard poudreux et son immobilité troublante. Ils avaient réussi à lui conserver un sourire presque taquin. Et cela m’a soulagé. Elle était toujours aussi belle ou c’est mon cerveau qui est totalement tordu.

Je suis resté là de longues minutes à la regarder, une heure peut-être, à la reconstruire dans ma mémoire, me faire un triste cinéma et personne n’était venu nous achaler. Le signet funéraire ne parlait d’aucune personne laissée derrière, ni mari, ni enfant.

Nerveusement, je me suis convaincu de frôler sa joue, la main tremblante, puis d’embrasser son front.

 

 –“Tu peux y aller à c’t’heure, Florence Gagnon, personne d’autre va venir te voir maintenant.”

 

–“Mais c’est pas grave, moi je suis venu … moi, je t’aime.”

 


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Le pire placement

Léon possède ce don, il a l’œil pour dépister tous les placements de produit dans les téléromans à petit budget jusqu’aux grandes productions hollywoodiennes. Dès qu’une véritable marque de commerce, un logo même pastiché apparait à l’écran, Léon le détecte tout de suite, fut-il placé tout à fait au fond du décor. La chose va jusqu’à lui provoquer des poussées d’urticaire. Léon est un être extrêmement sensible, quoique dépressif depuis quelque temps. Imaginez lorsqu’on lui commandait un placement publicitaire dans un de ses textes.

Ma dernière tentative de suicide s’est passée dans le parc Liébert. Philippe Liébert, un obscur sculpteur débarqué des vieux pays et qui a réalisé, arrivé en Nouvelle France, en collaboration avec Antoine Cirier, un retable et le tabernacle du maître-autel de l’église de la Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie de Repentigny. Cirier, justement le nom d’une des rues qui ceinturent le parc, drôle de nom pour un assistant-fabricant de tabernacle. C’est le nom de ma rue aussi. Wow. Le service de toponymie de la ville traversait une période difficile, lui aussi, c’est clair.

Je dis ma dernière tentative de suicide pas parce que la tentative s’était avérée efficace mais parce que j’ai abandonné là le projet de me mettre à mort moi-même, je ne serais plus là pour l’écrire sinon, vous l’aurez compris. Écrire peut jouer des tours dans les notions complexes de vie et de mort, on se doit d’être très pointilleux dans le choix des mots.

C’était l’été, tout juste à l’approche du crépuscule. L’herbe était fraîche et portait encore des reflets bleutés dans les premières faiblesses de la lumière blafarde du soir. J’étais légèrement ivre et puissamment fatigué. Gros manque de sommeil. À mon chambreur, le dernier que j’ai croisé en quittant la maison, j’ai simplement dit que j’allais au parc. Les plus grands alibis doivent toujours contenir une parcelle de vérité, au moins.

J’avais comme des aiguilles dans les côtes. Tous mes muscles étaient raides de tension; la pression dans mon crâne atteignait des records, on aurait dit que tout le sang de mon corps était pris là et ne pouvait plus redescendre. Il y avait un arc formé de spirées blanches en pleine floraison, spectaculaires grappes de fleurs blanches partout comme si une tempête de neige avait frappé le parc en plein été. En bonus, un refuge discret à l’abri du regard des passants sur Cirier. Un petit square mais rond, des bancs de bois adossés aux spirées mais j’ai choisi de m’asseoir par terre au milieu. La chute aurait pu avoir comme effet pervers d’engendrer des extras pour me mettre en bière le moindrement présentable. Je me suis donc installé sur la pierre plate, j’ai sorti mes choses de mon sac à dos. J’avais un tourne-disque portatif à batteries que j’avais acheté dans une grande surface lorsque le jeune vendeur beaucoup plus cool que moi m’avait juré que c’était son rêve d’en avoir un pareil. Avant de m’offrir sans sourciller sa plus belle garantie prolongée. À côté de ma merveilleuse Crosley Revolution battery operated portable turntable, une bouteille de porto bon marché, trois microsillons dans leurs pochettes élimées, un pot de pharmacie avec je ne sais plus combien de comprimés dedans.

Un des disques était un Leon Russel Live tellement égratigné, on aurait dit que le pauvre homme chantait au fond d’un bac à récup qui aurait aussi logé une énorme ruche d’abeilles. C’est celui que j’avais choisi de faire jouer le premier. Le détail a peu d’importance, à savoir le titre des deux autres, que je n’escomptais pas avoir le temps d’écouter de toutes façons.

J’ai brassé le pot de pilules avant de l’ouvrir, comme un son de dés, de maracas ou de serpent à sonnettes. Le beau logo de l’ordre des pharmaciens sur le flacon donnait un ton officiel à la chose, la mort comme une banale prescription à un mal de vivre bénin. Cela ne faisait aucune différence dans le résultat que la prescription soit adressée à moi ou à ma douce. J’ai écrasé quelques comprimés, j’en ai laissé d’autres entiers. Je me rappelle comment tout cela avait été facile.

Un couple de pigeons se faisait une cour dévergondée devant moi comme si je n’existais plus déjà. J’écoutais la voix de Léon et sa chorale d’abeilles en écho au fond d’un bac à récup, je regardais au loin les beaux petits bungalows alignés bien droits et j’essayais d’imaginer les gens à l’intérieur. Je me suis soudainement senti mal pour la pauvre personne qui me retrouverait là.

J’ouvre les yeux dans une ambulance. Le plafond et les murs sont en acier inoxydable impeccable. Un belle grande paramédic rousse, un policier moustachu à ses côtés. Je les regarde, les deux personnes dans leurs costumes de fonction, et la première chose qui me vient à l’esprit de retour du grand tunnel de la mort : Urgences 911. C’est en plein ça. Aucune révélation, aucun remord, je ne suis qu’un figurant dans la populaire série Urgences 911.

Une croûte de vomi tenacement accrochée à mes lèvres et mon crâne brûle comme si j’avais douze migraines en même temps. Le corps baigné dans un aquarium géant de fourmis rouges enragées comme dans Fort Boyard et je me questionne à savoir si je survivrai jusqu’à l’interrogatoire débile du père Foura. Je referme les yeux et je me repasse des moments précis de ma vie, des instants insensés ou des placements de produit s’infiltraient dans mes propres rêves. Un en particulier où j’étais un sauveteur de plage au bord de la mer avec mon fidèle assistant, un dauphin qui buvait toujours sans vergogne et en tenant le logo face à l’écran, des quantités impressionnantes de Pepsi. Je buvais du Pepsi aussi, inlassablement, goulument, comme quand on se réveille assoiffé un lendemain de cuite. Je me sens tellement stupide, je souris, je ris même devant la paramédic et le flic ébaubis.

La mignonne paramédic me demande comment je vais et je réponds “Trrrrès bien,” en roulant longuement le r. Elle rit. Ils rient. Tout le monde et sa soeur ont l’air de trouver tout ça tellement comique. Je leur demande : “Pourquoi les menottes?” Le policier referme son calepin et plante son stylo dedans avant de me dire que j’étais en état d’arrestation pour errance nocturne et pour avoir été dans un parc public après onze heures. Oh que j’avais erré nuitamment, oh que oui la belle errance, que je me dis bien que les mots roulent dans mon cerveau comme dans une boule de caramel.

Je dis “J’habite là,” en pointant vaguement de la main dans une direction approximative que je croyais bien être vers chez moi. Le policier hoche de la tête un petit coup avant de débarrer les menottes, la paramédic qui semblait posséder le monopole de l’empathie ajoute “il est correct, il a été chanceux, il peut repartir.” Mon sac à dos est près de moi sur le sol de l’ambulance. Ils m’avaient laissé mes “armes”, même la bouteille de porto y était toujours. Je m’attends à bien d’autres questions mais ça ne vient pas.

La porte de l’ambulance s’ouvre sur la scène exacte où tout cela s’était joué. L’herbe était tournée au bleu très foncé maintenant que la nuit était définitivement tombée. La douce et les enfants devaient dormir à une heure pareille. J’appelle mon chambreur sur son cell directement pour lui dire que je suis encore au parc en omettant de lui raconter tout ce qui venait de s’y jouer comme mélo. “J’avais compris ça tantôt,” répond-il tout de go sans émotion. Je l’ai sûrement réveillé.

Avant de quitter le parc, la rousse paramédic me dit que lorsqu’ils m’ont trouvé, le disque jouait toujours, un son à chier, mais il jouait toujours. Les piles avaient duré tout ce temps. Elle l’a fermé et tout ramassé avant de m’attacher à la civière.

Quand elle m’a dit ça, j’ai tout de suite pensé “Excellente performance! ****1/2 étoiles” à poster sur le site web du Crosley Revolution battery operated portable turntable. Excellente critique, l’appareil rêvé, quatre étoiles et demi, 100% pur bonheur.

Les gens chez le Crosley Revolution battery operated portable turntable vont sourire et partager mon commentaire dans toutes leurs publicités et d’autres gens souriront et partageront à leur tour et d’autres à leur tour aussi, ad nauseam. Je serai viral, je serai le “suicidaire qui a survécu courageusement en écoutant Leon Russel sur son Crosley Revolution battery operated portable turntable” et je serai partout à la fois dans toutes les maisons, tous les bureaux, les écoles, les autobus, sur toute la toile jusqu’à ce que la chose se réduise à un petit fait anecdotique, une de ces petites insignifiances de la vie qui font rigoler et réchauffent les cœurs sur la planète le temps d’un court attendrissement avant de sombrer totalement dans l’oubli.

Léon est rentré se coucher dans son lit, mais son insomnie, comme une amante trahie,  l’y attendait patiemment.


New_pieds_ailés_pitonVert

 Flying Bum

Haïti chérie

J’y ai séjourné quelques semaines en 1976, dans le temps de la dictature de Duvalier fils (Jean-Claude, dit bébé Doc, “président à vie” de 1971 à 1986). Quel peuple ami et adorable et tellement résilient. Ils ne méritent pas l’ombre de la moitié d’une chiure de mouche du destin qui ne semble jamais manquer d’imagination pour les accabler encore et encore. L’actualité nous démontre encore aujourd’hui l’ampleur de cette imagination. Dans ces tristes circonstances, je reviens donc avec ce texte revu et corrigé pour égoïstement ressentir encore la beauté de ce peuple et son pays meurtri. Jodi a, nou tout’ sé haitien nou yé.


Ô Dambala

Dambala

Ne jamais envisager vraiment
être un jour plus grands
avant de s’éveiller ébaubis
un matin hors du temps
échevelés entre lune et soleil
un ciel pourpre sur Pétionville
dans l’urgence brûlante
qui n’admet ni résistance
arguments ni régimbance
trois mille kilomètres et un lit
au sud du néant blanc

Tourner, retourner deux corps
pris aux cordes comme des pantins
les sangs retournés
emportés aveuglément
manipulés sauvagement
par la main chaude des tropiques

Alors
tout cela était la vérité
rien que la vérité
toute la vérité
maintenant
au diable déportée
le temps, tout ce temps
le vent du large, la mort
la menace de l’oubli

L’entièreté de ta peau
revient s’étendre sur ma mémoire
un mirage où je rêvais m’échoir
amour, ô combien
la maison perd ses couleurs
quand raide comme soudain
dans la stupeur s’efface demain
tout le temps qui vient
ton souffle et bientôt le mien

Chaque jour j’enfonce
des aiguilles dans le Dambala
chaque matin au loin
j’entends battre les tams-tams
chaque nuit au bord
des rivières et des sources
dans mes rêves saignent des coqs

Dans un grabat de touriste
j’ai appris que la mort serait viable
demain tout aussi radieux
si le présent mourait là

À jamais je me résigne
les passés pas tous narcotiques
sèment sur demain la guigne
y versent un élixir toxique

Je le jure ici
même en l’enfance bénie
jamais aussi près du sentiment
je n’aurais su être tout autant

béni

Comme ce matin
après la tempête
nos corps épaves
en rade sur la vague des draps

Ta main a retrouvé au sol
toute une platée de goyaves
encore juteuses et molles
tranchées en petits bateaux
comme tu les aimais

Je regardais ta bouche
accueillir le rose fruit

Je caressais ta tête
sur ma cuisse, chaude la tienne
la lune aurait bien voulu rester
le soleil, lui, s’installer

Comment toutes ces choses banales
prenaient un goût si délectable
à la minute même si belle
ni la veille ni demain
nanoseconde figée dans l’éternel

quand l’amour démasqué
Dambala, ô Dambala
prince vaudou de la fécondité
avec deux petits enfants

s’en fabriquait des plus grands.

à Denise.


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

En en-tête, Haïti Chérie 2, 2020, tous droits réservés.

Élizabeth Martineau, Média mixte sur papier d’Arches.

En inséré, carte postale d’époque, Hôtel Dambala, Pétionville, source inconnue.

Pathétique et géométrique

 

Pour nous deux ce samedi soir, ce sera du sexe charitable et hygiénique, moi et Thérèse avec son œil de vitre, dans un motel bon marché du boulevard Taschereau.

J’éteins les lumières et nous nous retrouvons là, à tâtonner dans le vide en pleine noirceur. Je n’ai des relations sexuelles que dans la noirceur totale parce que mes couilles ont la forme de parallélogrammes. Ça me gêne rondement. Dans le noir, aucune fille ne peut constater la chose mais en plein jour ça devient tellement évident. La dernière fille qui les a vues pensait que c’étaient des losanges, j’ai esquivé le débat géométrique.

–“Tu trouves?” ai-je simplement dit en essayant d’attraper l’interrupteur au plus coupant.

Heureusement, Thérèse préfère baiser en pleine noirceur aussi. Thérèse doit bien avoir 45 ans et possède, outre une beauté indéfinissable, une peau pas très douce, plutôt reptilienne en fait. Mais ses cheveux sont impeccables. Mais encore, elle porte un oeil de vitre assez évident. Probablement un truc bon marché ou du travail d’ophtalmo bâclé. Elle l’expulse régulièrement de son orbite sans façon et elle le frotte avec une lingette à lunettes. Elle dit que ça la gratouille tout le temps, surtout en pleine saison de pollen.

–“Parfois je l’enlève en pleine baise,” dit-elle, “il y a des gars qui aiment ça,” et elle rajoute : “Des fois, il poppe tout seul en plein orgasme, ça surprend son mec!”

–“Sens-toi bien à l’aise,” que je lui dis, “Vas-y comme tu le sens.” Il fait noir comme dans le cul d’un ours, heureusement.

Thérèse enlève son oeil de vitre et le dépose sur le chevet. Ensuite, elle enroule ses jambes autour de mes fesses. Sur le miroir au plafond, ses jambes maigrelettes forment un beau triangle isocèle.

Du sexe hygiénique et charitable mais assez hot quand même, le genre de sexe où la charité s’exerce de façon équilatérale et nous fait donc oublier l’aspect beau geste de la chose, on lèche donc les choses un peu plus, on tient les choses un peu plus longtemps parce qu’on ne sait jamais si c’est la derrnière fois qu’on aura la chance de tenir ou lécher de telles sortes de choses.

–“Ciboire, tes couilles sont donc bien pointues,” se plaint Thérèse, “ça me pique dans la raie, c’est gossant!”

–“Voyons donc, c’est la première fois que j’entends ça.” que je lui dis même si j’ai déjà entendu ça. Souvent. Tout le temps, en fait.

Cris aigus, ou autres positions obtues, hypoténuse chinoise ou polonaise inversée, vient un temps où la chose est finalement accomplie, totalement consommée, et nous taponnons tous les deux sur le tapis de la chambre à la recherche de nos fringues. Il y a un chemin de fer juste derrière le motel et le train qui passe siffle à nous percer les tympans et le plancher de la chambre vibre au moins autant que la vibration à péage du lit king octogonal. Avec un peu plus de synchronisme, avoir su, j’aurais pu épargner cinquante cennes.

–“On devrait se reprendre un de ces quatre,” dit Thérèse sur un ton assez carré.

–“Certain,” – je mens rondement – “Absolument!”

Elle gribouille son numéro de cellulaire sur un carton d’allumettes. Dans le noir, elle me fait le bisou d’adieu directement sur le bord d’une oreille avant de se reprendre et ensuite attraper une de mes narines. Elle abandonne finalement le projet et elle s’en va. Je sens une certaine forme de tristesse et de résilience jusque dans mes deux parallélogrammes irrités. Triste que nos lignes se séparent ici bien droites, presqu’aussi triste que de l’avoir rencontrée dans un premier temps.

Je me lève et je rallume la lampe de chevet. On dirait qu’un ouragan a passé dans le lit, les draps sont emmêlés les uns dans les autres, les condoms qui ont atterri aveuglément ici et là forment un trapèze parfait, je vais te prendre un 6/49. En enfilant mes culottes, j’aperçois ébaubi l’œil de vitre de Thérèse déposé dans sa lingette sur la table de chevet, on dirait qu’il me regarde.

Ce n’est pas la première fois qu’une femme “oublie” quelque chose comme un hypocrite prétexte pour me revoir. Par contre, la plupart du temps, c’est une paire de boucles d’oreilles ou un bracelet. Par la fenêtre, je vois encore les phares de sa voiture qui pointent vers la chambre du motel, je la vois assise immobile derrière son volant, le visage illuminé par son cellulaire. Je pourrais partir après elle, mais je reste là, assis sur le bord du lit. En lieu et place, pris d’une curiosité un peu malsaine, je ramasse l’œil de vitre de Thérèse et je le roule dans la paume de ma main. En fait, ce n’est pas si sphérique qu’on pourrait le croire, plutôt ovaloïde. Je le roule dans la paume de ma main un long moment, et Thérèse recule lentement dans le stationnement puis elle part vers l’ouest sur Taschereau.

Je marche jusqu’à ma voiture, je fous l’oeil de vitre dans ma poche de pantalon avec le carton d’allumettes, et je pars parallèlement mais dans le sens opposé sur Taschereau.

Tu n’es pas encore tout à fait débarrassée de moi, ma belle Thérèse.

CQFD.

 

à Lucien Deschamps, il ne m’aura pas enseigné la géométrie pour rien.


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonMauve

Retours

“le ciel est bleu, la mer est calme…”

Des années-lumière noires sans les retrouver,

présumés fermés à jamais dans l’éternité.

Et là, tout en teintes bronzées,

comme la rouille sur le bulbe d’ail

annonce déjà la fin d’un été,

et avant que le rêve ne s’en aille,

une fillette avec les yeux de sa grand-mère

qui récite se dandinant une comptine vulgaire.

Joies retrouvées ou retour des chagrins,

un grand mystère là s’y trame,

Et quand reviennent tous ces matins…

“… farme ta yeule pis rame.”


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Philo 101 dans le boudoir

Le garçon est étendu de travers sur le lit de la femme; chez nous, on aurait dit évaché. Appuyé sur un seul coude, sa main libre gesticule. Il disserte pompeusement en massacrant une théorie fraîchement apprise à ses premières leçons de philosophie, comme si toute cette science émergeait miraculeusement de son cerveau adolescent.  Elle se questionne à savoir combien de cette gauche dissertation elle va devoir supporter. Elle se voit quitter son bureau, retourner au lit, lisser des mains, suavement, sa longue chevelure dans un mouvement qu’il reconnait, auquel il ne résiste pas. Son regard se tournerait vers elle – bref mouvement furtif de la tête comme un oiseau – et il décoderait non sans perplexité toute la signification de son langage corporel, de ses attentes.

–“Qu’est-ce que tu bricoles à ton bureau?” demande-t-il.

Elle ne répond pas. Elle est bien installée à son coin de travail, des esquisses sont épinglées au mur autour d’une affiche vert néon où figure à grands coups de crayons une esquisse de la célèbre chaise Le Corbusier. Son ordinateur est allumé et elle déroule distraitement son fil d’actualités. Un contact a publié une vidéo de Madonna, en gros titre “Les grands succès du passé”. Des éclairs de sa jeunesse lui reviennent, pas grand-chose d’autre, mais elle clique sur le lien, curieuse de voir si c’est quelque chose dont elle se souvient. Il y avait là un très jeune garçon. À l’époque, elle le trouvait craquant. Les hauts-parleurs de l’ordi laissent entendre des sons de synthétiseur.

Une image à la taille titanesque d’une femme nue coiffe la marquise d’un théâtre. Deux énormes ampoules rondes émettent une lumière blanche et éblouissante, font office de seins sur le torse de la femme sur l’affiche. Un garçon de dix ou onze ans essaie de payer son entrée au “peep show” mais le vieux guichetier agite son index signifiant son refus de laisser entrer le garçon.

–“C’est qui?” demande le garçon maintenant sur le ventre, la tête appuyée dans ses deux paumes.

–“Tu me niaises?” dit la femme, “C’est Madonna.”

Le garçon hausse une épaule, passe une main dans ses longs cheveux bouclés. Le garçon à l’écran passe sa main lui aussi dans sa chevelure blonde.

–“Tu ne vas pas regarder tout le vidéoclip?” se plaint-il. “Reviens donc dans le lit.” Son ton ressemble davantage à une lamentation qu’une invitation.

Elle demeure rivée à l’écran. –“Meee. . . minute.”

Le garçon émet un soupir profond et bien sonore. Il balance ses jambes hors du lit, marche vers le coin cuisine du loft. Elle épie sournoisement le corps nu définitivement encore juvénile, les cuisses fermes qui finissent en belles fesses bien rebondies. Ils se sont rencontrés dans un café, il se disait tellement plus âgé, elle tellement plus jeune. Elle aimait croire que leur attraction était basée sur l’intelligence, niant l’évidence même, il était beau comme un coeur, frais comme un printemps. Des notions élémentaires de biologie et de mathématiques suffisaient, elle le savait très bien, elle aurait pu être sa mère. Elle était spécialement attendrie par son sourire étudié, à la limite narquois, soutenu par un regard perçant, un battement de ses longs cils à peine perceptible. Même si maintenant elle le connaissait davantage, son vrai lui, celui qui sacre un peu, trippe sur la philosophie et qui porte des vêtements douteux, qui n’a peut-être même pas les seize ans qu’il affirme avoir, ce sourire fonctionne toujours à merveille sur elle. Elle fond.

Madonna porte un bustier noir qui lui fait des seins pointus, des bas-résille et une chevelure platine androgyne. Des hommes dans des cabines, derrière des vitres, se touchent, la regardent se rouler et se dandiner sur un parquet noir luisant. Ses sourcils sombres en arc, les mâchoires larges et angulaires; elle est tout en muscles et en chairs blanches, quelques os en saillie. Les hommes ont chaud, bavent. Dehors, le petit garçon qui craint ce qu’il pourrait voir couvre ses yeux de ses petites mains.

Le garçon revient de la cuisine avec un ziplock de cannabis et un paquet de papier à rouler. Il s’évache en plein ventre sur le lit, à la même place, et se bricole un joint.

Le bambin dans la vidéo danse de façon définitivement lascive devant un miroir.

–“Ishhh,” dit la femme. ”Le petit gars dans le vidéoclip, il danse comme s’il voulait sauter Madonna.”

Le garçon sourit. –“Peut-être que c’est ça qu’il veut.”

Elle regarde, en fait, elle le dévisage. –“Es-tu sérieux?”

Aucune réponse. Le garçon est tout concentré à son petit projet. Dans sa position, les gestes ont l’air malhabiles et imprécis. Elle repense à leur première rencontre – ses drôles de gaucheries comme un bébé chien – l’envie lui prend de se glisser contre lui, embrasser le bas de son dos, tâter ses fesses. Elle pense rarement à ce que lui veut. Parfois, il lui tient les deux mains derrière la tête avec force pour assurer une emprise bien virile sur elle mais il les relâche généralement assez rapidement lorsqu’elle résiste. Cela la laisse perplexe, elle se désappointe un peu elle-même, elle se demande toujours si elle aurait dû résister avec plus de théâtralité, en faire suffisamment pour rendre le jeu plus jouissif pour lui.

Les hommes ont les visages en sueur, les yeux au désespoir, semblent n’en avoir jamais assez d’elle et sont extrêmement déçus; Madonna est disparue du parquet luisant. Partie.

Elle se rappelle avoir eu cet album, avoir dansé sur cette chanson lorsqu’elle était enfant. Elle se dandinait avec les copines au sous-sol en utilisant les queues de billard comme des microphones. Cette année-là, sa meilleure amie était déguisée en Madonna à l’Halloween, elle était jalouse, suppliant sa mère pour avoir un costume semblable. “Ce n’est pas un déguisement convenable pour une jeune fille bien!” insistait la mère. Elle avait dès lors décidé qu’elle se rangeait définitivementdu côté des méchantes petites filles.

Lorsque le joint a été prêt, ils se sont assis sur le lit et ont fumé. Un goût épicé sur la langue, elle aimait la sensation que faisait la fumée lorsque ses poumons en étaient remplis à ras bord. Elle en prenait une grande lampée à la fois et lui, à son tour, monopolisait le joint pour toujours en l’agitant dans les airs et en poursuivant avec les théories d’Adorno ou de Marcuse emberlificotées les unes dans les autres sans discernement ni respect. À l’occasion, elle lui posait une question pour l’entendre parler, lui faire croire qu’elle écoutait. Elle se doutait bien que sa comédie n’était pas sans passer inaperçue, elle croyait qu’elle l’aidait ainsi à améliorer sa philo. Un jour il serait professeur et son ton serait aussi condescendant avec ses élèves que le sien l’était avec lui aujourd’hui. Tout le monde saluerait sa grande érudition et se trouverait des excuses pour le suivre à son bureau après les cours, laissant à peine une craque d’ouverte à sa porte. Il aurait ses favorites, des filles considérant fort aise un juste équilibre entre les études et la bohème, mais jamais il ne poserait les mains sur elles. Elle le savait fort bien.

Elle se rappelait cet homme qu’elle fréquentait lorsqu’elle avait l’âge du garçon. Un pauvre type malmené par l’usage prolongé de narcotiques, parfois un tantinet rude au lit, limite agressif, mais il avait un sourire à la faire craquer. Ils passaient des nuits blanches à fumer des cigarettes en parlant et en écoutant de la musique, Jacques Brel, Georges Brassens, Félix, des artistes qu’ils appréciaient également mais pour des raisons différentes. Quand le soleil se levait, elle le conduisait à la pharmacie où il recevait sa dose de méthadone. Parfois, il se passait des semaines sans qu’il ne lui donne des nouvelles et ses absences la faisaient mourir d’angoisse. Puis, il débarquait chez elle comme ça, bouteille de vin et film loué, comme si de rien n’était, et elle se demandait alors si lui se questionnait, qu’est-ce qu’elle avait fait pendant son absence, si elle disparaissait ou se pliait en quatre au fond d’un garde-robe et pleurait.

Le joint fini, le garçon se débarrasse du mégot dans le fond d’une tasse de café avec un peu d’eau dans le fond.

–“On écoute de la musique?” qu’il demande. “Pas Madonna, par exemple.”

–“Je veux bien, je n’ai plus d’albums de Madonna de toutes façons, mets ce que tu veux.”

Il marche jusqu’à l’ordinateur, y branche son ipod. Un son rythmé et grave de contrebasse électrique sort des hauts-parleurs.

–“Est-ce que c’est du rap?” demande-t-elle,

Il agite la tête légèrement, puis le mouvement prend de l’ampleur, son corps entier s’emporte sur le rythme pendant qu’il revient sur le lit.

–“Avoue,” dit-il, “avoue que tu aimes ça.”

–“Pas vraiment, non, le rap je veux dire. Ta petite danse, c’est autre chose.”

–“Comment que tu peux dire que c’est pas bon? Tout le monde aime ça, c’est une industrie qui rapporte des milliards par année!”

–“Pourquoi tu aimes ça tant que ça?”

Il expire longuement, attend un bref moment avant de se retourner sur le ventre. “C’est honnête,” dit-il. “J’aime la façon dont les rappeurs américains glorifient le matérialisme.”

Elle se préparait à rire mais l’expression sérieuse du garçon la force à se raviser. Elle est fâchée, moins parce qu’une personne peut avoir ce genre de raisonnement qu’à l’idée de penser qu’elle-même pouvait se tromper, mais totalement errer. Il pourrait tout autant abandonner la philosophie et devenir un agent d’assurance, ou courtier immobilier, un enragé dans un gros pick-up klaxonnant après les enfants. Si elle devait croiser son chemin alors, elle n’aurait plus rien à lui dire. Dégoutée par ses nouvelles habitudes, lui par le gras tout le tour de sa taille à elle, les pattes d’oie de chaque côté de ses yeux, ses peaux flasques. Une partie d’elle commençait déjà à s’ennuyer de la personne enjouée, du corps d’adonis et du sourire craquant allongé près d’elle aujourd’hui.

Dans le vidéoclip, le petit garçon a maintenant les yeux fermés et Madonna le surprend avec un chaste baiser, ses lèvres peintes rouge vif sur les petites lèvres du bambin qui accepte le baiser les yeux fermés.

La femme se demande combien de fois ils ont dû reprendre cette scène, combien étrange ce devait être pour Madonna d’embrasser un si jeune bambin, de si petites lèvres. Avait-elle aimé ça?

Madonna est maintenant rhabillée un peu comme le jeune garçon. Pour le reste du vidéoclip ils dansent, mais pas vraiment lascivement; ils s’amusent et gambadent en s’éloignant du théâtre main dans la main.

Elle raconte la fin du vidéoclip au garçon. Il ramène le sac de mari et le papier, s’apprête à préparer un autre joint et l’écoute religieusement.

–“Je ne pige pas vraiment,” dit-elle, “c’est un peu débile comme fin.”

–“Pas vraiment,” qu’il répond, “c’est basé sur les désirs primitifs et inconscients des gens.”

Bon, encore la philosophie, pense-t-elle. Mais elle embarque dans son jeu.

–“Oui, mais encore?” questionne-t-elle.

–“Je parle du désir inconscient, je veux dire, tout le monde a envie de coucher avec des enfants.”

Elle reste bien silencieuse. Ébaubie raide. Puis, lentement, nerveusement, elle demande :

–“Pourquoi tu dis des affaires de même?”

Il se redresse. –“Parce que c’est vrai,” dit-il, et en même temps, comme un bref éclair, son beau sourire narquois apparaît puis s’en retourne aussi vite.

–“Je ne crois pas à ça, moi,” dit-elle la voix craquée, mais son visage blêmit, son rythme cardiaque s’affole.

Puis le visage du garçon s’assombrit; plus que jamais, il se concentre sur la confection de son joint. Elle a toutes les peines à s’imaginer de quoi il aurait l’air s’il avait son âge à elle, impossible de se faire l’image dans sa tête. Pour elle, il incarne la peur du vrai mâle évacuée, il se compose de sensations enivrantes, une odeur combinée de chair fraîche, de cannabis et d’Azzaro, une texture et une chaleur de la peau, le timbre suave et réconfortant de sa voix, la douceur de ses doigts, sa langue, ses étreintes.

Pour l’instant précis, il est le son des feuilles de cannabis frottées ensemble, une langue qui lèche un papier, le clic d’un briquet.

Elle se sent envahie par l’envie impérieuse de lui demander quelque chose de spécial mais ne sait pas trop quoi au juste, c’est son corps énervé qui demande pour elle. Ensuite, dans une motion qui aurait bien pu paraître involontaire et débonnaire, elle s’approche de lui, s’assoit les fesses sur les talons, le corps bien droit. Elle ferme les yeux et tire doucement sa tête vers l’arrière et bombe le torse en soulevant ses seins bien haut, leur posture avantageuse améliorée par ses bras qui montent lisser suavement sa longue chevelure avec ses deux mains derrière sa tête.

Elle ouvre les yeux pour mesurer son effet mais derrière un épais nuage de cannabis, l’expression du garçon ne lui a jamais parue aussi sombre.

 


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Photo extraite du vidéoclip officiel Open your heart, Madonna, tous droits réservés.

À propos de la flamme

À propos de la flamme
au musée de mon âme
un portrait invisible
noir et blanc, impossible

Le sable des marées
au diable expatrié
au désert et ses mirages
dans un livre sans pages

Où deux mots ne parlent guère
un autre saura bien y faire
un que je ferai tournoyer
en tous sens ferai danser

Je suis de cette terre où
un poisson apprit à marcher
le feu niche plutôt là où
une sittelle apprit à voler

Et c’est elle pourtant qui va,
mon pied jamais ne touche terre
l’œil ému jamais n’embrassera
beaux airs et toutes manières

Étrange envie encore de pâtir
sentir le sable brûler le sang
le corps sans fin s’alanguir
la raison se perdre au champ

À propos de la flamme
un silence se déclame
dans le souffle lyrique
des augures chimériques.


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert