Le diable est aux vaches

Ça faisait longtemps que j’en voulais un. Je sais, tout le monde sait que j’ai une sainte horreur de pinner des affaires derrière l’auto ou d’avoir à rouler avec un rack sur le toit de la voiture. Mais là, Canadian Tire les donnait littéralement, un spécial d’enfer, ça ne valait même pas la peine de ne pas m’en acheter un, ça aurait été péché mortel.

Imaginez donc, un kayak qui se plie en deux et qui entre directement dans le coffre de la voiture. Même la rame plie en deux. J’étais moi-même un peu plié en deux quand j’ai vu le spécial. J’ai lu les spécifications en diagonale, les questions toutes bêtes et secondaires relatives à une embarcation qui va sur l’eau comme l’histoire de l’étanchéité, c’est certain que les chinois y ont pensé, Canadian Tire en vendrait pas sinon. Évidemment les vestes de flottaison n’étaient pas en spécial la même semaine, ces gens-là ont des spécialistes de la mise en marché à temps plein, mais on ne lésine pas sur la sécurité, money is no object comme disent les chinois. J’en ai acheté une belle, plus chère que le kayak.

J’ai fait un croche à l’atelier où je me suis fabriqué un beau vinyle pour compléter le travail bâclé des chinois. Le modèle de mon kayak, Le Diable, écrit en belles lettres aux couleurs feux de l’enfer. Pour satisfaire mes obsessions d’originalité j’ai rajouté quelques lettres clonées sur les originales et il s’appelle maintenant Le Diable est aux Vaches. J’ai tout paqueté ça dans le char et je suis entré chez moi pressé de montrer ça à ma douce. Sa réaction se classe dans la catégorie mitigée, sa moue exprimait un timide: “Je m’en câli…. Tu vas pas aller te noyer toé-là dans une affaire de même? C’est-tu garanti ça? Combien t’as payé ça, innocent, un kayak qui plie en deux? T’as-tu gardé la facture? On a bien d’autres choses à payer, non? Le monde va se plier en deux quand ils vont te voir ramer là-dedans.”

Ma douce embarque rarement sur des choses qui flottent, ailleurs que dans la piscine et encore, même si elle touche le fond, de la piscine on s’entend. Mais moi, je suis en mode actif par les temps qui courent et j’essaie simplement de les rattraper (les temps qui courent). Aussitôt la vaisselle du souper bien cordée dans son rack, je prépare tout ce qu’il faut et je pars étrenner mon beau kayak. “Amène-toi une grosse serviette, innocent, ça va être commode.” Et mon orgueil a clâmé un non bien ressenti, dans ma tête bien sûr, et mon petit génie de service bien tapi dans un recoin de mes suspicions se frottait le menton du doute mais s’est tu par respect. En fermant le coffre j’ai cru entendre au loin: “Ça y est, il commence à virer fou!”

J’ai roulé sur le chemin de la presqu’île un certain temps à la recherche d’un débarcadère de fortune à l’abri des regards. Le bon spot trouvé, j’ai déplié la chose et je nous ai lancés Le Diable est aux Vaches et moi dans les eaux beiges-brunes de la rivière l’Aswomption. Ça motive à ne pas chavirer là-dedans, une bonne affaire quand même. Je connais que dalle dans la navigation sauf peut-être que les rivières ont un sens. J’ai donc décidé de remonter le courant pour m’économiser le meilleur pour la fin. J’ai accroché un ruban fluo dans la branche d’un saule pleureur qui pendait au-dessus de l’eau pour ne pas brailler ma vie à retrouver l’auto, il n’y a pas rien que des poux là-dedans. Et allez hop, capitaine Bum vogue sa galère sur les flots beiges-bruns du soleil qui penche sur un beau soir d’été sur la rivière l’Aswomption.

Une seule pensée obscurcissait mes songeries aquatiques, mais à peine une petite breumasse d’incertitude. Me questionnant sur la profondeur des eaux sous mon frêle et pliable esquif, était-ce une si bonne idée que ça de baptiser mon kayak Le Diable est aux Vaches?

Le suppôt de Satan était suspendu à son poste sous le pont de la 341 à l’affût, grignotant des Krispy Kreme original-vanille qu’une grosse madame qui avait passé plus tôt sur le pont devait encore chercher ébaubie, dans la boîte sur le siège passager. Sont passés où, cou’donc? Ça se mange trop vite tellement c’est bon se dit-elle, résignée et décue, en attendant sa lumière au bout du pont. Lorsque le suppôt vit venir l’hurluberlu en kayak, il supposât (je suppose que les suppôts peuvent supposer au passé simple aussi bien que n’importe qui) il supposât, disais-je, qu’il avait un client, flairant déjà la bonne affaire. Le rameur avait l’air d’avoir surestimé ses capacités à pagayer contre le courant, son visage cramoisi était marqué de taches blanches contrastantes qui dessinaient sur ses joues la forme de pays inconnus et exotiques et la sueur qui perlait sur son front s’agençait à ses grandes oreilles qui saignaient.

Le soleil était passablement canté et dans la noirceur presque opaque sous le pont une chatte n’aurait pas retrouvé ses petits mais rien qu’un kayakiste épuisé, dans un état second. À la rencontre d’une roche bien ronde à fleur d’eau, Le Diable est aux Vaches se plia sur lui-même sans raison et là, le diable était aux vaches pour de vrai, je le savais. L’eau s’est infiltrée dans les deux moitiés du kayak et moi, hors de moi, expulsé hors de lui. Au terme d’un combat épique, je me suis retrouvé tenant désespérément la rame sous mon menton, l’hostie de kayak chinois d’une main, ramant de l’autre main pour me tenir en équilibre debout sur le fond de pierres gluantes, le liquide indéfinissable qui m’arrivait en-dessous du nez me laissant respirer seulement si je réussissais à me maintenir sur la pointe des pieds. J’ai vécu des positions plus confortables, souvent je dirais.

C’est clair que j’avais oublié un morceau dans l’auto. Ah oui, la veste.

Étais-je sur un îlot de pierres entouré d’eaux plus profondes ou de vases épaisses qui auraient tôt fait de m’aspirer dans le fond de cette soupe poisseuse, je ne saurais dire. Mais bouger de là n’était pas encore ma meilleure option, pour le moment. Outre brailler ma vie, il me restait une autre option à tester, crier à m’en cracher les bronches au loin. Mais crier quoi, à qui?

KAYAKISTE

(à tue-tête, avec l’écho sous le pont)

Mon âme au diable si je sors de ce trou vivant!

(classique, vous me direz, mais bon)

SUPPÔT

(sussutant)

Chérie, je te rappelle, j’ai un client. Oui, bizoux moi aussi, allez.

(voix caverneuse un peu empruntée)

Vous aurez, cher ami, la plus fascinante des coïncidences à raconter à votre douce à votre retour à la maison.

KAYAKISTE

(esbaudi)

Satan?

SUPPÔT

Vous n’êtes pas véritablement en position d’être si pointilleux dans le choix de votre interlocuteur, il me semble. Satan est un homme extrêmement occupé, vous savez. La vie moderne fait de l’enfer une entreprise qui connait une expansion spectaculaire, sa gestion occupe le pauvre homme jour et nuit. Il doit nécessairement déléguer, mais nous sommes tous totalement investis de sa confiance et armés de sa toute-puissance.

KAYAKISTE

(esbaudi commence à être faible comme mot)

On jase, là, mais je sens mes forces fléchir et passer les barbottes entre mes jambes, vous me sortez de là oui ou merde? On a un deal, ou on n’en a pas?

SUPPÔT

On se calme. Je dois rédiger le constat, monsieur Bum. La paperasse usuelle. Des âmes, des âmes, on commence à en avoir un pas pire inventaire. Leur prix est à la baisse ces jours-ci, vous savez.

KAYAKISTE

(à lui-même)

C’est bien ma chance proverbiale, tombé sur une trappe à tickets de l’enfer.

(au suppôt, je suppose)

Oui mais ma situation n’est tout de même pas si désespérée, elle pourrait aisément trouver une fin heureuse par elle-même, qui sait? Le prix de mon salut ne saurait dans ces circonstances dépasser la valeur de mon âme, non?

SUPPÔT

On verra bien. Question 1, monsieur Bum, êtes-vous activement engagé dans une croyance religieuse, si oui laquelle?

KAYAKISTE

Mais c’est horrible comme question, la discrimination basée sur la religion, c’est strictement interdit par la loi, nous en sommes heureusement protégés par la charte des droits et libertés de Trudeau le père.

SUPPÔT

Désolé, Trudeau le père n’est pas dans ma liste des divinités déductibles. Une âme sans foi, ça vaut quoi selon vous, monsieur Bum? Vous êtes un homme brillant, monsieur Bum, n’étiez-vous pas un premier de classe récidiviste? N’aviez-vous pas un quotient supérieur à la moyenne? Satan est acheteur dans ce rayon-là, ses oeuvres et ses pompes ont maintenant un département de recherche et développement à la fine pointe qui embauche toujours.

KAYAKISTE

Vous voulez insinuer que je serais consultant pour Satan inc.? Pour l’éternité?

SUPPÔT

Non, pas vraiment, monsieur Bum. Ceci voudrait dire que vous auriez à perdre la raison totalement et livrer votre intelligence au patron pour ce soir ici-même sauver votre cul de la froide saumure que vous appelez une rivière.

KAYAKISTE

(se pensant bien plus intelligent que le suppôt)

On peut négocier? Je suis un vieil homme, vous savez, je pourrais vous délester ma raison en plusieurs petites livraisons, comme des mensualités, contrat que je respecterais à la lettre, assurément. On n’y verrait que du feu. Vous savez l’intelligence et toute ces connaissances, en vieillissant, on en a besoin de moins en moins de toutes façons. On se replie sur les petits bonheurs, la sangria pré-mélangée, les mots cachés et toute cette sorte de choses. Quel vieux s’intéresse à la quadrature du cercle de nos jours? Pour le reste on a toujours les calculatrices et Google.

SUPPÔT

Oui, on peut organiser cela. Attendez que je trouve le formulaire d’arrangement C-376 sur les livraisons à tempérament. Nous aurons besoin d’un dépôt, monsieur Bum. J’aurai besoin de votre NIP pour le virement. Lorsque vous aurez livré à Satan Inc. votre dernière parcelle d’intelligence, votre dépôt vous sera automatiquement remboursé et déposé directement à votre compte.

KAYAKISTE

Depuis quand les banques font affaire avec Satan? Question idiote, je m’excuse.

SUPPÔT

Satan a un compte PayPal, monsieur Bum, il ne fait pas affaire avec les banques.

(un peu de niaisage technique)

Alors, voilà, la transaction a été approuvée. Les détails vous viendront directement à l’esprit par la voix de Satan lui-même en personne, restez à l’écoute. Merci d’avoir choisi Satan Inc., est-ce que je peux faire autre chose pour vous ce soir, monsieur Bum?

KAYAKISTE

Ça va aller de même, merci.

(en lui-même)

Ben oui, l’enfer a un compte PayPal à c’t’heure! On rêve ou quoi, ici, là? Au pire, je perdrai mon dépôt. Ce ne serait pas le premier dépôt que je perdrais sur une vache. T’es pas proche de me revoir en-d’sour du pont, p’tit con.

Je n’ai pas lu tous les petits caractères du contrat comme c’est mon habitude ni le manuel d’instructions mais je me suis dépêtré de ma fâcheuse situation comme par magie dans le temps de le dire, je l’avais quand même échappé belle. Le chemin du retour fut des plus agréable, le courant dans le dos pour le retour était ma dernière meilleure idée de la soirée de toute évidence. En chemin, je me suis un peu réconcilié avec le kayak, les chinois et le Canadian Tire. J’ai retrouvé mon petit ruban fluo dans sa branche de saule et je suis allé retrouver ma douce qui m’attendait tranquille dans sa balançoire.

LA DOUCE

(Allegro, postillonnant)

Tu pues la swompe! Tu sens le diable! T’es tombé à l’eau, mon innocent, je te l’avais dit de t’amener une serviette aussi. Pis, t’as arrêté où sur ton chemin? C’est un nouveau bar de danseuses ça, le Satan Inc.? Ils doivent être belles en tabarnak, c’est quoi les retraits de cent piastres, direct dans le compte à sept heures, à huit heures, à neuf heures…? T’es-tu en train de virer fou tranquillement, toé-là?

RIDEAU

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s