Écoute

Écoute,

Perdu dans ma propre tête

Dehors le pire capharnaüm

Mon bain comme un jardin détraqué

Mon banc un plan pour s’évader

J’implore une toute menue force en moi

Qui se tiendrait prête

Au moins pour me rendre

Pisser sur une flambe d’eau

Chier des baies de sureau

Traverser le bois jusqu’aux barbelés

Jouer de la flûte aux vaches

Ou t’appeler dans la brise folache

 

Écoute,

Tu sais que les choses le long des périples

Ne sont que l’ombre de ces mêmes choses

Le temps les tire et les pousse

Avec lui en tous sens insensés

On ne peut qu’y marcher le temps qu’elles sont là

Ailleurs et ici et là parfois

Si leur présence existait

Comme on sent un baiser venir

Il faudrait fermer les yeux

Pour enfin les voir

Vraiment être là

Et personne ne te croirait

 

Écoute,

L’un contre l’autre

Nous sommes nichés

Contre la courbe la plus pentue

De la route qui s’en va où

La promesse n’est jamais venue

Appuyés sur le vide

À s’échanger des diamants bruts

Contre des bijoux taillés dans l’os

De nos bras cassés

Et nos rêves fracturés

À l’ombre d’un frêne

Le coeur rongé par l’agrile

Et dans la lumière de cinq heures

Tu fronces des sourcils

Que je n’ai jamais vus

Qui ne m’ont jamais cru

 

Écoute,

Perdu dans ma propre tête

Une mappemonde sans mots

Et la chatte n’y trouve plus ses petits

Une mère ses marmots

J’ai jadis mouillé un lit moi aussi

Et je repisserai un jour bientôt

Des mers de chinon et de merlot

Dans un amer lit de mer lasse

De lac ou de ruisseau

Voir couler les heures

À espérer encore une peau

Une pêche ou un radeau

Rentré de son odyssée d’un matin

 

Écoute,

J’entends toujours le chant des mots

Et les grands coups de sabot

D’un troupeau de têtes heureuses

À voir tant de choses passées

Siffler un refrain de lendemains

Et la force menue en moi sera prête

Je courrai nu à travers les framboises et les mûres

Drapé des plus beaux mauves de l’arc-en-ciel

Cherchez en vain où je les aurai puisés

Que le rouge de mon pauvre sang

De vin mauvi pour toi encore plus beau

Même qu’un rose matin d’avril

 


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

 

5 réflexions sur “Écoute

Répondre à Patrick Blanchon Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s