Une sainte horreur du vide

Selon les données compilées par Statistiques Canada pour l’année 2016, 14.1 millions de personnes vivant au Canada sont des personnes seules ou des ménages sans enfants et le Québec trône en haut complètement du palmarès avec 33.3% de célibataires. Bref, entre le jour de l’an et Pâques et considérant les statistiques locales de la vie à deux, il y a là comme un grand vide. D’autant que la Saint-Valentin n’est pas encore à ce que je sache un congé férié.

Pas mal partout où l’hiver existe et n’en finit pas de finir, quand se pointe février, l’insignifiance de la vie devient d’une évidence troublante. Février est comme un long mardi plate qui durerait 28 jours, 29 les années bissextiles (hourra, mpfffff). Plus rien à fêter, écoeurés de l’hiver déjà, le vide total. Mais la nature a une sainte horreur du vide, c’est bien connu. Dame Nature peut aplanir les trous en soufflant des saletés dedans ou en créant de jolies petites flaques en pleuvant dessus ou elle peut les garnir avec une variété de belles mauvaises herbes de toutes sortes de couleurs. Mais le cerveau humain, désoeuvré et oisif, quasi dépressif, ne se montre pas toujours sous son meilleur jour en pareille circonstance.

Crêpe-moi donc le chignon, Marion

(pièce en un seul acte)

La pièce se déroule début février en Bretagne, au 17ème siècle, à Pleudihen-sur-Rance plus précisément. Le décor, une maisonnette bretonne typique. Par une fenêtre, un décor peint illustre à grands traits la belle campagne bretonne. Les personnages, mère qui n’a jamais de nom, Marion exécrable fillette de six ans pas très belle, son frère Didier d’un an son cadet, tête à claques sans génie d’aucune sorte.

Acte 1

Le rideau s’ouvre sur une cuisine bretonne typique. Marion et Didier courent en tout sens comme des poules pas de tête se frappant violemment la nuque avec des cuillères de bois, la mère est au poêle priant Saint-Brieuc et Saint-Tugdual dans son fort intérieur que l’hiver finisse enfin qu’ils puissent aller se perdre en toile de fond, qu’on les y peigne par-dessus le paysage barbouillé à la va-vite et qu’on en parle plus.

Marion

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaan, ze veux pas manger des zoeufs, ze veux pas manger des zoeufs. (excédée, moue du Saint-Ciboire)

Didier

Moi z’en veux, moi z’en veux!

Bruiteur

Ploc.

(cuillère de bois tenue par Marion atteignant la nuque de Didier)

Mère

Mais Marion chérie, la belle petite poulette grise les a pondus juste pour vous les beaux cocos (en se déchirant le cul jusqu’au sang, diantre).

Marion

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan, z’en veux pas, z’en veux pas.

Bruiteur

Ploc.

(cuillère de bois tenue par Didier atteignant la nuque de Marion)

Didier

Moi z’en veux, moi z’en veux!

Marion

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan, z’en veux pas (Ze vais te les mettre au cul tes zoeufs moi).

Bruiteur

Ploc et Ploc.

(coups de cuillère de bois presque synchro des deux enfants l’un sur le caillou de l’autre)

Mère

(Je vais pas jeter ces beaux oeufs frais cassés, c’est pas vrai)

Et si je vous faisais de jolies crêpes?

(j’ai justement du blé sur le bord de moisir).

Marion

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiii, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, des crêêêêpssssses, beaucoup de crêêêêpssssses avec plein de sirop (comme si je n’étais pas assez survoltée de même).

Didier

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan, pas encore des putains de crêêêêpssssses, pu capable des putains de crêêêêpssssses, ze veux aller déjeûner chez MacDo.

Bruiteur

Ploc.

(cuillère de bois tenue par Marion atteignant la nuque de Didier)

Mère

Si la fortune nous souriasse j’en eus été fort aise mais le MacDo est hors de prix, petit Didier, tu mangeras des bonnes crêêêêpssssses de maman, comme Marion.

Didier

Mais mamon, j’ai un gros écu noir tout à moi là-haut sur l’armoire moi mamon. J’irai chez MacDo pendant que vous deux vous mangerez vos crêêêêpssssses (salopes).

Bruiteur

Splouc.

(pâte à crêêêêpssssses atteignant le fond du poêlon)

Mère

Ton écu devra profiter si tu veux te payer du MacDo (idiot). Tu mangeras des crêêêêpsssses pour aujourd’hui.

Didier

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan, putains de crêêêêpssssses, pu capable, ze veux aller déjeûner chez MacDo, MacDo, MacDo, MacDo, MacDo . . . (en decrescendo).

Effets spéciaux

(mère hors d’elle tournant la putain de crêêêêpssssse si fort qu’elle s’envole en tournoyant et s’en va atterrir directement sur l’écu de Didier sur le haut de l’armoire, au ralenti sur le decrescendo des MacDo, MacDo, MacDo . . . – s’inspirer de “2001, Odyssée de l’Espace”)

Didier

Waaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa! Waaaaaaaaaaaaa! Mon écuuuuuuuuuu!

Bruiteur

(vous savez quoi)

Mère

(Yeux souriants à la manière d’une cinglée à l’asile qui vient tout juste de trouver la paix) Eh, bé, mon p’tit Didier, si ta crêêêêpssssse ne moisit pas avant l’été là-haut, ton écu resté dessous profitera jusqu’à te mettre riche et tu iras te bourrer de MacDo tant que tu voudras (crétin).

(grand rire débile)

Marion poussant de sa cuillère en bois se coince une crêêêêpssssse complète au fond de la gorge, tente de la faire passer à grandes lampées de sirop puis s’effondre dans la poche de blé sur le point de moisir.

Rideau

Ainsi naquit le dicton, « Si point ne veut de blé charbonneux, mange des crêpes à la Chandeleure ». Et la légende qui raconte que de déposer une crêpe sur un écu à la Chandeleure vous attirera la bonne fortune tant soit-il que la foutue crêpe ne moisisse pas avant l’été. Mais encore, comme toute la Bretagne s’ennuyait pour mourir en ce début février et que le génie humain cherchait désepérément à combler le grand vide existentiel de l’hiver qui n’en finit plus de finir, ils en firent une fête qu’ils appelèrent tout bêtement la Chandeleure parce que ça tombait justement le jour de la Chandeleure, fête célébrée le 2 février depuis l’an 470 lorsque décrétée fête chrétienne par le pape Gélase. Ça leur ferait tous de quoi rigoler un peu entre le jour de l’an et Pâques et quel breton sauterait une si belle occasion de bouffer des bonnes crêêêêpssses?

Sûrement pas plus idiot que de faire tout un carnaval à regarder sortir une marmotte-météo de son trou avec un chapeau haut-de-forme sur la tête.

Choisissez mais pour moi ce sera joyeux 2 février tout court.

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s