Viande froide

Moi, anonyme en état douteux,

Fesses à l’air chemisette bleue.

Huit, six, deux, quatre, quatre, huit, trois,

Bracelet jaune au bout de mon bras.

Poète inconnu à l’infection délétère

Pisse mes vers à pleins cathéters.

Fantasmes, angoisses et frayeurs,

Dans l’esprit vil jamais ne meurent.

Rondelettes soignantes blasées,

Ah que ne serais-je si paralysé !

Et ce gland bleu sanguinolent,

Sparadrapé de collants blancs

Où s’enfonce tubulure affligeante,

Bouchonnée et malodorante.

Répulse autant qu’elle ne révulse,

Convulse tout le temps qu’elle expulse.

Valsent, valsent, belles insolentes,

Déesses des hôpitaux de brocante.

Aux bons soins zélés mal leur en prît.

Éternelles plaies de lit,

Toute dignité trahie,

Antidouleurs rarissimes et repas affreux,

La même compassion que pour les gueux.

Moi, anonyme en état douteux,

Fesses à l’air chemisette bleue.

Huit, six, deux, quatre, quatre, huit, trois,

Bracelet jaune au bout de mon bras.

Un dernier calepin sans dessins,

Petits barbots qui ne disent plus rien.

Mines rondes au bout des crayons,

Mines basses ne tracent plus rien de bon,

Dans la pile morte d’un laptop fini,

Enterrés vivants le reste des écrits.

Les maux de passe et les mots passent,

Dans le néant s’effacent en toute grâce.

Je dépose mon reste d’intelligence,

Aux pieds de la reine télé ma somnolence.

À la main quelques tubes arrachés,

Corps et esprit partent à sécher.

Ma vision déjà s’embrouille,

Mes hernies partent en couilles.

Tous ces gens que je laisserai derrière,

Dont je ne respirerai plus le même air.

On pourra toujours rêver du même soleil,

Qui se lève jaune et se couche vermeil.

Moi, anonyme en état douteux,

Fesses à l’air chemisette bleue.

Huit, six, deux, quatre, quatre, huit, trois,

Bracelet jaune au bout de mon bras.

Je vous cache dans ma couche une enveloppe,

Avant d’enjamber la dernière marie-salope,

Mes mots et mes biens sous forme légale,

À vos consciences pour le partage égal.

Avant que l’état ne s’y mette,

À vos espoirs ne fasse jambette,

Souhaitez-moi un rapide aboutissement,

Afin de ne pas y trouver que mes excréments.

Je suis soulagé de n’en plus rien sentir,

Enfin ivre mort de mon ultime élixir.

Moi, anonyme en état douteux,

Fesses à l’air chemisette bleue.

Huit, six, deux, quatre, quatre, huit, trois,

Bracelet jaune au bout de mon bras.

Je me rhabille,

Je pars en vrille.

Moi qui aimais tant faire des vagues,

Voilà que je divague et ma barque zigzague.

Mon bateau frêle vogue vers le dernier mirage,

Sans tracer derrière le moindre sillage.

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonMauve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s