Chacun son café

Pointes de plume
cafés de brume
calepins noircis
tranches de vie
et verre de whisky

Le clavier ivre
s pour survivre
barre espace
souffle et passe
i pour immonde
m comme monde

Voir venir le mot
ébaubi et sot
sorti de nulle part
c pour cauchemar
chercher le suivant
i comme ignorant

Au bout de la plage
deux enfants sages
une mère en beauté
une mer si bleutée
une grue qui piaffe
fientes et paragraphe
la dame s’indigne
point à la ligne

Le doigt se retient
plus rien ne vient
une mère noyée
un café déserté
l’horizon triste barre
le génie qui s’endort
et quoi encore

Sur le clavier
pavé double v
wagon déraillé
retour et pavé p
p p p désespéré

Sous les pavés
pauvre cliché
poète et barbu
que cherches-tu

Qu’y trouveras-tu
amer et déçu
poussière et vil gravier
et jamais rien de plus


Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Image en en-tête extraite de la couverture, Le café de la plage, Régis Franc, Les B.D. du Matin, 1977


 

Trouvaille et coup de coeur, auteur inconnu.

coup de coeur

C’est pas beau, ça?

7 réflexions sur “Chacun son café

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s