Pas dans ma cour!

Le beau temps semble s’installer et enfin je vais pouvoir m’installer dans ma cour et en jouir quelque peu dans une des multiples patentes conçues exprès pour se reposer le fessier dedans, mais dehors. Hamac, chaises longues, chaises adirondak, chaises berçantes, coulissantes, balançoires, chaises de patio. . .

Mais il m’apparaît soudainement évident que je ne serai pas le premier à en profiter. Je m’enfarge dans les trous laissés par les mouffettes qui chassent nuitamment le ver blanc, les longs tunnels creusés par les taupes qui ne regardent définitivement pas où elles vont, les trous de siffleux, les innombrables monticules de sable érigés par les fourmis, les nids de guêpe dans les poteaux de piscine, les nids de suisses, les trous de crapauds, les crottes de raton-laveur, les tas de rippe de bois arrachée aux arbres par les grands pics. Ça va faire! C’est qui qui paye les taxes ici? Ne devrait-il pas y avoir une loi contre toutes ces calamités? Je pense que je vais joindre le célèbre mouvement des NIMBY – Not In My Back Yard (pas dans ma cour), un groupe de citoyens quelque peu désoeuvrés mais bien intentionnés et organisés qui s’opposent aux choses qui pourraient se passer dans leur cour et préféreraient grandement que ça se passe dans la vôtre, spécialement si elle est assez loin de la leur. Ou les cervelles totalement flambées qui se sont regroupées récemment en Colombie-Britannique sous le nom des BANANA – Build Absolutely Nothing Anywhere Near Anything … or Anyone (Ne construisez rien près de quoi que ce soit ou de qui que ce soit). J’hésite entre les deux mouvements.

Je ne suis pas certain de ce qu’on pourrait venir installer dans ma cour inopinément sans que je m’en aperçoive, je vis dans un trou perdu et je suis loin de la rue quand même, mais force est-il d’admettre qu’un rien risquerait d’enflammer ma dissension sociale, d’allumer le NIMBY ou le BANANA en moi. Je ne parle pas ici des horribles statues de jardins qu’on tente de nous imposer dans les grandes surfaces, des classiques flamants roses en plastique ou des petits nègres qui pêchent dans le gazon, des marguerites illuminées nuitamment au solaire, des faces d’hurluberlus à coller au tronc des arbres, des petites fontaines qui ont de féériques petites lumières de toutes sortes de couleurs en alternance le soir, tout ceci est à la limite acceptable et inoffensif.

Non, je pense plutôt à de gros ouvrages, des lignes à haute tension, des tours à micro-ondes, une autoroute à 12 voies, des sites d’enfouissement de vidanges toxiques, des parcs d’éoliennes, un Wal-Mart et toute cette sorte de choses. Premièrement ma cour est grande mais pas tant que ça et deuxièmement quelle partie de ma propre cour chèrement gagnée devrait être sacrifiée au progrès qui améliorera la vie des jeunes générations à venir au détriment de la mienne finalement? Qu’ils s’en trouvent un bon spot pour planter leur pompe à gaz de schiste, petits morveux.

J’utilise ma cour à son plein potentiel déjà, n’en jetez plus la cour est pleine, mes trois cabanons refoulent et on sous-estime toujours l’espace que peut utiliser une piscine hors-terre quand on compte toutes les gogosses qui viennent avec. Je dispose d’installations en bois traité icitte et là, des pierres et des dalles, je plante des choses qu’on mange ou qu’on ne fait qu’admirer ou désherber, je tonds des choses, j’en brûle dans le poêle qui chauffe la piscine ou dans un de mes deux pottes à feu en vieille brique recyclée, je me bats contre les maringouins ou contre la famille et les amis aux couilles, aux washers et aux fers, je ramasse les branches qui tombent, je regarde aller et venir des petites bêtes et les petits oiseaux et même des assez gros parfois.

Je n’ai entendu parler de rien de précis à date mais je reste à l’écoute. Ça arrive à bien d’autres si on se fie aux nouvelles en continu ou au fil Facebook, ça pourrait fort bien m’arriver dans ma cour à moi aussi. La prudence et la vigilance ne sont jamais vaines. Vais-je aller jusqu’à m’armer? Un bon matin je pourrais me lever, saper bruyamment ma première gorgée de café trop chaud pour ne pas me brûler les babines, paisiblement et sans méfiance regarder distraitement vers la porte patio pour m’apercevoir que BOUM, pendant la nuit un salaud a construit son usine d’engrais chimiques directement sur ma belle plate-bande d’hostas! Ah, non, pas dans ma cour!?! Et quand c’est bien planté une usine d’engrais chimique, on ne se débarrasse pas de ça si facilement, c’est pas des pissenlits. Il n’est jamais trop tôt pour se préparer à la guerre si on veut la christ de paix dans notre propre cour.

Je me demande si le NIMBY ou les BANANA vendent des cartes de membres, ou des beaux fanions colorés à leur effigie pour planter de chaque côté tout le long du driveway, ce serait cool.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Niaiserie du mardi

Lors de mes premières années à Montréal, j’ai travaillé dans le département de reliure d’une imprimerie commerciale. Je n’avais même pas l’âge légal de travailler dans une usine, j’avais chapardé la carte d’assurance sociale de mon frère. La shop était située au 3ème étage d’un édifice industriel le long du boulevard Métropolitain, la partie surélevée de l’autoroute. Deux piastres et trente de l’heure. Le plancher de la shop était exactement au niveau de la chaussée élevée du boulevard. Des jeunes gaspésiens avec qui je travaillais disaient en regardant par les grandes fenêtres passer les machines dans les airs: “Ciboire, y’ont même pus de place pour toutes se promener à terre icitte, y’en font passer d’in’z’airs, ça tient pas deboute!”.

Moi, je n’avais jamais vu autant de papier à la même place, en même temps, de ma vie. Et tout ce qui vient avec autant de papier. Des guillotines, des plieuses, des assembleuses, des encolleuses, des brocheuses, des troueuses, des encoigneuses, une sheeteuse. Dans ces circonstances, impossible de ne pas penser sans verser une larme à ma belle forêt abitibienne natale qui disparaissait tranquillement en pâte à papier notamment.

Un jour, j’ai vu monter une grosse boîte dans le monte-charge. Ils ont déposé la grosse boîte dans le bureau de madame Poitras, épouse du patron, bureau où les beaux innocents jeunes hommes comme moi à l’époque n’entraient pas sans risque. Elle avait “ses heures” madame Poitras et les doigts longs. Deux beaux techniciens en uniforme bleu et en chemise blanche ont déballé la grosse boîte et en ont sorti une machine intrigante. Une belle machine pleine de pitons. Ils ont travaillé quelques heures sur la machine avec des gants blancs pour l’installer à sa place et la mettre en marche, montrer à madame Poitras comment la faire fonctionner.

On distinguait très bien à travers la grande baie vitrée givrée les bras de madame Poitras s’élever vers le ciel et s’agiter, on entendait retentir des grands Oh et des grands Ah, d’interminables Ouhhhhhh.

Un soir que je faisais des heures supplémentaires et que le bureau était désert, je me suis faufilé vers la machine, mû par une curiosité malsaine. Je n’avais jamais rien vu de tel, une belle patente. Un petit voyant lumineux clignotait dans la pénombre du bureau désert. “Press a number” disait le petit voyant tout juste voisin d’un clavier numérique, comme pour me narguer. J’ai toujours eu un faible pour le chiffre 3 et ses belles rondeurs organiques, alors j’ai poussé sur le 3.

Instantanément un autre voyant s’est allumé au coeur d’un gros piton carré vert qui, lui, disait: “Push”. Alors j’ai poussé, tout de go. Le piton vert a immédiatement tourné au rouge pendant que la machine commençait à s’emballer, s’affairait à sa mystérieuse besogne dans une multitude de petits cliquetis, de bruits de moteur électrique, de vibrations, une lumière bleue vive et clignotante sortant par toutes les craques de sa carrosserie.

Que le grand Cric me croque vivant drette-icitte s’il n’est pas sorti de là trois beaux grands morceaux de papier blanc flambant neufs!  . . . une machine à créer du papier!

La bonne femme Poitras avait probablement joué de la cuisse avec des savants fous pour avoir eu droit à un prototype pareil. C’est évident que la petite machine n’aurait pas pu fournir toute la shop en papier mais toute chose connait des débuts modestes me disais-je, cette invention pourrait sauver ma forêt abitibienne natale un jour, qui sait.

J’ai conservé les trois beaux morceaux de papier blanc précieusement comme des pièces à conviction et en sortant de là en faisant des manoeuvres de sioux pour ne pas être vu, je planifiais déjà d’y retourner avec la caméra Super 8 de mon frère pour filmer la preuve de ce que j’avais vu.

Il y aura toujours des incrédules face au progrès.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Comment on faisait des copies à l’école.

L’ennemi écoute

Ne vous fiez jamais aux apparences, ne vous l’a-t-on pas assez répété? Prenez-moi, par exemple (à ne pas confondre avec par derrière). Sous des allures un peu bourrues, vaguement bohème, vieux hippie soixantenaire trop émotif, sachez que pendant toutes ces années j’ai été un agent secret spécialisé dans les services d’infiltration des zones d’activité humaine. Ma mission, accumuler toute l’information possible à propos de l’intelligence humaine, au service du ROHUM abréviation de Renseignements d’Origine HUMaine. Activité qui comporte son lot de situations extrêmement risquées et d’embûches de toutes natures dont la possibilité de traverser de longues périodes pendant lesquelles aucune évidence d’activité intelligente ne se présente.

Le renseignement humain se tire d’individus et se distingue ainsi du renseignement technique (renseignement d’origine électromagnétique, renseignement d’origine image), et du renseignement d’origine source ouverte. La théorisation du mode de recrutement et de traitement d’une source humaine, aussi appelée agent, a conduit à identifier quatre « leviers » dits MICE pour l’argent (Money), l’idéologie (Ideology) : convictions religieuses, politiques, etc., la coercition (Coercion) : chantage, menaces, torture, etc., l’Ego : vanité, désir de se mettre en avant. D’autres listes de leviers existent, beaucoup moins connues, comme celle dite SANSOUCIS : solitude, argent, nouveauté, sexe, orgueil, utilité, contrainte, idéologie, suffisance (Gérard Desmaretz, Le renseignement humain).

« Il y a deux façons stupides d’essayer d’obtenir du renseignement : c’est la torture et l’argent. La torture, le type vous dit tout pour que ça s’arrête, et l’argent, il vous dit tout pour que ça continue ! » – Alain Chouet

Même si mes sources sont généralement des gens biens et fort sympathiques, je ne peux absolument jamais baisser la garde dans cette grande quête d’infos, le métier reste truffé de risques. Au fil de ma longue carrière d’espionnage, j’ai dû porter différents costumes, tous subtils, qui m’ont été inspirés des as du métier dont une djellaba aux jolis motifs de paysley dans les tons de bleu-vert que m’avait fabriquée une ancienne flamme. On m’a notamment vu déambuler incognito dans le Vieux-Montréal en sandales à gros orteil afghanes portant la tunique indienne à la cheville, en lin naturel, rien en-dessous, ornée de volutes de billes de bois, sur la tête un système capillaire exacerbé. J’ai occupé momentanément le derrière d’une vache en peluche, opérée à deux, et j’ai même poussé l’audace jusqu’à revêtir le complet trois pièces en astral bleu, allumé de beaux reflets métalliques comme une mouche à marde. Vous seriez surpris de voir à quel point le port d’une perruque rousse et d’une robe fleurie peut délier les langues les plus sèches surtout si vous portez simultanément un goatie bien gris et le reste de la face mal rasé.

Parmi les méthodes d’interrogation subversive que j’ai eu le bonheur de peaufiner, notons la méthode dite de l’idiot de la pire espèce que j’ai pu pousser au niveau de l’art. Technique secrète que je vous révélerai tout de même. Les gens perdent leur méfiance en présence d’un idiot, c’est bien connu. N’hésitez pas à infiltrer les milieux universitaires ou les groupuscules d’intellectuels de gauche même si vous n’avez qu’une onzième année, soyez même volubile et ouvert à ce propos. Ils s’imaginent alors que vous ne pourriez rien comprendre à quelque déclaration que ce soit, surtout les trucs intelligents. Et le matériel sort, à profusion. Chanceux si vous avez une assez bonne mémoire pour retenir tout ça avant de vous éclipser discrètement à la salle de bain, transcrire toute cette matière à l’encre indélibile sur du papier-cul, en faire des boules que vous pourrez avaler facilement et plus tard récupérer tranquillement chez vous. C’est qui le plus stupide, finalement? Avouez!

La collecte de renseignements humains peut sembler une tâche facile au commun des mortels comme vous mais nous, les bonzes de l’espionnage intelligent, savons très bien qu’on ne peut aucunement se fier à tous les bidules hi-tech à notre disposition maintenant. Téléphones cellulaires, comptes courriels, messageries électroniques et réseaux sociaux peuvent facilement être hackés et scannés avec la plus grande facilité. C’est pourquoi nous sommes depuis belle lurette retournés aux bonnes vieilles méthodes de la guerre froide. Porter une fleur particulière à un endroit spécifique de notre complet et tenir des rendez-vous sur des bancs de parc, c’est toujours bon. Mais rien de mieux pour passer de l’info que le bon vieux largage inopiné. Je ne compte plus les messages codés insérés dans un vieux journal savamment replié que j’ai échappés nonchalamment les bons soirs dans le bac de recyclage (avec un bout de gaffer-tape collé sur un coin du bac pour indiquer à mes supérieurs que le message y était). Méthode sans failles, le lendemain matin, le bac est vide à tout coup.

Je vous dis cela, je ne vous dis rien. Je sais que tout cela va rester entre nous, votre sécurité en dépend. Je n’ai jamais rien dit, rien mis sur mon blogue, je n’étais même pas là ni même proche de là quand je l’ai écrit. Si, tout de même, vous aviez quelqu’information intelligente à me signaler, vous savez comment me contacter . . . ma cachette habituelle.

Je serai cette toute petite madame à la chevelure rousse portant un goatie gris, une fleur de zucchini sur le côté coeur d’une robe fleurie, un vieux publi-sac sous le bras (avec un bout de gaffer-tape dessus).

Au plaisir,

Mub gniylF 009

New_pieds_ailés_pitonVert

D’la grosse argent

Le beau temps m’a l’air pas mal revenu, ma piscine est partie en tous cas. À mon âge vénérable toutefois, on a déjà pas mal fait le tour des plaisirs d’été. C’est bien beau l’été mais il y a les mouches aussi, et les tiques maintenant qui viennent aussi rire de nous autres.

Plus jeune mon sang bouillonnait juste à anticiper les belles journées chaudes, à voir le linge de fille rapetisser, à chienner allègrement dans le hamac, des pinottes entre les orteils pour les petits suisses pas farouches qui sortent de leur trou, un bon polar ou un Réjean Ducharme à se mettre sous la dent et quelques mojitos bien glacés pour rafraîchir le tout. Qui se souvient du libanais blond et du marocain vert de nos jours? Ça c’était l’été, avec du melon d’eau.

Perte de temps tout ça, cet été au lieu de flotter sur une tripe ridicule sur dix-huit pieds de diamètre d’eau chlorée je vais faire de l’argent à la place. Plein. Et je ne parle pas de rapinage comme aller vendre mes canettes consignées ou aller explorer les craques de divan à la recherche de petit change. Ni d’embarquer dans un groupe de Lotto Max. Oh que non. Je parle de sommes, le genre de sommes qui assomment. La galette. Fini le bon gars qui n’a rien pour lui, tout pour les autres. F-I-FI, N-I-NI, FINI!

Cet été, opération cash, plein de cash. De la grosse argent, genre acheter en bas vendre en haut, rire jusqu’à la banque. Des belles pe-piastres. Par ici le blé. Toé, touche pas au grizbi grosse cochonne. M’a toute mettre ça entre mon sommier et mon matelas et si je tombe en bas, appelez l’ambulance, ça va tomber de haut, une débarque comme on dit. Si ça se fait des billets de cent mille, je m’en colle un dans le front juste pour absorber la sueur, amenez-en un autre, plein d’autres, on va s’essuyer le péteux avec ça, vous allez voir.

Je vais pouvoir partir vers des contrées exotiques dans mon jet privé, je descendrai sur des îles tropicales, que dis-je, je vais m’en acheter une grosse. Je libèrerai tous les habitants de leur petit dictateur et je leur ferai payer des taxes directement dans mon compte Paypal. Huit villas dans huit différents pays incluant un hostie de gros bungalow au bord de la mer à Saint-Kitts avec même un lave-vaisselle dedans. Mon personnel va avoir du personnel. Les gens riches et célèbres vont courir après moi pour aller dans leurs gros golfs privés, je ne joue même pas, pour m’amener dans leurs tournois de polo en Nouvelle-Zélande, j’ai même pas de cheval, pour marier leur fille stupide ou pour être le parrain de leur laide petite descendance de riche pourri.

Alors, vous voulez savoir? C’est quoi ma combine? Ça vous démange d’en faire plein vous aussi? Vous avez un million qui traîne que ça vous tente de risquer sur moi? Petit capital de départ dans mon plan d’été et au passage je vous cède le droit plein et entier d’aller vous vanter de ce placement à qui vous voulez dans tous les 5 à 7 pompeux de ce monde.

Trust me, comme disent les chinois tout juste avant d’hypocritement verser l’arsenic dans votre won ton.

Faites votre chèque payable au porteur.

Demain: quelles folies faire pour totalement flamber en moins de 24 heures un million qu’un idiot vous a confié.

Bon été!

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Rires beaux, bons, pas chers

Sur l’ensemble de la planète en 2018, on estime qu’il y a environ 4 millions de douaniers, 15 millions de techniciens IT, 9.5 millions de médecins et entre 10 et 15 millions d’ingénieurs sans compter une quantité appréciable de notaires. Tous des professionnels qui disposent d’un revenu fort intéressant mais qui sont reconnus pour mener une existence généralement dépourvue d’humour. Le rire, c’est reconnu et documenté, stimule le système immunitaire, enclenche la production d’endorphines, améliore la qualité du flot sanguin dans les vaisseaux et réduit les occurrences d’incidents cardiaques et cérébro-vasculaires. Mais ces gens ne risquent jamais le moindre petit sourire franc, le rire aux éclats et encore moins le fou rire incontrôlable. Ils sont pour la plupart humoro-déficients.

Pourquoi, me direz-vous? Mes recherches indiquent que c’est parce que le rire brûle une quantité appréciable de temps autrement facturé au gros prix et étrangement aussi parce que le rire est gratuit. Le rire est généralement considéré comme une perte de temps. Mais que se passerait-il s’ils devaient payer pour avoir droit au franc rictus? Vous me voyez venir, ici. Facturer les rires à la pièce? Ridicule, vous croyez?

Photomaton

Combien de fois cela vous est-il arrivé de vous retrouver quelque part en vacances et que finalement l’endroit ne correspondait pas vraiment à vos attentes et que votre plaisir d’être en vacances s’en trouvait soudainement affecté? Qui d’entre vous ne s’est pas dit en lui-même dans cette situation: “Shit, j’ai payé ce voyage bien assez cher, que le grand cric me croque si je n’en tire pas un maximum de joie béate et tout de suite à part ça!” Ou imaginez-vous que vous ne déboursiez pas un sou pour aller raconter toutes vos angoisses profondes à un psy, l’exercice ne perdrait-il pas tout son sens, comme si vous racontiez tout cela au premier quidam disponible et gratuit?

Les tarifs sont partout, tout se paie. Nous avons les films à la carte payés à la pièce, les combats de boxe pay-per-view, les cellulaires pré-payés à la carte, les publicités sur internet qui payent au clic, les stationnements payés au parcomètre, les ponts payés au passage par satellite, les danses à 10 et bien d’autres choses encore. Rien de tout cela n’a le moindre sens si on ne paye pas pour.

Si vous payez avec du bel argent durement gagné pour un truc quelconque, évidemment que vous allez trouver un trou dans votre agenda et prendre le temps d’en jouir totalement. Selon les plus récentes statistiques, en 2018 il y aura 2,125,700 hauts-cadres et top-éxécutifs de tout acabit aux États-Unis seulement. Tout ce beau monde sur un revenu oscillant entre quelques centaines de milliers de dollars jusqu’à plus d’un million. Méchant beau bassin de piastres pour aller baigner votre turpitude financière. Vous n’en attraperez pas beaucoup parmi ceux-ci à faire des pipis de joie après des fou-rires incontrôlables, à peine les verrez-vous ne pas avoir l’air bêtes de temps en temps.

À moins que quelqu’un n’aie la brillante idée de leur offrir l’opportunité de payer pour avoir le droit de rire, ce ne serait plus là un vil plaisir des gens ordinaires ou de la classe moyenne qui file un peu cocktail mais un luxe réservé aux bien nantis comme eux. Avec un bon marketing, ils mordent là-dedans à pleines dents.  Fermez les yeux et imaginez un lieu fermé, insonorisé, situé stratégiquement sur les lieux fréquentés par ceux-ci, des Rire-O-Matique où ils pourraient payer pour rire un moment en différents modes. Cabine isolée de la monotonie de leur vie, équipée de tout l’appareillage audio-visuel moderne de l’humour ainsi que des grands classiques de l’auto-dérision comme les miroirs déformants, les sniff d’hélium et toute cette sorte de choses. Brillant, non? Des isoloirs à rire, à péage, carte à puces acceptées. Cling cling, par ici le beau grizbi.

Si vous avez de la misère à me rejoindre dans les prochains jours, je suis parti courir les marchés aux puces et les encans à la recherche de vieux photomatons ou des anciennes toilettes payantes. À plus.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

Histoire de Spam

Nous avons tous à vivre avec cette calamité des temps modernes, le spam (pourriel en français nouveau). Nous en recevons tous les jours et ils nous tombent dessus de partout, courriels, messagerie texte, messageries-cellulaires, groupes de discussion, etc. Dès qu’on clique sur quelque chose de louche, ils se mettent à popper à l’écran sans arrêt et remplir nos boîtes de courriels indésirables. Les experts estiment que jusqu’à 60% du trafic sur la toile est constitué de spams. Rien de plus écoeurant que d’être continuellement victime de ces cochonneries des temps modernes. L’industrie des logiciels anti-spam génère des revenus annuels de près d’un milliard de dollars aux États-Unis seulement. Agacé, je me suis lancé dans une petite recherche sur le mot spam lui-même.

spam

Et parlant de spam, les plus vieux ou les plus pauvres d’entre nous se rappeleront sans doute, en parlant d’écoeuranterie, de cette merveilleuse autant que mystérieuse viande industrielle imitant vaguement le porc et le jambon en phase d’overdose d’assaisonnements étranges, qui se vendait en conserve qu’on ouvrait à l’époque avec une clé comme les sardines. Ce délice de la nouvelle cuisine industrielle a d’abord été commercialisé sous le nom de Spiced Ham par la compagnie Hormel, puis sous nom actuel de Spam® en 1937, je dis actuel puisque ça existe toujours (!).

original-spam-can

La Food and Drug Administration organisme américain équivalent à Santé Canada chez nous a vite interdit au fabricant d’utiliser le mot jambon pour définir son produit (ishhhh). Ceux-ci ont alors décidé alors de ne conserver que les deux premières et les deux dernières lettres pour créer la marque Spam.

Lorsque les militaires américains ont occupé le sud du Pacifique pendant la guerre 39-45, il était extrêmement compliqué d’approvisionner les troupes en viandes fraîches. 100 millions de livres de Spam® (plus de 45 millions de kilos) leur ont été expédiés en ravitaillement pendant la durée de la guerre. Les militaires en mangeaient pour déjeuner, pour dîner et pour souper. Les soldats appelaient le Spam® du jambon qui n’a pas passé ses examens physiques ou encore du pain de viande qui n’a pas eu son entraînement de base. Encore aujourd’hui, il se consomme 3.8 boîtes de Spam® chaque seconde en Amérique du Nord. Il se vend dans 41 pays répartis sur 6 continents et son nom est protégé par des brevets dans plus de 100 pays. Toujours populaire dans le sud-Pacifique, sur l’île de Saipan les restaurants McDonald’s y sont les seuls au monde qui l’offrent au menu comme viande à burger. À Hawaï où il est toujours apprécié, on l’appelle le steak hawaïen.

20050822_fg5.jpg

Quel rapport, me direz-vous, entre le nom que l’on donne à nos agaçants courriels indésirés et cette préparation de simili-viande indésirable? Il y a, croyez-non ou le, une filiation directe. Cette filiation tire son origine d’un numéro de comédie qui date de 1970. Une émission de télévision britannique bien connue, Monty Python’s Flying Circus, a créé un sketch devenu célèbre où on utilisait ad nauseam la marque de commerce.

Le sketch se déroule dans un restaurant de qualité médiocre. M. Bun (Eric Idle) et Mrs. Bun (Graham Chapman) désirent y déjeuner, mais la serveuse (Terry Jones) ne leur propose que des plats à base de Spam, une marque de viande en conserve que déteste Mrs. Bun. Les plats proposés contiennent de plus en plus de Spam (« Spam, Spam, Spam, Spam, Spam, Spam, baked beans, Spam, Spam, Spam and Spam »), et Mrs. Bun devient hystérique malgré les tentatives de son mari pour la calmer, hurlant « I don’t like spam! ». L’absurdité du sketch est accrue par la présence à une autre table d’un groupe de Vikings qui interrompent régulièrement la conversation en chantant bruyamment « Spam, Spam, Spam, Spam, lovely Spam, wonderful Spam ».

John Cleese fait une brève apparition dans un rôle de Hongrois parlant un anglais incompréhensible, en référence à un autre sketch diffusé dans le même épisode. Le décor change ensuite et Michael Palin, déguisé en historien, relate l’histoire de la victoire remportée par les Vikings au « Green Midget Café, à Bromley », mais son discours est à son tour infesté de spam, et la scène revient au café et aux Vikings qui entonnent en chœur leur chanson. Les crédits de l’épisode défilent ensuite, et les noms des acteurs et du personnel subissent le même traitement (« Spam Terry Jones », « Michael Spam Palin », « John Spam John Spam John Spam Cleese », etc.)

– Source Wikipédia

Le sketch Spam étant populaire, un message apparut dans un newsgroup, contenant uniquement le mot « spam » répété des centaines de fois, à la manière du sketch. Ce message fut repris régulièrement et finit par atterrir dans d’autres newsgroups où il continua à être diffusé. C’est ainsi que le fait de poster des messages sans référence au thème d’un newsgroup finit par être appelé « spamming ».

Un tribunal de Californie a, en quelque sorte, officialisé le nom dans une déclaration émise suite à un procès civil. En résumé, le jugement disait ceci: “Dans le contexte de l’internet, le terme “spam” issu d’une marque de commerce définit un comportement indésiré, agaçant et répétitif qui tient un discours hors de l’ordinaire, harcelant, offensant ou mesquin qui s’apparente à l’humour britannique démontré dans une pièce de comédie de Monty Python.” (traduction de moi)

Voilà, merci Flying Bum.

Pour visionner le sketch en question, cliquer ici:

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert

La voix intérieure

La lecture, honnêtement, qui s’adonne encore à cette activité archaïque de nos jours? Pourquoi se casser les nénettes, chercher continuellement ses lunettes, essayer de se concentrer sur tous ces mots imprimés si petits, se rappeler leur signification? Lire c’est tellement déjà vu, cela fait tellement 20ème siècle. Lors du plus récent sondage Léger-Super Léger, il a été constaté qu’actuellement au Québec il se trouve davantage d’hurluberlus qui écrivent des textes de plus de mille mots qu’il y a de personnes assez désoeuvrées pour les lire, ou assez lettrées pour être encore capables de le faire. Les pourcentages précis ne sont pas indiqués à ce savant sondage. Qui calcule encore avec zèle de nos jours? Entre 11 et 87% des sondages manquent de précision, dit-on. Mais cela est un tout autre débat.

Alors à quoi bon écrire tous ces romans, tenir tous ces blogues, publier toutes ces oeuvres? La mort lente attend-elle tous les scribes et tous ces amants de la plume et du beau mot? Retrouverons-nous tous ces écrivains désabusés en train de siroter un factice café beige à la journée longue dans tous les Tim Horton de la terre, à errer comme des zombies dans les centres d’achats tous les jours que le bon Dieu ramène? Non que non, dormez sur vos deux oreilles, le Flying Bum ne saurait rester indifférent et inactif face à pareil drame.

Vous devez absolument trouver en vous la force de lire ce texte jusqu’à la fin cependant, il en va du futur de la littérature.

Il est désormais grand temps de mettre à jour vos méthodes de lecture, de pénétrer allègrement dans le vingt-et-unième siècle avec cette toute nouvelle application qui fera renaître le lecteur en vous (en quelque sorte). Je ne suis pas peu fier de vous introduire (!) moyennant une somme, somme toute modique, la Wouaweb® du Flying Bum, une impressionnante collection de voix numérisées pour surfer sur les internettes ou lire les imprimés dans laquelle chacun trouvera sa chacune. Laissez la Wouaweb® du Flying Bum faire le sale boulot à votre place, tout ce dont vous aurez désormais besoin ce sont deux oreilles, une seule pourrait faire la job, un coup mal pris. Finis les doigts noircis par l’encre, les bursites et les tunnels carpiens à tenir ces énormes best-sellers dans le métro, ces tablettes qui se déchargent en plein dénouement des savantes intrigues, tous ces arbres fondus en polluante pâte, les ridiculement petits écrans de cellulaire.

Facile à télécharger, la Wouaweb® du Flying Bum vient avec quatre voix de base qui s’adapteront à toutes les oreilles et à tous les styles de lecture envisageables.

  1. Le pinson castrat – Cette Wouaweb® est une voix aigue mais musicale à souhait qui se prêtera fort bien à vos lectures lyriques, les transcriptions des grands opéras, de vos comédies musicales favorites. Relaxez vos yeux pendant que cette Wouaweb® sera votre narratrice à la voix d’or, féminine et chantante qui vous entraînera dans la rêverie avec vos héroïnes et vos héros favoris. Votre oreille sera vite enchantée par ce timbre mélodieux et après un certain temps, vous serez totalement habitué et confortable à l’idée que l’oeuvre de Steinbeck semble sortir tout droit de la littérature gaie. Idéal pour savourer les classiques, la poésie subtile ou pour mettre un petit rayon de soleil dans vos lectures habituellement sombres et glauques.
  2. Le matou – quand se pointe une chatte en chaleur (aussi appelée le râleur). Utile là ou vous aviez l’habitude de lire les fils de presse d’événements sportifs en direct, les publications humoristiques ou trash, les drames, les discours haineux et autres blogues de bitchage. Cette Wouaweb® de fond de corps à vidange vient avec un assortiment d’effets spéciaux, de jurons de toutes sortes (sexe, religion, etc) et du langage aux accents tous plus mal dégrossis les uns que les autres. Choisissez parmi une sélection comprenant Palmarolle-Abitibi, Taverne-Dagenais-1966, Co-sanguins-de parc-de-maisons-mobiles et bien d’autres. S’adapte également au GPS de votre voiture pour une promenade en voiture inoubliable.
  3. Le Yakketi-Yak – Pour lire les longs potins, les interminables rapports de toutes sortes, les articles techniques endormants et interminables, le Devoir, cette Wouaweb® s’impose. Soyez bien assis, la vitesse d’éxécution de cette petite voix irritante vous fera presque tomber en bas de votre chaise. Débitant son texte à la vitesse grand V , cette Wouaweb® ne se préoccupe même pas de bien faire la différence entre les voyelles et les consonnes et se fout éperdument de faire la pause aux virgules et aux points. C’est Coeur de Pirate sur le 220V. Une expérience étourdissante et essouflante à souhait. Assurément un succès à prévoir pour cette voix qui saura plaire aux lecteurs pressés qui aiment lire un texte de 15 minutes en moins de 3 minutes. Voyez l’enfer se défiler sous vos yeux dans le temps de le dire en essayant le Yakketi-Yak avec l’Assommoir d’Émile Zola, sensations fortes assurées.
  4. Le brummel – Mesdames et mesdemoiselles, lisez vos Harlequins favoris ou vos sites romantiques favoris avec cette Wouaweb® chaude et sulfureuse et vous ne reconnaîtrez plus votre bonheur de lire vos romans à l’eau de rose. Si vous avez besoin d’une pause pour aller réchauffer votre tisane framboises-citron, le mode pause vous offrira un long intermède de soupirs langoureux et de grandes respirations sensuelles jusqu’à ce que vous soyez prête à reprendre la lecture. Cette Wouaweb® donnera une touche des plus intéressante à la lecture de rapports de recherche scientifique arides ou à des textes religieux, essayez-là sans tarder! Disponible en timbres mâle, femelle ou androgynes.

Finies les lamentations à l’effet que les textes sont trop longs à lire avec la Wouaweb® du Flying Bum. Merci, Flying Bum. En prime, si vous appelez dans les dix prochaines minutes, vous aurez droit sans frais supplémentaire à notre hallucinant mode aléatoire où chaque Wouaweb® s’enchaîne tour à tour à chaque nouvelle phrase. Des heures de plaisir en vue.

Une petite Wouaweb® me dit que vous en serez ébaubis et le mot est faible certes, mais beau.

 

Flying Bum

New_pieds_ailés_pitonVert